«

»

Imprimer ceci Article

Surveiller l’Amazonie depuis la Guyane… et le ciel !

Reproduction lanceur Ariane 5 à Kourou (Crédits Caroline Lepage)

Et pas n’importe comment : grâce à une plate-forme technologique de surveillance par satellite implantée cet été en Guyane. Objectifs du projet SEAS (Surveillance de l’environnement assistée par satellite) ? Assurer sur tous les fronts un suivi des écosystèmes dans cette région, et faire de la Guyane un pôle d’excellence en télédétection.

Christian Marion, chargé de mission à l’IRD – qui n’est autre que l’organisme coordonnateur du projet – a indiqué lors du Salon Aéronautique du Bourget que la plate-forme de Surveillance de l’Environnement Assistée par Satellite (SEAS) était une « opération peut-être pilote pour La Réunion ou la Nouvelle-Calédonie ! ». De quoi s’agit-il au juste ? D’une station de réception d’images satellitaires au Centre spatial guyanais du Centre national d’Etudes spatiales (Cnes) à Kourou où seront exploitées les données des satellites européens SPOT 5 (société Spot Image) et ENVISAT (Agence Spatiale Européenne).

Arbre en forêt de Guyane (Crédits C. Lepage)

La Guyane s’est développée rapidement, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Pression démographique, orpaillage, envasement du littoral, etc. sont autant de facteurs à prendre en compte pour gérer au mieux ce département français. Ainsi, les informations collectées devraient permettre un suivi des écosystèmes forestiers, côtiers et urbains. Ces bases de données d’images permettront une meilleure gestion des ressources et un aménagement du territoire plus efficace.

A côté de cela, le projet devrait relancer l’économie guyanaise, créer des emplois… et des vocations parmi les étudiants, y compris ceux de la métropole ! Le Pôle Universitaire de Guyane (PUG) devrait en effet être le premier à bénéficier de ce nouvel élan qui favorisera la recherche en Guyane. Un exemple qui démontre à quel point ce domaine est important pour un pays comme la France, et qu’il peut l’être tout autant pour les départements et régions d’Outre-Mer.

Article rédigé pour Futura-Sciences (Juin 2005)

Autres articles intéressants...

Le TGV file à 574,8 km/h
Ce mardi 3 avril 2007, en filant à 574,8 km/h, le TGV a battu le record du monde de vitesse sur rail sur la ligne Strasbourg-Paris ! Un succès, partagé par SNCF et Alstom, qui confirme la position de leader de la France sur le marchémondial du transport ferrov...
Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/surveiller-lamazonie-depuis-la-guyane-et-le-ciel/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>