«

»

Imprimer ceci Article

Une seconde chance sur une nouvelle planète, ou ni l’une ni l’autre ?

Gliese_581G 581 est une exoplanète qui va sûrement beaucoup faire parler d’elle à l’avenir. Elle aurait en effet quelques points communs avec la Terre, points qui sont autant de facteurs nécessaires à la vie. Une découverte fascinante à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de la science !

Information publiée en 2007 

Des exoplanètes, les astronomes commencent à en connaître un bon paquet aujourd’hui. Ils sont toujours en quête de LA planète, ailleurs, celle qui abriterait la vie extra-terrestre ou celle sur laquelle il serait possible d’installer des êtres humains. Le rêve en somme. Justement, à ce sujet, il faut bien admettre que l’exoplanète tout juste découverte par une équipe de scientifiques européens (Observatoire de Genève, Centre d’Astronomie de Lisbonne, CNRS) pique particulièrement leur curiosité.

Et pas uniquement par le fait qu’elle est la plus petite des exoplanètes connues jusqu’à aujourd’hui… Voyez vous-même les informations obtenues à l’aide du télescope Harps de l’Observatoire Spatial Européen (Eso) au Chili : G 581c – c’est son nom – est rocheuse ou peut-être couverte d’océans. Comparée à la terre, elle est 5 fois plus lourde, 1,5 fois plus grande et la gravité à sa surface est 2,2 fois plus élevée. Bien sûr, elle est en orbite autour d’une étoile – Gliese 581 – dont elle fait le tour en 13 jours.

Quatorze fois plus proche de cette étoile que la Terre ne l’est du Soleil, la température moyenne qui règne à sa surface se situe entre 0 et 40°C ! Parfait, ni trop froid, ni trop chaud donc. Mais pourquoi la température n’y est-elle pas plus haute si G 581c est effectivement aussi proche de son étoile ? En réalité, Gliese 581 est une naine rouge, bien moins vive et chaude que notre fougueux soleil. D’où, aussi, la possibilité de trouver de l’eau à l’état liquide sur l’exoplanète… Et qui dit eau, dit espoir d’une vie extra-terrestre !

Seul bémol, le bombardement massif de rayons infrarouges que n’apprécierait guère le corps humain. Ah oui, autre chose, cette « super-Terre » comme l’appellent les astronomes est loin, très loin même puisqu’elle se trouve en dehors du système solaire (raison pour laquelle on parle d’exoplanète) à 20,5 années-lumière de chez nous ! Autrement dit, avec les moyens actuels, il faudrait 500 000 ans pour l’atteindre. Il va donc falloir mettre les bouchées doubles en matière de technologie et patienter un peu avant de mettre sur pied une mission d’exploration…

Autres articles intéressants...

Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/pas-de-seconde-chance-sur-une-nouvelle-planete/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>