«

»

Imprimer ceci Article

Récifs coralliens artificiels : à quoi ça sert ?

Les jardins coralliens se meurent, victimes d’agressions dont l’homme est souvent le détonateur. L’immobilisme n’est plus permis. Certains scientifiques ont décidé de prendre le problème à bras le corps. Une idée parmi d’autres ? L’électro-accrétion, ou comment donner un coup de pouce à Dame Nature…

« La dégradation des récifs coralliens s’observe dans le monde entier depuis 50 ans. C’est terrifiant » s’indigne Thomas Goreau, président de la Global Coral Reef Alliance au Massachusetts. Loin des yeux sous la surface des lagons turquoise, les coraux agonisent dans l’indifférence loin du cœur !

Les Biorocks

Beaucoup ignorent leur splendeur et leur importance pour l’humanité (une vraie mine d’or pharmacologique, de quoi développer de nouveaux traitements en cancérologie par exemple). Alors pourquoi ce déclin ? Changement climatique, pollution, explosion immobilière sur les côtes, pêche à la dynamite et au cyanure sont autant d’éléments qui les fragilisent. L’eau n’est plus cristalline, se réchauffe et contient des substances toxiques, bactéries et virus dangereux pour les coraux.

La solution de Thomas Goreau est aussi étonnante que controversée par la plupart des experts. Lorsqu’eux préfèrent restaurer les zones endommagées et réfléchir aux moyens de réduire les facteurs de stress, lui développe depuis 1998, aux côtés de l’architecte Wolf Hilbertz, les Biorocks (surnommés ‘récifs Frankenstein’, car à mi-chemin entre artificiels et naturels).

Il s’agit d’armatures métalliques immergées sur lesquelles sont greffés des coraux. « Les transplants sont des fragments de corail brisé par des causes naturelles -et humaines malheureusement- que nous trouvons aux abords des récifs » précise l’Américain, « nous tâchons de greffer autant d’espèces que possibles, en ciblant uniquement les coraux cassés. Par conséquent, les espèces massives, rarement endommagées, sont peu représentées ».

Produire l’aragonite

Wolf Hilbertz est l’inventeur de l’électro-accrétion qui résulte de la présence d’un faible courant électrique généré par une source d’énergie propre en surface (panneaux solaires, etc.). Il crée une électrolyse puis un dépôt d’aragonite (carbonate de calcium) sur les Biorocks. « Le courant électrique entraîne une augmentation de pH sur la surface des structures, responsable d’une cristallisation des minéraux naturellement dissous dans l’eau de mer » commente le scientifique.

Or, l’aragonite est le matériau de construction du squelette des coraux. Et pour le produire, ils ont besoin d’énergie. L’idée est de leur faciliter la tâche. Augmenter la disponibilité en aragonite favorise leur résistance aux agressions environnementales. « Ils peuvent pousser à grande vitesse, même dans une eau dont les qualités sont si pauvres que les coraux classiques y périraient » affirme Thomas Goreau.

Pourtant, aussi robustes soient-ils, ils n’échappent pas aux prédateurs dont la vorace Acanthaster (grosse étoile de mer). Un entretien se révèle indispensable explique-t-il enfin : « de la même manière que l’on arrache les mauvaises herbes, nous obtenons de meilleurs résultats en supprimant les pestes et les parasites de notre jardin corallien ! ». Bref, il faut de toute façon faire de gros efforts mais ce projet futuriste pourra peut-être donner aux récifs coralliens une chance de survivre aux épreuves du 3ème millénaire…

Article publié dans le magazine Questions Réponses (août 2005)

 

5 questions à Thomas Goreau, biologiste marin

Avez-vous un certain recul sur vos projets démarrés à la fin des années 90, époque à laquelle le phénomène Nino a fait des dégâts considérables sur les récifs coralliens ?

Oui, nous avons observé que les Biorocks avaient une survie 16 à 50 fois supérieure aux autres coraux après le blanchissement de 1998 dans l’Océan Indien… 

Et face au tsunami en Asie, comment ont réagi vos structures ?

Notre collègue aux Maldives, Azeez Hakeem, nous a assuré qu’il n’y avait aucun dommage. De même, nos récifs artificiels en Indonésie sont tous implantés dans des secteurs qui n’ont pas été affectés par le tsunami. Et à Bali, notre étudiant Putra Nyoman Dwija a découvert que des fragments coralliens cicatrisaient 20 fois plus vite sur les Biorocks que les coraux de contrôle fixés au substrat non électrifié. Cela semble être la meilleure option pour sauver les fragments cassés qui, ballottés, finiraient de toute manière par mourir. 

Avez-vous monté de nouveaux récifs artificiels pour contrer au plus vite les conséquences du raz-de-marée ?

Non. Nos collègues Indonésiens se sont montrés très désireux d’appliquer la technique Biorock aux récifs touchés à l’Ouest de l’Indonésie, mais nous n’avons pu trouver de financements. Il est tragique que nous n’ayons pu obtenir de fonds pour partir immédiatement et tenter de restaurer les fragments de coraux cassés dans les zones dévastées par le tsunami. Aujourd’hui, il est déjà trop tard pour la plupart d’entre eux !

Malgré cela, vous avez des projets pour l’Asie ?

Nous préparons des propositions avec le Gouvernement afin d’étendre Biorock à la restauration des récifs coralliens endommagés par la pêche aux explosifs dans l’Est de l’Indonésie. Nous travaillons en ce moment avec un vidéaste sous-marin, Thomas Sarkisian, à Khao Lak, et l’un des plus grands experts thaïlandais des récifs coralliens, Niphon Phongsuwan, sur des plans de restauration dans des zones affectées en Thaïlande. Nous essayons de mettre sur pied des projets en Inde et au Sri Lanka avec nos collègues de là-bas, si nous pouvons obtenir des subventions…

Et ailleurs ?

Nous avons lancé des petits sites pilotes aux Seychelles et à l’île Maurice, sur des coraux dont les dégâts étaient moins importants. Des projets sont également prévus dans plusieurs autres pays, c’est toujours une histoire de financements !

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/recifs-coralliens-artificiels-a-quoi-ca-sert/

2 comments

1 ping

  1. LORIDON Gérard

    Je suis heureux de voir que les récifs artificiels sont enfin adoptés.
    Effectivement j’en ai été le promoteur dans les années 60 pour protéger les émissaires en mer que mon entreprise posait sur le littoral méditerranéen
    Lors d’une demande officiielle pour l’immersion de carcasses de voitures de frigos et autres machines à laver, toutes épaves du bord des routes du département du var, figurant sur une carte prévue à cet effet, il nous avait été répondu que cela présentait une gêne pour les sonars des sous marins ! Historique !

  2. Caroline Lepage

    Ah, c’est bien ce que je venais de vous écrire précédemment : je savais que vous étiez un homme de passion pour la mer ;) En effet, ce n’est pas une évidence encore, ces récifs artificiels. Il est vrai aussi qu’il faut bien étudier l’impact sur l’écosystème de ce que l’on compte immerger… J’avais à l’époque, si vous l’aviez lu peut-être, rédigé sous pseudonyme un dossier sur les récifs artificiels dans le magazine de plongée A Bloc. A l’occasion, vous me donnez l’envie de le mettre en ligne sur ce blog.

    Merci beaucoup pour votre intervention intéressante et de nous faire ainsi part de votre expérience sur le sujet !

  1. Récifs coralliens artificiels : à...

    […]   […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>