«

»

Imprimer ceci Article

Seul en mer

EspoirLe 30 janvier 2014, la police retrouve José Salvador Alvarenga en état de choc sur un anneau de corail du Pacifique – l’atoll d’Ebon au sud des îles Marshall – après 13 mois d’isolement en mer ! Cette histoire « impossible » démarre en 2012…

Dans un village de pêcheurs au Mexique aux environs de Noël. Futur héros des temps modernes, José Salvador Alvarenga décide de chasser le requin. Confiants, ils prennent la mer à deux professionnels à bord de son embarcation de 7 mètres équipée d’une glacière. Mais les vents et les courants combinés l’emportent au large ! Le moteur finit par lâcher. La réalité dépassant ici la fiction, un long périple digne de celui du film L’Odyssée de Pi commence…

Affiche puzzle Life of PiL’un d’eux disparaît au bout de quelques mois, assailli de nausées et mort de faim, son système digestif fragilisé ne supportant plus l’obligation d’avaler crus ces poissons attrapés à main nue.

Abandonné sur ce grand bleu, c’est donc nez bouché en les mangeant « en apnée », parfois avec quelques oiseaux de passage, rarement abreuvé d’eau douce tombée du ciel et de sang de tortue que son ami s’accrochera à la vie. Peut-être nourri d’infimes espoirs de s’en sortir malgré les doutes et l’envie récurrente de mettre fin à ses jours pour dire adieu à cet enfer ?

2012, la fin du monde ?

PacifiqueParti en 2012 (annoncée comme la fin de notre monde par les mauvaises langues), l’homme dérive dans le temps et sur la planète mer. Une errance de 12 500 km ! En 2014, « eau » miracle, il atteint enfin son rêve, une île – oasis surgie du désert Pacifique – la Terre promise ? L’atoll d’Ebon.

Tirant sa coque couverte d’algues, il termine à la nage les derniers mètres de cet interminable voyage. Il atteint la plage en état de choc, d’épuisement physique, et bien sûr, avec une nouvelle phobie de la mer qui n’avait jamais été prévue au programme dans son métier de marin…

Il est rapidement recueilli par Amy Libokmeto et Russell Laijedrick. Pressé de partager sa mésaventure avec les autres, il parle. Mais le couple ne comprend pas un traître mot de sa langue. Et il n’y a pas de traductrice dans les parages, juste Dora l’exploratrice à la télévision… Quel rapport ?

Le fils d’Ione de Brum, maire de l’atoll d’Ebon, a des notions d’espagnol apprises grâce à cette série suivie par ses enfants. Ça, plus les dessins réalisés par l’étranger et les éléments trouvés à bord de son embarcation – un oiseau attaché par les pattes, des restes d’oiseaux, des plumes, des os et une petite carapace de tortue – on parvient à comprendre les premières bribes de son calvaire.

DIGITAL CAMERALes secours arrivent. José Salvador Alvarenga, 37 ans, peut enfin retrouver sa famille. Avant de partir, il laisse son bateau de pêcheurs aux insulaires, lequel a retrouvé une seconde jeunesse puisqu’il est aujourd’hui utilisé au transport de passagers et marchandises dans l’atoll.

En 2014, à l’ère de l’Internet (et de son vaste réseau de câbles sous-marins), il faut encore 13 mois à un être humain pour se libérer d’un tel piège en haute mer, mais 13 semaines ? 13 jours ? 13 minutes ? 13 secondes ? pour que cette histoire fasse le tour du monde ? Combien ? Miss Terre connectée…

Lost

2013, seul en mer

Ne jamais renoncer

Coïncidence incroyable, en 2013, pendant qu’un homme luttait réellement en mer pour survivre, un autre traversait le même cauchemar dans une oeuvre cinématographique intitulée All Is Lost (Seul en Mer). Robert Redford en est le seul personnage visible à l’écran, situation qui entraîne une déroutante absence de dialogues. De fait, ce silence imposé, la tension maintenue à son comble tout au long du film par une réalisation époustouflante et la prouesse d’acteur du superbe Robert nous plongent avec beaucoup de réalisme dans sa situation.

Mer plastiqueLe scénario ? Dans l’immensité de l’océan Indien, un voilier est subitement mis en difficulté par une collision avec un gros container. Ah pas de bol, c’est peu dire… Et loin d’être un accident maritime improbable puisque la pollution marine aux macro-déchets est répandue dans tous les océans du globe, trouvant son origine sur les côtes (lire notre dossier complet dans le magazine multimédia à télécharger sur Plongeur.com) !

Film Seul en MerMalgré la violence du choc, l’humidité qui endommage la technologie des appareils à bord, les tempêtes, les risques de noyade, la faim, la soif, les requins cachés sous la surface, les équipages de navires restant sourds à ses S.O.S., l’homme contourne chaque problème avec une imagination et une force de caractère qui laissent sans voix ! Retour aux cartes, au sextant, au sens de l’observation, au message glissé dans une bouteille jetée à la mer, etc. Et résultat, à la fin du film ? Il faut la voir ;-)

Mer, tortue, algues, requins, poissons, eau, pollution marine, découvrez l’histoire surprenante des habitants de la mer en 150 questions/réponses dans l’ouvrage Les baleines ont-elles le mal de mer ?

Livre Les baleines ont-elles le mal de mer

Autres articles intéressants...

Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/seul-en-mer/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>