«

»

Imprimer ceci Article

En quoi l’île de Pâques est-elle plus qu’un trésor archéologique ?

Easternislands4Ah, l’île de Pâques, ses tablettes Rongorongo à l’écriture indéchiffrable, ses géants mythiques ! Tout en basalte, hauts de plusieurs mètres, brisés, entiers, couchés, debout, les Moaïs sont plus de 800… 

Extrait du livre Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?  

Mouches livreS’agit-ils de gardiens veillant sur ce confetti long de 23 km perdu dans le Pacifique, sont-ils des représentations de divinités ou d’ancêtres ? Mystère. Très isolée, à 3700 km du Chili dont elle dépend, l’île est plus qu’un site archéologique. C’est un héritage écologique qui doit résonner en chacun de nous. L’histoire commence au Ve siècle lorsque les Polynésiens, partis sur des pirogues, y débarquent avec poulets, plants de taros, ignames, patates douces, bananes, etc.

Volcans éteints aux cratères cachant de l’eau douce, côte rocheuse dangereuse en l’absence de barrière corallienne, forêt généreuse mais peu d’espèces animales et végétales : Rapa Nui, comme ils l’appelleront, se montre inhospitalière. L’agriculture supporte mal les conditions environnementales. La pêche est difficile…

Capture d’écran 2017-08-02 à 16.47.57 - copieCe qui n’empêche pas la population de s’épanouir et de s’organiser en clans. Au XVIe siècle, elle compterait même plus de 10000 habitants. Leur principale occupation ? Sculpter d’imposantes statues au pied du volcan Rano Raraku et les transporter grâce à des rondins de bois. Mais voilà, les arbres sont abattus sans retenue. Le climat s’en mêle avec un El-Nino brutal au XVIIe. Le sol s’appauvrit. La forêt et ses ressources naturelles disparaissent. Faim, impossibilité de fuir : les gens se déchirent dans des guerres tribales qui mènent à la destruction des Moaïs et au cannibalisme !

Aussi, quand en ce dimanche de Pâques 1722, l’explorateur hollandais Jacob Roggeveen découvre l’île, elle n’est plus qu’un désert à l’herbe rase où survivent 3000 personnes dans un dénuement total. L’arrivée des colons européens (épidémies, esclavage, etc.) enfonce le clou. En 1877, ils ne sont plus qu’une centaine de Rapanuis… Fin de la triste histoire.

 

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/paques-archeologique/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>