«

»

Imprimer ceci Article

Dans la tête chercheuse des journalistes !

Atlantis2Scientifiques ou pas, l’encre coule peut-être dans les vaisseaux de ces curieux ? L’histoire démarre toujours par une expédition à raconter. Sujet bateau imposé ici : voyage dans votre chambre. Ça commençait mal admet celui qui s’est ensuite intéressé aux affaires des autres, qualité essentielle pour exercer ce qu’il appelle le plus beau métier du monde…

« Si un jour, je faisais naufrage et trouvais asile sur une île déserte, comme Robinson Crusoë, je commencerais par fonder, au seul usage des macaques et des tortues, un hebdomadaire que j’intitulerais Vendredi ». De qui donc est cette formule magique mentionnant l’animal à carapace sur le papier ? Je crois me souvenir… Philippe Bouvard !

Tortue

Dans une grande surface où la culture s’est glissée entre les incontournables rayons chocolat et jus d’orange (toujours) : je ne suis pas venue pour acheter des livres mais tiens à profiter du plaisir modeste de déambuler parmi eux. Ils sont des milliers, chacun dans l’attente de l’élu(e) qui lui offrira une vie et recevra, en retour, un subtil embellissement de la sienne. Aucune chance avec moi ce jour là, je ne suis que de passage. C’est dit, c’est écrit.

Entre parenthèses, dans l’horreur nazie, un flamant rose sur Twitter

GödelJe flâne donc tranquillement. Lorsque, soudain, se dresse au loin une silhouette reconnaissable entre mille : mon oiseau liberté, un flamant rose sur fond orange vif en couverture, debout sur une étagère ! Je ne résiste pas à son appel et fonce découvrir quelques bribes de son histoire. Titre ? La Déesse des petites victoires. Au dos du livre, il est écrit : « … Gödel… petites victoires, sur les préjugés, l’horreur nazie, la folie inhérente au génie… Une femme aimante + un mathématicien = un couple infernal et un sujet de roman magistral… ELLE ». Diable !

Impossible de repartir sans ce résistant capable d’entremêler science et littérature ! Incroyables livres qui, toujours, trouvent leurs lecteurs – et parfois même leurs auteurs - quand eux ne les espèrent plus depuis longtemps… Quelle magie du hasard, laquelle d’ailleurs se présente à nouveau le lendemain sur Twitter, ou comment 140 signes et parfois une image peuvent tomber à pic tout en étant révélateurs du pire comme du meilleur lorsqu’on sait les attraper au vol. Nouvelle forme d’enquête sur le Net, le « twitter-journalisme »…

Et si je disais tout, Un oursin dans le caviar, Un sur les tapis verts, Des femmes

Bref, je lève les yeux au ciel, envoyant mes meilleures pensées à l’écrivain et ? Sur ce chemin aérien, moins d’une seconde plus tard – soit deux étages plus haut -, mon regard croise les yeux rieurs d’un grand du journalisme ! Seconde surprise : Philippe Bouvard, Je crois me souvenir… « que l’on se connaît, et je ne vois pas comment vous allez pouvoir passer à côté de cet ouvrage sans l’emporter, vous qui êtes journaliste scientifique ? » semble-t-il ajouter de son sourire amusé et convaincant.

Au risque de passer pour une allumée, devant la cocasserie de la situation, je ris et réponds tout bas « effectivement ! ». Car en avril 2013, ce Monsieur m’a fait l’honneur de m’inviter dans son émission à l’occasion de la sortie de mon précédent livre, L’Amour Bestial. Un peu de science, un zeste d’humour, beaucoup d’amour et quelques folies sexuelles… Nous avions ainsi évoqué le côté prédateur de certaines femelles avec le mâle, dont la bonellie en Méditerranée, sorte de copie marine de la mante religieuse qui crapahute sur Terre.

Oursin 1 sur son lit de corail des TropiquesOursin 2 sur son tapis vert méditerranéen

Le temps de me libérer un peu de ces drôles de bêtes et de décrocher – sans rire – le diplôme auquel je tiens le plus : pas le bac, mais bel et bien le certificat d’aptitude à la plaisanterie des Grosses Têtes ! Pardon, le téléphone sonne à l’instant même où je rédige ce petit billet. RTL, Philippe Bouvard souhaiterait discuter des secrets d’alcôve du calmar géant pour une prochaine émission. Décidément, l’auteur des ouvrages Des femmes, Et si je disais tout ? Un oursin dans le caviar, La Grinchieuse, Un oursin sur les tapis verts, Un oursin chez les crabes ou Un homme libre etc. n’en finit plus de me surprendre !

Ni dupe ni complice

Philippe BouvardEn parlant d’oursin, sa récente bible est d’ailleurs pleine d’un divin piquant, tout en s’attachant à deux devises qui devraient être les règles d’or des journalistes : « Ni dupe ni complice », « La volonté de nuire ne doit jamais l’emporter sur l’ambition d’informer ». Même si le journalisme, écrit-il si justement, « à certains égards, peut s’apparenter à un sacerdoce. Sa pratique exige en effet beaucoup de courage et d’abnégation et, si l’on souhaite peindre notre société, elle impose à la fois de fréquenter les privilégiés de la fortune et les damnés de la Terre. »

En 348 pages, tout y passe sur le plus beau métier du monde, de la contribution à la déforestation aux mots-clés pour trous de serrure : traitement de l’information, communication, rôle des journalistes, liens avec la politique, les célébrités (ou « people »), l’argent, grandes figures du journalisme et de la littérature française, évolution des médias au fil des décennies en France, presse écrite, radio, télévision, télé réalité, réseaux sociaux, etc.

Alors, qu’est-ce qui entretient la passion de Philippe Bouvard pour ce métier depuis 60 ans ? A quoi carburent tous ces gens qui ont le journalisme dans le sang ? Quels sont les pièges qui leur sont volontiers tendus ? Quelles sont leurs missions ? Comment travaillent-ils ? La curiosité est-elle un piment capable de faire couler beaucoup d’encre dans les médias ? Comment le journaliste, souvent pris en étau entre annonceurs et lecteurs, peut-il réussir à servir à la fois la vérité et à défendre la liberté ? A vous de le découvrir…

Je crois me souvenir… Morceaux choisis pour évoquer le métier de journaliste scientifique (illustrés par quelques couvertures de presse)

Le chroniqueur scientifique 

Astreint à la formation permanente, il suit au jour le jour et dans le monde entier, l’apparition ou la progression des nouvelles technologies. Grand connaisseur de la science actuelle et bon utilisateur de la science-fiction, il n’a pas son pareil pour anticiper. Sa familiarité avec le cosmos va de pair avec celle des infiniment petits. Rien n’est plus capable de le surprendre dans le domaine de la physique et de la chimie. Pour lui, l’invention du téléphone et la construction du TGV font déjà partie de la préhistoire.

 

Annonceurs 

Pub' qui tueOnt longtemps participé davantage que les lecteurs à la prospérité d’un journal. Leur raréfaction fait qu’on les traite aujourd’hui avec respect et douceur. Je me souviens d’une importante chaîne de magasins qui, en d’autres temps, alors que j’avais commis un méchant article à son encontre, avait aussitôt interrompu ses libéralités publicitaires. Pierre Brisson m’avait seulement dit « Très bien votre article. Il nous a coûté 3 millions de francs »

 

Chantage 

Pratique consistant pour certains affairistes de la presse à faire payer davantage une rétention d’information que sa publication. Le journalisme d’investigation a rendu impossible cette escroquerie.

 

Diffamation 

Accusation selon laquelle un journaliste a écrit des contre-vérités ou s’est fait le relais de vérités qu’il valait mieux ne pas ébruiter.

 

Enveloppe 

Symbole de la corruption. On ne m’en a jamais tendu une seule. Je n’en ai jamais trouvé sous ma serviette lorsque je dînais dans les beaux quartiers. Je n’ai donc jamais eu l’occasion de prouver mon intégrité en les refusant.

 

Flash 

A longtemps permis de déceler la présence d’un paparazzi.

 

Paparazzi 

ObjectifPhotographe à la fois indépendant et irrespectueux. Capable de tout pour réaliser le cliché de l’année. Peut attendre une partie de l’hiver au sommet du Mont Blanc le moment où Madonna se laissera glisser avec un sherpa. De nombreuses vedettes portent plainte contre les paparazzi. D’autres, plus malignes, appointent un paparazzi personnel chargé de commettre l’indiscrétion qui rimera avec promotion.

 

Portrait 

Photo de dimension respectable permettant de visualiser un contemporain ou de format plus réduit lorsqu’il s’agit seulement pour l’auteur de l’article de montrer – parfois tous les jours – sa propre bobine.

 

Presse royale et princière 

Recèle les idylles de l’aristocratie avant d’emballer le poisson.

 

Publicitaires 

Se croient désormais plus indispensables que les journalistes. Ils ont raison car sans la manne qu’ils recueillent les journaux disparaissent. Ils ont tort dans la mesure où ils vendent mieux leurs espaces quand les journalistes ont du talent. Et doublement tort lorsqu’ils veulent imposer des sujets aux rédactions.

 

Scoop 

Performance, exclusivité, information que les confrères n’ont pas encore donnée.

ça m'intéresse - Mai 2012ça m'intéresse - Mai 2013ça m'intéresse - Janvier 2014

Science & Vie - Juin 2008Science & Vie - Septembre 2009Science & Vie - Juin 2013

La Recherche - la merSciences et Avenir - Janvier 14Sciences et Avenir - Janvier 2014

La Recherche Février 2012La Recherche - Février 2014La Recherche - Mai 2011

Pour la science - Août 2010Pour la science - Décembre 2013Pour la science - Février 2014

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/tete-chercheuse-des-journalistes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>