«

»

Imprimer ceci Article

Vers l’homme poisson volant ou le livre de Thot ?

Samouraï_Satchi_LivreThotSamouraï Satchi par l’homme qui romance les comportements humains dans ses vagues éditoriales (mode d’emploi ici) ? Ou le doc’ de France 5 qui décode un mystérieux livre à l’aide de la Pierre de Rosette ? Forcément les deux ce mercredi 1er juillet, à réception de l’ouvrage et diffusion de Chasseurs de légendes, épisode A la recherche du livre de Thot

RosettaStoneAsPartOfOriginalStele Captmondo (Wikipedia)

Né en Egypte il y a 5000 ans, ce dernier a donné lieu à plusieurs interprétations au cours de son histoire et des courants de pensée qui se l’ont approprié. Pour certaines communautés, pilier de la contre-culture des années 60, il aurait fait tomber tous les tabous pour garantir un monde dominé par le plaisir caché dans « l’amour libre » en mode sexe et drogues ?

D’autres y auraient vu la description d’anciens rituels assurant aux membres le passage d’une mort symbolique à une renaissance sous une autre forme ? On a aussi supposé que le dieu égyptien à l’origine de ce mythe avait en réalité monté un jeu de cartes permettant de prédire l’avenir !

Verdict ? Gravé dans la Pierre de Rosette. Car après une longue et minutieuse traduction des hiéroglyphes, les archéologues sont parvenus à reconstituer le puzzle de cette histoire scientifique incroyable avec tsunami éditorial à la clé (à voir ou revoir en Replay)… Comment, ensuite, ne pas se laisser emporter par celui d’un auteur qui surfe sur la vague comme sur la page ?

Caroline Lepage a-t-elle des nageoires ?

dauphinsTrès attachée au monde de la mer, je n’avais jamais lu de romans signés Verlomme. Aïe, quelle erreur, quelle honte ! Faut-il expier le péché pour tenter de se faire pardonner ? Jusqu’en 2012, je connaissais surtout cet aquanaute pour son rôle d’envergure dans Réseau-Cétacés qui valorise l’écotourisme marin (exemple : prochain séjour dauphins libres en partenariat avec l’agence de voyages plongée Blue Lagoon).

Lorsqu’un jour d’année Maya donc, surgi des profondeurs, l’homme me demande par mail un envoi en service presse de mon ouvrage Les baleines ont-elles le mal de mer ? Parfaitement dans le t(h)on du lancement de son site Wikiocéan. J’obtempère sans savoir encore à quelle sauce marine je m’apprête à être mangée. Juillet 2012, il publie un billet intitulé Caroline Lepage a-t-elle des nageoires ? Réponse : oui, de tortue (comme le laisse présager ma photo d’illustration).

WikiOcéan

Hélas, certainement en raison d’une noyade informatique, le texte de H. Verlomme a disparu de Wikiocéan rebaptisé depuis 123Océan le marketplace solidaire de l’océan. Preuve, une fois de plus, qu’à l’époque des nouvelles technologies, le papier reste le seul papyrus apte à résister à l’épreuve du temps. Ainsi Les baleines se posent toujours 150 questions sur les habitants de la mer dans toutes les bonnes librairies ! Extrait dans le thème du jour :

Ça plane pour l’Exocet ?

 

Les baleines ont-elles le mal de merPlutôt bien oui, car en effet, il ne vole pas, il plane. Et il le fait aussi bien que le pétrel par exemple, cet oiseau de mer ressemblant au goéland. Si le poisson volant peut se le permettre, c’est grâce à ses nageoires pectorales particulières. Elles sont transparentes et surtout très longues.

Sous la surface, il les garde près du corps pour conserver un profil hydrodynamique plus adapté aux déplacements en milieu liquide. Mais dés qu’il bondit hors de l’eau à l’aide de puissants coups de queue, il est propulsé en avant vers le haut puis déploie ces fameuses nageoires. Il semble alors porter deux ailes allongées.

Ainsi, pour battre des records de vol plané en toute stabilité, il lui suffit de se maintenir autant que possible parallèle à la surface de l’eau. Voilà comment les plus doués peuvent rester en l’air plus de 40 secondes et parcourir jusqu’à 400 mètres ! Ils atteignent des pointes à 70 km/h. Avec cette rapidité et cette technique, il devient difficiles pour les prédateurs (espadons entre autres) de les rattraper.

Sans doute en avez-vous déjà rencontrés en Méditerranée ? La Grande Bleue abrite en effet l’espèce la plus répandue : l’exocet commun. L’animal, long d’une trentaine de centimètre, a le dos bleuté et des airs de hareng. Comme tous ses congénères, il adore les eaux chaudes et se donne volontiers en spectacle au large !

VaguesMais revenons à nos moutons. Récemment, La Tête au Carré déferlait sur les ondes de France Inter et le fil de Twitter, faisant remonter en surface le côté samouraï de l’écrivain. Aussitôt, sans service presse (comme pour tous les ouvrages et films « lyophilisés » jusqu’ici sur MerseaPlanète), journaliste flairant le scoop à portée de nageoires de tortue toujours, je me précipitais pour acheter ce livre que j’imaginais forcément rempli de mystères…

Hugo Verlomme est-il un poisson volant ?

atlantisEffectivement, les surprises sont au rendez-vous à chaque page. L’homme est très informé sur son sujet. Complexité liée à la diversité des paysages, des écosystèmes, des personnages parfois capables des pires comportements dans le seul but de piller les trésors de la planète bleue : il aura fallu à Hugo Verlomme une audace sans nom pour adapter un tel sac de noeuds marins concoctés par des adultes en un roman jeunesse !

Rouge sang

Mais il a su convaincre une grande maison d’édition de le publier et c’est au rayon enfants des librairies que trône son œuvre. Double challenge réussi pour celui qui, mouillé jusqu’au cou – un pied dans le milieu du surf, l’autre palmé dans celui de la plongée – connaît ainsi par cœur les dangers de la mer… S’inspirant de sa double identité pour réunir ces deux mondes en une réalité très romancée, son livre parlera plus aux jeunes déjà grands et à leurs parents qu’aux enfants.

Eux risqueraient de se perdre très rapidement dans cette foule de personnalités peu fréquentables et ce scénario corsé au sang chaud. Car sans fard, l’auteur met littéralement à nu l’agressivité verbale et physique perpétrées par des hommes et des femmes préférant de loin la protection d’enjeux financiers véreux dans les eaux internationales à celle de la biodiversité marine.

Silver

Marco, Amakuni, Kourma, Oma… Maelstrom !

Thon

Ressources vivantes, source d’énergies renouvelables, activités de loisirs autour de l’eau (qui rapportent gros), etc., l’océan vaut de l’or. Les justiciers des mers et leur Capitaine Watson qui le défendent du mieux qu’ils peuvent le savent : loin des yeux, le mot « harakiri » a un sens, celui du sacrifice. D’où notre samouraï, surdoué aux allures d’extraterrestre « virevoltant tel un papillon », mais meurtri jusque dans son corps et pourchassé par une mafia qui veut sa peau…

shark-reef

Pourquoi ? Son physique, ses exploits (et l’argent qu’ils peuvent rapporter par retombées médiatiques : journalistes, H. Verlomme a pensé à vous…), son tatouage de tortue transformé en carte énigmatique, son charisme suscitent la convoitise. Autour de lui s’expriment admirations, envies, désirs – parfois dans un langage inventé ! – mais aussi complots, jalousies, violences des pirates et des sirènes géantes (dirigées par la sorcière Kourma).

Sans parler d’Oma plongeuse-pêcheuse eurasienne qui se considère sa mère et Amakuni – le vieux forgeron – « son père » ou « son maître », le premier à faire couler son sang à coups de sabre vivant ! De l’enrobé corsaire Marco roi de la plateforme informatisée qui se prétend son ami mais le fait suivre pour ne pas le perdre via un mouchard électronique (loin du symbole phallique noyé dans une scène de seins de femmes géantes à retrouver dans le livre, ici le sabre en question fait figure de smartphone piraté) !

Journalistes

Une île artificielle, la Perle, des requins, Jason et la vierge d’or envolée

Perle fractaleDe l’aimante Mina, jumelle de Mona (Lisa ?) prête à tout pour qu’il reste auprès d’elle… Il n’en faut pas moins effectivement puisque le courageux samouraï en aime une autre en secret. Ce qui ne lui facilite pas la vie au quotidien, la demoiselle ayant quitté son village il y a des années. Depuis, cette scientifique spécialisée en biologie marine (qui s’y connaît en bioluminescence) consacre tout son temps à la mer et aux livres ! Un peu plus, et la malheureuse finissait journaliste scientifique… ;)

« C’est grâce à de tels héros que nous découvrons les crimes qui se commettent loin des caméras et ravagent notre planète » insiste l’écrivain. Il faut le croire, les yeux fermés, après avoir lu quelque part à livre ouvert – au contenu pourtant si bleu – sa phrase écrite noir sur blanc : « ce n’est pas mon style de mentir, je n’ai pas assez d’imagination pour cela ».

Nuit de grand bleudeferlantePhare

Samouraï Océan (extrait tortue)

 

Tortue fractale

Un peu plus loin, une tortue de mer flottait sur le dos, morte. Une belle tortue à écailles, sans doute âgée de 20 ou 30 ans, qui devait avoir traversé bien des océans et pondu des centaines d’oeufs… Elle était morte en rentrant la tête à l’intérieur de sa carapace. Mais pour quelle raison ?

La tortue était son animal totem, car Satchi devait la vie à l’une d’elles. En pleine mer, des piroguiers avaient fait cette incroyable découverte : un nouveau-né à plat ventre sur le dos d’une grosse tortue, à des milles et des milles de toute terre ! Jamais personne n’avait pu élucider ce mystère, ni comprendre d’où venait ce bébé ayant pour seul signe distinctif un tatouage sur le pied gauche. On découvrit plus tard qu’il représentait une carapace de tortue. Voyant dans ce sauvetage un signe des dieux, les pêcheurs du village sur pilotis l’avaient adopté et nommé « Satchi » qui signifie « Venu de l’eau ».

Satchi regardait le corps de la tortue, essayant de comprendre ce qui avait pu lui arriver. Un mauvais présage ? Son baromètre tomba au plus bas et il se demanda même s’il ne devait pas renoncer à affronter ces chalutiers. Il se sentit très seul et démuni, et se prit à douter de tout. Devait-il continuer à se battre sur les mers en éternel solitaire ?

Cancun

carchariasdetail2Soudain, Satchi écarquilla les yeux : des formes claires et massives s’élevaient des profondeurs. Son cœur battit plus fort, car il savait qu’elles venaient pour lui. Elles surgissaient dans les moments critiques de sa vie. Aucun doute, une nouvelle épreuve l’attendait… A peine avait-il formulé cette pensée qu’une main creva la surface, assez grande pour l’empoigner par la taille comme une poupée, avant de l’entraîner sous l’eau sans ménagement.

La tribu des femmes géantes ne remontait pas souvent du monastère abyssal où elles vivaient depuis des temps immémoriaux.

Verlomme

Arigatô Francis Le Guen pour les illustrations fractales et photos

 

Et pour rester dans le t(h)on des pirates, la fontaine de jouvence… 

Autres articles intéressants...

Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/verlomme-poisson-volant-livre-thot/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>