«

»

Imprimer ceci Article

Du rêve à la réalité, du baptême aux géants…

GéantsVous avez soif d’aventures en monde inconnu ? De goûter aux joies des bousculades à l’arrière des bateaux, laisser filer des chapelets de bulles argentées en surface, assister aux parties de chasse sous-marine des poissons, à leurs concours de couleurs affichées à chaque coin de rue corallienne, découvrir les trésors de la mer ? Osez le baptême de plongée ! Faites-vous petit poisson du grand bleu pour mieux vous laisser surprendre par ses géants.

Requin

Tortues, lamantins, dauphins, baleines, requins, les voir à votre tour ? Pour moi, tout a commencé il y a des années sous les Tropiques, un jour de baptême PADI… Océan agité, ciel voilé, le bruit vrombissant du moteur nous réduit au silence.

Nous voyons se dessiner la côte verdoyante. Enfin, le bateau s’arrête. Pascal, le moniteur, lance à ses élèves angoissés de plonger pour la première fois dans un univers inconnu : “Vous êtes prêts ? Il va falloir y aller cette fois-ci !”.

Piscine Gilets stabilisateurs Croisière

De la piscine à la mer

Après quelques entraînements dans la piscine de l’hôtel et les neuf heures d’avion qui nous sépare de notre pays d’origine, nous n’avons jamais été aussi prêts. Vu d’en haut, l’océan est d’un bleu marine exceptionnel. Avant de sauter à l’eau, mon coeur se serre : j’ai l’impression d’avoir attendu ce moment toute ma vie…

Bénitier géantUn pas et hop, me voici un minuscule ingrédient tombé dans une soupe tropicale ! L’eau est à 28°C, la visibilité est d’une petite dizaine de mètres. Mais un courant assez fort vient quelque peu ternir ces premiers instants de plongée. Imitant mes camarades, je me laisse glisser lentement vers le fond sableux et admire leurs bulles qui, elles, prennent le chemin inverse.

En bas, environ à 12 mètres, l’arrivée est… poissonneuse ! Des lutjans de belle taille viennent nous souhaiter la bienvenue. Pascal nous ayant raconté qu’ils adoraient les bananes et qu’il était vivement conseillé de les remercier pour leur accueil, chacun s’exécute en sortant le fruit de sa poche de stab’. Les gourmands sont ravis.

Mots de plongée

Vol de détendeur

Mille feuilles de corail

D’un geste, le moniteur français et son collègue allemand, Gärdt, nous invitent à les suivre. Jouant maladroitement des coudes, chaque débutant tente de se frayer un passage dans le groupe. Les premiers mouvements aquatiques sont hésitants, difficiles. Et l’un d’entre eux que je ne vois pas venir est suffisamment violent pour que je le sente passer au niveau du visage. Qui m’a donné ce mauvais coup de palme, je ne sais pas mais mon détendeur s’envole !

Aïe, ça commence ! D’une main tremblante, je récupère cet élément vital connecté à ma bouteille, le remets en bouche, respire soulagée et m’écarte un peu du « troupeau ». Je n’ai pas tellement envie de me noyer par 12 m de fond le jour de mon baptême de plongée… Rassurant, le récif est en vue, aussi imposant et coloré que je l’avais toujours imaginé. Des rougets, reposant à même le sable, semblent être les gardiens tranquilles de cet édifice vivant.

Je me rapproche au plus près de la paroi pour ne pas louper une miette du spectacle qui se joue entre éponges et coraux. Je me garde bien de toucher à quoi que ce soit malgré une envie irrésistible de le faire. Aucune consigne n’a été donnée à ce sujet. Cela aurait pu être utile, car le moniteur rattrapera au vol la main d’un adolescent curieux qui aurait pu finir sous les crocs acérés d’une murène endiablée.

ComplicitéJeu de couleursCône des Tropiques

Pouce haut du K.-O.

Parvenant à isoler mon esprit de la présence des autres hominidés à palmes, je fais connaissance avec les habitants des lieux : une rascasse, incognito, sagement posée entre quelques pierres – mimétisme surprenant – une raie pastenague qui joue la timide sous le sable, tout un beau turbot-paon…

Lors de cette première visite dans le monde du silence, je suis escortée par des poissons sergents-majors et chirurgiens que je souhaiterais plus farouches. Gärdt m’interroge du regard d’un air de dire : « Tout va bien ? ». Sans réfléchir, je lui réponds aussitôt en levant le pouce, signe silencieux pour lui transmettre l’intensité des émotions que je suis en train de vivre.

J’avais juste oublié que sous l’eau, ce geste est synonyme d’ennuis ! Pouffant de rire dans mon détendeur – ce qui vaut le détour -, je me ressaisis et indique l’inverse de K.-O. avec le signe O.K. en vigueur, rond comme la planète bleue. Rasséréné, Gärdt me laisse seule profiter de mes découvertes sous-marines et part remettre dans les rangs une autre « brebis égarée du troupeau ».

Raie pastenague en EgypteMimétismePoisson lion

Diodon dans la grotte

J’admire les circonvolutions du corail-cerveau, les teintes des éponges tubulaires, le contenu des éponges-barriques, la dentelle des gorgones et la richesse du corail que je me contente de frôler. Autres cadeaux pour les yeux, les allées et venues des vers tubicoles – sabelles et les vers-arbres de Noël – dont les panaches aux allures de plumes disparaissent sur mon passage et refleurissent immédiatement derrière.

A certains endroits, dans les anfractuosités de la roche, des poissons-soldats s’amassent par petits groupes de cinq à dix individus, comme les poissons-hachettes. Plus loin, je craque sur les grands yeux d’un solitaire tapi dans l’ombre d’une grotte : un timide, le poisson-porc épic ? Mon tout premier diodon, quelle émotion !

Jetant un coup d’oeil sur l’aiguille du manomètre, je comprends qu’il faut vite revenir à la réalité. Et j’abandonne poissons-perroquets, demoiselles et autres papillons qui ne demandaient qu’à faire notre connaissance. Sous les ordres des moniteurs, nous exécutons une lente remontée avec ce sage conseil en tête : “suivre les bulles en allant légèrement moins vite qu’elles !”. Eloge de la lenteur…

SabelleDiodonCorail en partie malade

Coup de bol ?

Palanquée

En surface, ballotée par les vagues dans un gilet stabilisateur usé et trop grand pour moi, un “pfffffff” révélateur d’une fuite annonce soudain un problème de flottabilité qui n’était pas prévu. Je ne dois pas traîner là, sinon, ma ceinture de plomb me ramènera en bas. Bon, pour un baptême sous les Tropiques, un coup de palme malencontreux plus un bras de fer avec du matériel défectueux, sacré coup de bol !

Propulsée par l’adrénaline et mes palmes, je nage jusqu’au bateau et me hisse enfin au sec. Fatiguée, je reste estomaquée d’être passée pour la première fois de ma vie de l’autre côté du miroir et d’avoir pu entrevoir ce monde inconnu auquel le Commandant Cousteau a consacré sa vie.

De retour à la plage, autre ambiance de palanquée : un coup dans le nez à cause du Cuba Libre savouré à l’ombre des cocotiers, à écouter du merengué et les impressions des uns et des autres échangées en “allemespagnofranglais”, langue inventée par les baptisés de la plongée…

Palmes réaction

Série documentaire sur France 5Conférence de Francis Le Guen, plongeur scientifique et auteur-animateur des émissions Carnets d’expédition et de la série Carnets de plongée (enregistrée lors d’un salon du livre sur la mer en 2013) :

extrait plongée/pression/narcoses/hélium à écouter en un clic sur ce lien

Conférence plongée et narcoses – Francis Le Guen

Frise

Autres articles intéressants...

Vos billets, s’il vous plaît !
Des escargots ont été réprimandés pour avoir pris le train sans billet. Et leur propriétaire a même failli avoir une amende. Une histoire mal partie qui s'est pourtant bien finie…
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/reve-realite-bapteme-plongee/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>