«

»

Imprimer ceci Article

Le père de la paléontologie ? Un Français !

Paris gare de LyonAh, les Français et la science, toute une histoire : notamment à partir du 18e siècle concernant la paléontologie – coucou Georges Buffon (1707-1788) – et plus encore avec la génération suivante. Ainsi, l’un de nos savants les plus célèbres commence sa carrière au moment de la révolution à la plage, puis la poursuit à la capitale…

Opéra

L’écrivain français Honoré de Balzac (1799-1850) le décrit ainsi avec beaucoup de poésie dans son roman publié en 1831, La peau de chagrin.

« Vous êtes-vous jamais lancé dans l’immensité de l’espace et du temps, en lisant les œuvres géologiques de Cuvier ? Emporté par son génie, avez-vous plané dans l’abîme sans borne du passé, comme soutenu par la main d’un enchanteur ?

InsectesEn découvrant de tranche en tranche, de couche en couche, sous les carrières de Montmartre ou dans les schistes de l’Oural, ces animaux dont les dépouilles fossilisées appartiennent à des civilisations antédiluviennes, l’âme est effrayée d’entrevoir des milliards d’années, des millions de peuples que la faible mémoire humaine, que l’indestructible tradition divine, ont oubliés et dont la cendre, entassée à la surface de notre globe, y forme les deux pieds de terre qui nous donnent du pain et des fleurs. 

Le nom de Cuvier est l'un des 72 qui figurent sur la Tour EiffelCuvier n’est-il pas le plus grand poète de notre siècle ? Lord Byron a bien reproduit par des mots quelques agitations morales ; mais notre immortel naturaliste a reconstruit des mondes avec des os blanchis, a rebâti, comme Cadmus, des cités avec des dents, a repeuplé mille forêts de tous les mystères de la zoologie avec quelques fragments de houille, a retrouvé des populations de géants dans le pied d’un mammouth ».

Cuvier (1769-1832) : de Montbéliard à Paris

En effet, Cuvier est aussi un observateur des mastodontes de l’Age de glace. Né à Montbéliard en 1769 dans une famille protestante. Il part étudier en Allemagne, sous la protection du Duc de Wurtemberg, passant quatre ans à l’Académie Caroline de Stuttgart, plus orientée sur le droit et la finance que la science…

Aussi, ses voeux d’exercer dans ce domaine ne sont pas immédiatement exhaussés. Il entre dans le monde professionnel en tant que précepteur au service de nobles à Caen. Préférant fuir le climat de tension de la Révolution Française, la famille déménage sur les côtes de la Manche, dans son château près de Fécamp. Le savant en profite pour étudier la faune des environs.

C’est là, qu’à force de disséquer et dessiner les animaux, marins surtout, il devient le roi des cloportes au pays des patelles ou inversement ! Encore un qui, comme vous, a humblement débuté par l’étude des coquillages avant de partir à la découverte des géants disparus…

Le climat politique apaisé sur Paris, sa carrière prend un nouveau tournant. En 1795, Cuvier est engagé au Muséum d’Histoire Naturelle dirigée en son temps par le héros de son adolescence, Georges Buffon. Cette institution, ex Jardin du Roi créé en 1626 par Louis XIII motivé par le médecin Guy de la Brosse, s’efforce de concilier éducation du grand public et recherche scientifique.

Os de seicheCoquillagesY_a_un_os

Des éléphants aux mammouths

Ainsi, d’un côté, en captivité, les éléphants vivants émerveillent les passants. De l’autre, les morts – en squelettes de collections – cohabitent avec les savants. Cette double perspective de l’animal, en chair ou en os, offre au paléontologue une bien instructive vision d’ensemble sur les proboscidiens : le nom de famille des grands mammifères à trompes que sont les éléphants et les mammouths.

Ces derniers n’ont pas encore le statut d’icônes préhistoriques d’aujourd’hui pour la bonne raison qu’ils ne sont pas encore parfaitement décrits… Cuvier va donner un petit coup de pouce en ce sens. Il dispose d’un héritage précieux qui va lui permettre d’approfondir cette perception si particulière qu’il a de la paléontologie, comme il l’expliquera plus tard : « C’est au moment de mon installation au Museum que je commençai cette collection d’anatomie si généralement connue maintenant.

VertèbreVertèbres_trouvées_plageBones

Drapeau français

J’allai chercher dans les combles du cabinet quelques vieux squelettes que Daubenton et M. de Buffon y avaient fait entasser comme des fagots et c’est en poursuivant cette entreprise tantôt secondé par quelques professeurs, tantôt arrêté par d’autres que je parvins à donner à cette collection assez d’importance pour que personne n’osât plus s’opposer à son agrandissement ».

Sympa l’ambiance

Cuvier doit en effet composer avec les rivalités, rumeurs, coups tordus et autre scepticisme ambiant. Partout sur la planète, des collègues continuent de refuser obstinément l’idée que des créatures aient pu disparaître à tout jamais. Pour eux, elle s’apparente à une déstabilisante perte de repères…

La suite de l’histoire ? A découvrir dans le nouvel ouvrage :

Les dinosaures sont parmi nous

Cuvier : Leçons d’anatomie comparée

 

Depuis le court intervalle dont je viens de parler, j’ai eu le bonheur d’avoir à disséquer de la ménagerie du Muséum ou des envois faits par ses correspondants ou par les naturalistes voyageurs, deux éléphants, un tigre, plusieurs lions ou lionnes de tous les âges, des ours, des panthères, beaucoup d’espèces de singes, trois espèces de kangourous, le phascolome, l’ornithorynque et l’échidné, animaux à peine connus des naturalistes, sans parler d’une infinité d’autres espèces rares dont plusieurs n’avaient jamais été disséquées.[...]

M. Péron, envoyé par l’institut national avec le capitaine Baudin dans la mer des Indes et à la Nouvelle Hollande, en a rapporté la plus belle collection d’animaux marins sans vertèbres, tant mollusques que vers et zoophytes, qui ait jamais été faite, et m’a encore mis à même de connaître les structures intérieures d’une foule d’espèces nouvelles, sans parler de celles qui, connues à l’extérieur par les naturalistes, n’avaient point été disséquées.

J’ai observé ou recueilli moi-même, à Marseille, une partie des poissons et des mollusques, crustacés, ou zoophytes de la Méditerranée ; pendant qu’un ami savant et zélé…

Paris Gare de Lyon (Marseille)

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
TV : dans les coulisses des Carnets d'Expédition et de Plongée avec Francis Le Guen !
Vortex, récifs coralliens, icebergs, lacs, etc. sur les chaînes France 5 et Voyage, l'animateur nous entraîne en mers inconnues... Des documentaires dépaysants, décoiffants, et maintenant des livres qui ne le sont pas moins !   VENDREDI 24...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/pere-paleontologie-france/

1 comment

  1. Sami

    Cuvier,Lamarck, etc…. Des souvenirs richissimes de savoir et tendres de l’enfance.
    Merci Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>