«

»

Imprimer ceci Article

Passion d’avril

Dévoile-moiEn 50 nuances de littératures et en chansons. Dévoile-moi en 50 nuances de Grey ou en 50 nuances de Pink : science, as-tu du cœur ?  

Comment construire une machine à explorer le temps ? A l’aide d’un trou de ver, indice fourni par la traductrice de l’ouvrage. Paul Davies, auteur de ce voyage cosmique, vous emmène au-delà des nuages, en première classe sans fusée ni bagage pour une évasion scientifique spirituelle. Il est bon d’insister sur ce point, car il arrive que de mauvaises langues vous disent sans rougir que la science rend austère ! Pire vous lance-t-on, elle priverait d’imagination, ce lieu secret du cerveau que Sylvie, Germain la romancière appelle l’amant nocturne de la réalité.

Comment construire une machine à explorer le tempsBien sûr, c’est tout le contraire : la science est une source d’inspiration inépuisable. D’ailleurs, grâce à ce livre d’astrophysique que ma plume « juvénile » a eu le privilège de traduire en 2006, on finit par atteindre un niveau de réflexion situé à mi-chemin entre science et philosophie. L’expérience est enrichissante si l’on se pose des questions sur le passé, le présent et l’avenir. Soit, la science souffre de cette image froide qui lui colle à la peau. Mais il faut dépasser les apparences.

Dés qu’elle s’affranchit du carcan littéraire qu’on lui a longtemps imposée, elle trouve un très large public : du chercheur à l’enfant ! Depuis quelques années donc, dans l’édition, elle s’épanouit enfin, s’ouvrant comme une fleur au printemps et devient plus accessible, plus ludique jusque dans les illustrations qui accompagnent les textes. Tout devient possible. Même de parler d’amour avec un regard scientifique ?

 

Suivez le fil : « C’est d’ici que je vous écris… »

De Bridget Jones à 50 nuances de Grey

Commençons par nous intéresser aux sentiments dans la Chick(en) Lit(terature) : traduction, de la « littérature de poulettes ». Elle s’adresse à un public féminin jeune auquel on conte des aventures amoureuses tumultueuses. Comme celles de Bridget Jones : il y a 15 ans, tout le monde se délectait des notes du journal de bord de cette gribouilleuse. Même le cinéma s’est laissé séduire par sa romance avec Mark Darcy.

Le Journal de Bridget JonesSuccès monstre ! Sans être érotique, le roman était gentillet à l’instar des personnages. Ouvraient-ils la voie à cet incroyable phénomène littéraire né en 2012 ? Les sages Bridget Jones et Mark Darcy ont-ils pour héritiers les plus délurés Christian Grey et Anastasia Steele ? Le couple désormais mythique de 50 nuances de Grey a débarqué en France en octobre (éditions JC Lattés). Si j’avais échappé au précédent tsunami éditorial (Harry Potter), exceptionnellement, j’avais envie d’être une lectrice « à la mode ».

Précisons qu’à ce moment là, j’achevais l’écriture de mon nouvel ouvrage. Il me semblait que cette lecture pouvait éventuellement me donner un autre regard sur mon sujet (vous allez comprendre…). Finalement, je ne cédais pas exactement à la tentation. Deux mois plus tard, j’achetais Dévoile-moi (éditions J’ai lu), du même acabit que 50 nuances de Grey. Dans la soirée, je lisais les 40 premières pages et, patatra, cata’… Je ne parvenais pas à me laisser emporter par cette histoire. L’ennui. Pendant des semaines, je laissais l’ouvrage de 400 pages dormir sur la table de nuit.

« Les histoires vraies… »

De 50 nuances de Grey à Dévoile-moi

Cinquante nuances de GreyHonteuse de n’être pas à la mode – que d’éloges sur ce livre -, péniblement, pour me faire pardonner, je tentais parfois de le sortir de sa torpeur. Couverture chic : titre en relief, lettres d’or, invitations impossibles à refuser (« Phénomène Mondial », « Il me possède, il m’obsède »), je n’étais visiblement pas prête à lever le voile qui couvrait « Dévoile-moi ». Un instant, j’ai songé au pire : le ranger dans la bibliothèque sans le terminer, pour l’oublier… Cauchemar !

Seulement, j’ai tant de respect pour l’objet de papier et le travail de l’écrivain que je m’en suis rapidement sentie incapable. Alors, le livre reposait toujours sur la table de nuit, attendant que j’accepte enfin de m’y intéresser sérieusement. Soir après soir, sous mes yeux, il était comme vivant, criant malheureux « Dévoile-moi », « Dévoile-moi », « Dévoile-moi » ! Face à tant d’obstination – des semaines d’appels du pied – j’obtempérai fin janvier. Mars, le défi était relevé.

« Et un jour une femme… »

De Dévoile-moi à L’amour bestial

Bon OK, je n’ai pas accroché. Les goûts et les couleurs… Mais je ne regrette pas cette lecture. Les livres apportent toujours quelque chose (ici, cet article). Dévoile-moi reste en tête des best-sellers. Et son auteur – Sylvia Day – collectionne les prix littéraires de sa catégorie : Romantic Times, etc. Elle raconte un amour brutal entre Eva Tramell, riche et belle et un superbe milliardaire Gideon Cross qui semble béni des dieux tant il a tout.

 

« Sans âme, le temps poursuit son oeuvre »

Ils sont beaux, ils s’aiment à la folie mais voilà, ils sont tourmentés par un passé douloureux (au goût amer d’abus sexuels dont les deux tourtereaux semblent avoir été victimes, des révélations sans doute présentes dans les tomes suivants). Allez, quelques extraits pour vous donner envie de lire cette trilogie ? Suspense : « X avait surveillé mes déplacements via une puce dissimulée dans mon portable », « J’ai emporté ton téléphone à mon bureau et j’ai récupéré la vidéo via une clef USB », « Tu ne peux pas pirater mon portable à ta guise », « C’est dingue, si elle t’appelle presque chaque jour, c’est du harcèlement »…

La mer ? « Quelle profondeur une relation sentimentale pouvait-elle atteindre si l’on n’avait pas accès aux recoins les plus sombres de l’âme de son partenaire ? » « Il est à la fois beau et intouchable. Une combinaison irrésistible », « Un son rauque lui échappa quand il découvrit que j’étais déjà trempée » (ne riez pas !). L’amour : « Je t’aime » « Il me gratifia d’un baiser plein d’une douceur qui ne faisait que réaffirmer le lien précieux, complexe, exaspérant et nécessaire qui nous unissait ». Maintenant, vous vous demandez peut-être quel est le rapport avec mon prochain livre de science ? Les histoires de cœur chez les animaux ! Ah, ils s’aiment ? Pourquoi, comment ? Découvrez-le jeudi 25 avril en librairie dans L’Amour Bestial.

 

« 50 nuances de Pink & Try, try… »

 

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/passion-avril/

2 comments

  1. Frederic PORTE

    j’aime beaucoup …. le titre de la chronique!
    Et sincèrement j’avais bien aimé « le journal de Bridget Jones » à l’époque, c’était pas mal écrit quand même.
    Là les extraits ne donnent pas du tout envie de découvrir « devoile moi ».
    Par contre, très envie d’être au 25 avril, ça va être bestial !
    ;-)

    1. Caroline Lepage

      C’est gentil, Frédéric :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>