«

»

Imprimer ceci Article

Trouvez les perles !

Perles sur un lit de nacre (Crédits Caroline Lepage)A Tahiti, la grande nacre a toujours fait l’objet d’une exploitation commerciale : hier pour la production de boutons de vêtements, aujourd’hui pour celle de magnifiques perles noires…

La Pinctada margaritifera est surnommée à tort huître perlière ou à lèvres noires. Perlière oui puisqu’elle fabrique la perle de Tahiti, seconde source de revenus en Polynésie Française. Huître non, elle n’appartient pas à la famille des ostréidés mais à celle des ptéridés.

Carte aux trésors, île, raies, barrières de corail, tortue... (Crédits Caroline Lepage)Rapidement, les hommes sont tombés sous le charme des reflets irisés de sa coquille. Les Polynésiens l’ont utilisée pour concevoir des outils, puis l’ont intégrée aux costumes traditionnels auxquels ils ajoutaient des perles aux reflets mordorés qu’ils trouvaient exceptionnellement dans les nacres. Rareté qui entourait ces rondes merveilles de mystère et ensorcelait déjà les Occidentaux…

Un corps étranger dans l’huître

Une vahiné statufiée (Crédits Caroline Lepage)

Vahiné statufiée (Bora Bora)

En 1761, Linné enfin élucide l’énigme : un corps étranger (grain de sable, etc.) pénètre à l’intérieur du bivalve qui, pour s’en protéger, le recouvre de couches successives d’aragonite (du carbonate de calcium également constituant de sa coquille). Ainsi, sans intervention humaine, une nacre sur 15000 contiendrait une perle fine !

Au début du XIXe siècle, les insulaires des Tuamotu, favorisés par la qualité des eaux de leurs lagons, se lancent dans la plonge (pêche à la nacre). Le produit est recherché, en particulier pour la conception de boutons de vêtements. Mais le marché est déjà bien occupé (Chine, Australie, Inde, Mexique)…

Polynésie le paradis (Crédits Caroline Lepage)Et la plonge fait des victimes : côté pêcheurs qui travaillent en longues apnées, côté nacre aussi. La pression des campagnes de ramassage est telle que l’espèce frôle l’extinction. Elle est sauvée in extremis par des essais de collectage des naissains – les larves – au début du XXe siècle, et l’arrivée du bouton en polyester en 1956. C’est la fin de la plonge. A pareille époque, inspirés par le succès japonais, quelques audacieux (Jean Domard, les Rosenthal, etc.) se lancent un challenge, la commercialisation des perles.

Magie noire

Greffon (Crédits Caroline Lepage)

Greffon

Les Japonais l’ont réussi en développant la greffe sur l’huître akoya ! Dés 1904, Michimoto, Nishikawa et Mise sont les premiers à maîtriser cet art qui consiste à introduire un nucleus (bille fabriquée par un bivalve du Mississipi) et un greffon (portion de manteau vivant issue d’une autre nacre) à l’intérieur de la poche perlière d’une nacre. Celle-ci doit être âgée d’au moins 2 ans le jour où elle passe entre les mains du greffeur.

Avant cela, les perliculteurs la bichonnent, la protége de ses prédateurs et la sortent régulièrement de l’eau pour la nettoyer. Une fois greffée, il lui faudra au moins 1,5 an pour donner une perle, si elle ne meurt pas des suites de cette intervention ou qu’elle ne rejette pas le greffon. Sur 100 nacres greffées, seule une trentaine produiront des perles commercialisables…

Introduction du nucleus (Crédits Caroline Lepage)

Introduction du nucleus

Les premiers essais sont notamment réalisés à Bora-Bora au début des années 60. L’environnement polynésien se révèle idéal pour l’épanouissement de la nacre et la récolte des perles. Du coup, le nombre de fermes perlières explose 20 ans plus tard. Les aléas climatiques anéantiront certains pionniers, mais d’autres triompheront comme Robert Wan, l’empereur de la perle de Tahiti. Celle-ci, officiellement reconnue gemme par le Gemological Institute of America, est propulsée au sommet de la joaillerie et du luxe.

« Ma femme est une perle ! »

Oh la belle blanche (Crédits Caroline Lepage)

Oh la belle blanche !

Mais avant de briller sous vos yeux, les perles subissent plusieurs tris. Seules celles qui répondent à des critères stricts peuvent être vendues (sous l’appellation ‘perles de culture de Tahiti’). Ainsi, d’un diamètre compris entre 10 et 13 mm, elles doivent obligatoirement comporter une épaisseur de nacre supérieure à 0,8 mm, condition vérifiée aux rayons X.

On en trouve des rondes, semi-rondes, en poire, boutons, semi-baroques et baroques. Leur lustre, aptitude à réfléchir la lumière, est essentiel et va de paire avec la qualité de leur surface, plus ou moins lisse, classée en catégorie (A, B, C, D). Enfin, la diversité de leurs teintes vous émerveillera : noires bien sûr, mais aussi bleues, vertes, jaunes, rouges, blanches, etc. De quoi souligner le plus naturellement du monde la beauté et la douceur de la féminité…

Les perles ont perdu la tête (Crédits Caroline Lepage)

Les perles ont perdu la tête !

Perles et diamants d'éternité (Crédits Caroline Lepage)

Perles et diamants

Le puzzle nacré de Francis Le Guen

NacreJe vais vous faire une confidence : mon cœur est à moitié guyanais parce que ce pays sauvage m’a ouvert les yeux, que j’ai aimé sa dense forêt tropicale peuplée de bêtes extraordinaires, sa tortue luth qui a tout changé…

Et à moitié polynésien ! Pour Bora-Bora, perle du Pacifique ? Ile inoubliable oui, mais c’est à Mooréa que j’ai trouvé mon paradis. Aussi, sans jouer la vahiné (ce serait gonflé !), la Polynésie est l’une de mes références jusque dans mon vocabulaire de journaliste. D’où un échange emperlé avec l’ami Francis Le Guen à l’époque où il voulait un dossier sur les squales de Méditerranée pour le numéro 3 de Plongeur.com (à télécharger, l’été est là, Les Dents de La Mer aussi)…

Apollonian pearls« Il y a des requins chez nous, les gens l’ignorent ou croient à un mythe parce qu’ils ne voient pas ce qu’il y a sous la surface, il faut raconter ? Il a raison » avais-je pensé. Mais voilà qu’il me suggérait quelques sérieuses pistes d’enquête à la Sherlock Holmes : « merci, merci point trop n’en faut ! j’ai aussi besoin de chercher seule pour trouver quelques perles ». « Bon… », ma remarque semblait l’avoir étrangement amusé. Aujourd’hui, j’ai compris pourquoi.

Trois ans plus tard soit, mais mieux vaut tard que jamais (me direz-vous le jour où ce sera enfin votre tour…). Blog, magazines, livre Narcoses, réseaux sociaux, par écrit, podcast, en photo ou en images de synthèse, partout ce perliculteur du Net en a « ventilées façon puzzle » ! Semées à la manière du Petit Poucet sur une carte aux trésors, même ses fractales sont des perles… A pêcher sur les murs numériques, façon art rupestre du XXIe siècle…

Pearls (Crédits Francis Le Guen:BloGuen)

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/perles/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>