«

»

Imprimer ceci Article

TV : dans les coulisses des Carnets d’Expédition et de Plongée avec Francis Le Guen !

Vortex, récifs coralliens, icebergs, lacs, etc. sur les chaînes France 5 et Voyage, l’animateur nous entraîne en mers inconnues… Des documentaires dépaysants, décoiffants, et maintenant des livres qui ne le sont pas moins !

 


VENDREDI 24 AOUT

SUR FRANCE 5 : Carnets d’Expédition (L’Origine des Mondes) en Indonésie à 13h35

 SUR VOYAGE : Carnets de Plongée en Nouvelle-Calédonie à 20h40

 

 

- Francis, tu es animateur et auteur de tes émissions. Un peu cascadeur aussi : on a beau savoir que vous êtes tous des plongeurs expérimentés dans l’équipe, on tremble de vous voir dans ces courants tourbillonnants (Carnets d’Expédition, L’Origine des Mondes) ou sous la glace d’un iceberg qui pourrait se rompre à tout instant en Arctique (ép. Septentrion) par exemple. Jamais de doublure pour assurer ces plongées de l’extrême ?

Non, je tiens à faire moi même les plongées que je décris. C’est une question de respect pour les téléspectateurs, même si ce n’est pas l’usage habituellement en télévision où beaucoup de situations sont mises en scène. Et puis j’aime ça !

Mais nous essayons de ne pas prendre de risques inutiles. Chercher le sensationnel à tout prix n’est pas le but. Chaque séquence doit apporter à l’histoire racontée…

D’autre part, je suis toujours entouré d’une équipe de grands pros sur lesquels je compte, également plongeurs d’exception qui n’ont pas froid aux yeux, ni ailleurs. La séquence de plongée dans le vortex à Komodo avait été minutieusement préparée et tout s’est bien passé même si nous nous sommes laissés surprendre à un moment. Mais vous en saurez plus bientôt…


- Justement, dans cet épisode tourné en Indonésie, à un moment, René Heuzey et toi plongez en compagnie du varan de Komodo ! Le filmer de si près, personne n’avait osé avant vous… Les requins, c’est une chose mais le plus grand lézard de la planète qui tue en une seule morsure (article Le venin du dragon)  : ça fait quoi d’aller « barboter » presque main dans la patte avec lui ?

Je crois que nous étions les premiers, en effet. Nous ne connaissions pas ses réactions dans l’eau. Et nous avons pris le risque, René et moi : au début, le varan s’est dirigé droit sur moi et j’ai dû dégager vite fait. Ensuite, il a nagé vers la côte et nous avons pu l’encadrer, nous rapprochant presque au contact.

Sur la plage, après cette séquence riche en adrénaline, j’ai entendu pour la première fois René me dire avec son impayable accent marseillais : « Oh ! On va peut-être se poser un peu, là ? ». Je raconte toute l’histoire dans mon prochain livre Narcoses…

 

- Ces tournages ont l’air très physique. En combien de temps vous bouclez chaque émission ? Et en combien de plongées ?

Les Carnets d’Expédition sont tournés en 3 semaines avec de très nombreux déplacements : ce qui représente une moyenne de deux plongées par jour pour les différentes équipes. Pour ma part, j’alterne entre équipe terrestre et équipe sous-marine qui ne sont pas toujours aux mêmes endroits.

Les tournages des Carnets de Plongée sont plus contraignants, eux : nous réalisons un épisode en 5 jours, voyages compris. Notre record ? L’épisode « L’eau des Guaranis » au Brésil, réalisé en 4 jours…

 

- Dans les Carnets de Plongée comme les Carnets d’Expédition, on sent le passé du plongeur spéléo’ ressurgir régulièrement. Biologie, mais aussi géologie, archéologie et parfois astronomie se glissent avec facilité dans tes émissions. Cette curiosité pour l’histoire de la Terre ne t’a donc jamais quitté ? Quel est au juste le point de départ de tes programmes lorsque tu les imagines : la plongée ou la quête scientifique ?

Je cherche d’abord à raconter une histoire aux téléspectateurs. Tous les sujets que tu évoques m’intéressent et me servent à structurer cette histoire. Je suis très curieux de nature. 

J’aime apprendre, découvrir, avant de transmettre à ceux qui regardent. Et je suis un explorateur dans l’âme : pas question pour moi de montrer sans comprendre.

Ce n’est pas une émission scientifique, mais ce n’est pas non plus simplement une émission de voyage. J’essaye toujours d’expliquer, de mettre en perspective, d’ouvrir des champs de réflexion. Les documentaires sont souvent trop pauvres à cet égard, réalisés uniquement au premier degré, sans parler des émissions de « pseudo aventure » où là, on touche le fond… 

A mon sens, dans un bon documentaire de terrain, on ne peut isoler un paysage, une action ou un propos de son environnement historique, géologique, et même cosmique parfois ! Dans la nature, tout est lié. Un poète disait : « qui cueille une fleur dérange une étoile »…

- Ce qui frappe et plaît beaucoup au public dans tes émissions, c’est ce côté authentique sans fard ni paillettes (jusque dans tes commentaires).

Tout est montré, la nature, les hommes, des décors sublimes, l’avant, l’après, moins poétique, plus rustique. Des gars au réveil « la tête dans le coaltar » pas peignés, pas « maquillés » sur le pont d’un grand rafiot (qui n’a rien d’un luxueux yacht de croisière plongée comme il en existe).

Toi qui goûte aux plats traditionnels offerts par tes hôtes (du dauphin dans cet épisode par exemple, du foie cru de phoque dans un autre, etc.) sans tomber dans le piège facile du jugement moral de l’Occidental, etc. C’est ta façon de donner aux téléspectateurs une vision moins caricaturale de l’écologie et des peuples autochtones ?

Absolument ! Nous ne refusons pas le luxe quand il se présente. Mais toute l’équipe est confrontée aux réalités du terrain quand c’est nécessaire. C’est le scénario initial (et le budget relativement modeste de l’émission) qui dicte les conditions du séjour. Au coeur de la jungle de Bornéo, il n’y a pas d’hôtels 5 étoiles alors, nous couchons dans les hamacs et sous les moustiquaires… Ou à même les ponts des bateaux. Et il faut souvent improviser en fonction des aléas du voyage.

Quant à l’écologie, je suis là pour montrer en effet, et pas pour juger avec des a priori occidentaux. Lorsque les Inuits chassent le phoque, le narval, l’ours depuis des millénaires pour survivre dans ce milieu particulièrement hostile, qui suis-je pour leur donner des leçons ?

Par contre, la récente décision de massacrer les requins en pleine réserve marine à La Réunion pour soi-disant protéger les vacanciers et amoureux de la mer me fait bondir : voilà qui sent la magouille à plein nez et les conflits d’intérêts…

D’une façon générale, je me méfie toujours un peu de ceux qui clament haut et fort vouloir sauver la planète. Celle-ci en a vu d’autres au cours de sa longue histoire et n’a en fait pas besoin de nous. Il serait plus juste de dire que ce que nous cherchons à préserver, c’est nous même et notre mode de vie, occidental, riche de préférence… Ce qui est vrai aussi à l’échelle individuelle des « défenseurs ». 

 

- Quelles aventures nous réserves-tu dans les prochains Carnets d’Expédition ? Où comptes-tu nous emmener ?

Pour l’instant, les expéditions sont en stand-by, faute de financement. Mais j’ai écrit la suite en cinq nouveaux épisodes. Ceux-ci devraient nous emmener en Antarctique, où je compte vous montrer l’eau dans tous ses états ; au Nicaragua, sur la piste du jade maya ; sur l’île  Cocos, dans un environnement souterrain jamais étudié ; au Venezuela pour découvrir une faune d’eau douce extraordinaire et peut-être un retour dans les îles de la Sonde avec mon complice Georges Robert pour plonger dans une source sacrée remplie d’anguilles géantes, entre autres péripéties… 

- Encore des eaux inconnues donc ! Et pour les Carnets de Plongée diffusés chaque vendredi soir sur la chaîne Voyage, les fans attendent la suite. Qu’en est-il ? On parle beaucoup de cette nouvelle collection de livres du même nom qui sort à la rentrée en septembre : ils sont dans le même esprit que l’émission ?

La saison 4 des Carnets de Plongée est écrite et repérée avec 10 nouvelles destinations de rêve. Nous vous en dirons plus fin septembre avec la nouvelle équipe de production. 

L’autre actualité, c’est effectivement cette nouvelle collection de livres chez Glénat, le 5 septembre en librairie. Il s’agit de récits, d’aventures vécues par les plongeurs. J’ai voulu offrir à la communauté ce qui, à mon sens, manquait le plus : des histoires…

Les inconditionnels des émissions seront sans doute surpris par le ton très libre. Dans ces livres, je révèle tout. Ce qui, précisons-le tout de suite, ne sera pas du goût de tout le monde : il ne faut en aucun cas tenter d’imiter ce qui est raconté dans cette collection !

Avec ces récits qui devraient passionner aussi bien les plongeurs que le grand public, nous partirons d’abord pour « l’au-delà », celui des profondeurs où règnent les NARCOSES. Puis nous deviendrons riches avec TRESORS, écrit par Emmanuelle Levasseur. Les meilleurs écrivains de la mer m’accompagnent dans cette nouvelle aventure éditoriale et nous proposerons bientôt deux titres par trimestre : les épaves, les requins… Et beaucoup de surprises !

- Trésors d’Emmanuelle Levasseur et Narcoses de Francis Le Guen aux éditions Glénat (14,95€) dés le 5 septembre en librairie

- Le blog de Francis Le Guen

Autres articles intéressants...

Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/tv-dans-les-coulisses-francis-le-guen/

3 comments

3 pings

  1. poutous

    comment être prévenue par mails où sms de l’actualité et des horaires de cette émission (carnet de plongée) , où se procurer les dvd ,…….

  2. Caroline Lepage

    Madame Poutous,

    Tout est écrit dans l’article ;) Pour l’émission, une seule adresse : http://www.blog.francis-leguen.com/, pour les horaires (ici affichés), France 5 et Voyage les donnent à chaque diffusion. Quant au reste : FNAC, etc.

    Bonnes émissions et bonnes lectures !

  3. Caroline Lepage

    Et pour les coulisses des tournages des émissions, une seule adresse « Un Monde Ailleurs » :

    http://www.unmondeailleurs.net/tag/carnets-de-plongee/

    A découvrir ici aussi (avec la collection de livres) :

    http://merseaplanete.com/narcoses-sciences-livres/

  1. Trésors, un livre… très précieux ! » MERSEA PLANETE

    [...] commence fort, le 5 septembre, et dans la parité s’il vous plaît : d’un côté Francis Le Guen et son livre Narcoses, de l’autre Emmanuelle Levasseur et son livre Trésors ! L’un [...]

  2. Carnets de plongée : la série télé qui… cartonne ! » MERSEA PLANETE

    [...] du mois, les librairies ont été littéralement dévalisées. A ce jour, les deux premiers titres Narcoses (F. Le Guen) et Trésors (E. Levasseur) restent classés en tête des ventes d’ouvrages [...]

  3. MERSEAPLANETE.COMing Out ! » MERSEA PLANETE

    [...] à Francis Le Guen dont on connait les émissions de découvertes nature (Carnets de plongée, Carnets d’Expédition, etc.), les livres d’aventures dans les océans (Narcoses, Les scaphandriers du désert, [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>