«

»

Imprimer ceci Article

Les ressources cachées du corps

Empreinte digitaleLe cerveau et l’esprit ne cessent d’intriguer l’homme, au point que ce dernier en oublie parfois les facultés exceptionnelles développées par son enveloppe charnelle. Enfouies au plus profond de notre chair, elles font de nous de véritables supers héros !

DSC00113

Bourrée de récepteurs sensoriels, élastique, la peau s’adapte aux conditions environnementales (pollution, soleil, froid, etc.) et défend chaque jour l’organisme contre une foule d’agresseurs. D’une surface d’1,80 m² chez l’adulte, constituée de 3 couches – hypoderme, derme et épiderme – d’à peine 0,5 à 3 mm d’épaisseur selon l’endroit du corps, elle est une formidable barrière physique.

Le plaisir qui passe par la peau n’est pas le seul à façonner la personnalité… Inscrites dans la chair, conservées dans cette sorte de mémoire physique, douleurs et maladies l’influencent aussi.  

 

417 FranceHeureusement pour nous, cette dure à cuire ne laisse rien passer ou presque. Comment ? Grâce à une armada de cellules, y compris celles de la couche cornée qui meurent et desquament à la surface de l’épiderme. Et si ce mur biologique, quasi infranchissable, ne suffit pas à dissuader les millions de bactéries prêtes à saisir la moindre occasion pour s’infiltrer en nous et déclencher une bonne infection, la peau sort sa botte secrète

Elle sait tout faire

Produites par les kératinocytes, les bêta-défensines sont des protéines antimicrobiennes plus concentrées au niveau du visage et du dos que de l’abdomen. Elles forment un véritable système immunitaire cutané qui complète à merveille la stratégie mise en œuvre en cas de plaie. Pas question, là non plus, de laisser le champs libre aux microorganismes opportunistes ! Les cellules de Langerhans se chargent de récupérer les intrus dans l’épiderme et de les conduire aux ganglions lymphatiques les plus proches où ils passeront un sale quart d’heure… et l’arme à gauche. La peau cicatrise ensuite très vite. Trop chaud ?

Un bon coup de vasodilatation des vaisseaux et l’excès de chaleur s’échappe sous forme de sueur via les 2 à 3 millions de glandes sudoripares logées dans le derme. Non seulement, cette évaporation d’eau rafraîchit la peau mais en plus, l’hydrate. Finalement, la transpiration a du bon. Quant au bronzage, phénomène de mode, il correspond avant tout à une réaction de défense de la peau face au soleil. En effet, les mélanocytes protégent la peau contre les ultraviolets, rôle qu’ils remplissent en produisant de la mélanine. Lorsque ce pigment coloré se diffuse dans les kératinocytes de l’épiderme, le teint hâlé est garanti !

Le caractère dans la peau ?

Les grands empires de la cosmétologie et les phénomènes de mode que sont le tatouage et le piercing ont construit leur succès sur cette évidence : la peau est le lien physique qui nous unit aux autres.

Tatouage

Certains la considèrent comme le reflet de la personnalité, d’autres comme une image insoutenable du temps qui passe… D’ailleurs, n’est-ce pas elle aussi qui nous trahit lorsqu’on tremble de peur, que l’on pâlit d’angoisse et que l’on rougit de honte ou de plaisir ? Quant aux affections cutanées (psoriasis, eczéma, etc.), elles cachent parfois un problème d’ordre psychologique et sont un frein à l’épanouissement à la vie en société.

Mais la peau, c’est aussi celle que l’on masse pour apaiser les souffrances du corps et atténuer le stress, celle que l’on embrasse, que l’on caresse pour faire passer des émotions et montrer nos sentiments à ceux que l’on aime. Le toucher, le sens du plaisir ? Une certitude. Tant et si bien que la façon dont il est entretenu dés la naissance par le contact avec les parents a des répercussions à l’âge adulte. Conclusion : câlins et bisous sont bons pour la santé, et à consommer sans modération !

Voir et entendre

Sens qui a de quoi nourrir l’esprit et l’imagination, celui de la vue. Nos yeux ne sont si experts que ceux du caméléon capables de se mouvoir indépendamment l’un de l’autre et d’avoir un champs de vision à 360°, ou du chat qui voit très bien la nuit… Mais leur capacité à restituer instantanément les formes, la diversité des couleurs, les mouvements, est exceptionnelle.

La ‘magie’ se situe en particulier au niveau des cellules nerveuses de la rétine. Les cônes, au nombre de 7 millions, interviennent pour la vision en lumière crépusculaire et les 120 millions de bâtonnets assurent la vision des détails et des couleurs.


Oreille-Audition
Cones et batonnetOeil de poisson

Et si voir est bien sûr un plaisir de la vie, toutes les données visuelles analysées et enregistrées par le cerveau permettent surtout d’analyser les situations, de reconnaître les visages, les paysages, de s’orienter, d’éviter les dangers, etc. Une fonction qui va de paire avec l’ouïe, assurée par l’oreille interne et ses 16000 cellules ciliées.

Le système immunitaire n’oublie jamais les éléments pathogènes qu’il a croisés. Grâce aux anticorps produits à l’occasion de la rencontre avec un adversaire, il est toujours prêt au combat. Parfois trop… et c’est l’allergie !

Au jardin des sens

800px-Head_deep_facial_trigeminalAutres petits bonheurs quotidiens : les parfums et les saveurs. Mais attention, l’odorat et le goût se travaillent depuis le plus jeune âge, autrement dit dés le stade fœtal dans l’utérus maternel. Ce bain chaud dans le liquide amniotique l’est certainement – encore une agréable sensation pour la peau ! – mais il est surtout un formidable jardin dans lequel développer ses sens.

Bien au chaud, Bébé entend déjà le son rassurant de la voix de sa Maman et surtout, au fur et à mesure que se multiplient ses récepteurs olfactifs et gustatifs (dés 4 mois de gestation), il se familiarise avec les goûts. Et pour cause, la saveur de son environnement est sous l’influence de l’alimentation de sa mère. Sucré, salé, acide, amer

Il se constitue une première bibliothèque – destinée à évoluer tout au long de sa vie – de ce qu’il sera susceptible d’aimer ou pas une fois sorti du ‘loft maternel’. Pendant l’enfance, il n’y a plus qu’à varier les plaisirs pour exercer les 10000 bourgeons gustatifs tapissant principalement la langue (ainsi qu’une partie de la muqueuse buccale). Les 10 millions de cellules olfactives, logées dans les fosses nasales, viennent leur prêter main forte. Et grâce à elles, identifier sans problème plus de 10 000 odeurs devient un jeu d’enfant ! Alors, enfin convaincu par vos supers pouvoirs ?


Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Pourquoi les flageolets ne sont-ils pas très distingués ?
Les flageolets sont des grains extraits de haricots. Cuisinés avec un bon gigot d’agneau, ils sont très appréciés, mais plutôt le week-end… (extrait du livre POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES CROTTES ?)
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/ressources-c-achees-du-corps-yeux/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>