«

»

Imprimer ceci Article

Overdose de Ti-Punch pour la Grande Barrière de Corail ?

Ah la Grande Barrière Australienne et ses poissons aux couleurs pétantes qui grouillent au-dessus des patates de corail sous l’oeil interessé des squales… Un mythe de la plongée ! Pourtant, ces 350 000 km2 de paradis marin qui longent la côte du Queensland sur le Nord-Est de l’Australie, n’échappent pas à la règle des écosystèmes en danger.

 

Selon une étude publiée le 28 janvier 2006 par Joe Baker, expert au Queensland Department of Primary Industries, la Grande Barrière est menacée par la pollution d’origine agricole et particulièrement la canne à sucre ! En voilà une autre pour laquelle “l’alcool nuit gravement à la santé”… Ainsi, comme toutes les exploitations agricoles, la culture de canne à sucre nécessite l’usage d’engrais, de pesticides et d’herbicides. Or, les eaux de ruissellement se chargent en partie de ces produits phytosanitaires avant de se jeter dans le lagon.

Quand la vinasse tue les coraux…

 

En premier lieu, les engrais constituent un apport excessif d’éléments nutritifs – phosphate et nitrate – qui favorisent le développement des algues. Ce phénomène, appelé eutrophisation, conduit lentement au remplacement des coraux par les végétaux marins. Par ailleurs, le rapport signale que les pesticides, facilement solubles dans les graisses, se concentrent dans le tissu adipeux des dugongs et des cétacés qui fréquentent la zone.

Et pour “arroser” le tout, les cadavres de bois des moissons, souvent accompagnés d’autres sédiments terrigènes, perturbent la limpidité des eaux. La lumière, facteur capital de la santé des récifs, est alors beaucoup plus difficile à capter. Et les zooxanthelles, microalgues logées dans les coraux, ne peuvent plus correctement accomplir la photosynthèse. Résultat : les coraux blanchissent.

Tout porte à croire que les polluants s’accumulent à chaque maillon de la chaîne alimentaire marine jusqu’aux plus gros prédateurs ! De plus, l’industrie de la canne à sucre rejette un déchet très visqueux provenant du raffinage du sucre, la vinasse (sans jeu de mot, hic…). Ce composé très acide subit une oxydation lorsqu’il arrive sur le littoral, si bien qu’il réduit considérablement le taux d’oxygène dissous dans l’eau. Il s’en suit, non pas la douce ivresse d’un Ti-Punch bien corsé, mais une véritable asphyxie des organismes marins.

Quel avenir pour la Grande Barrière Australienne ? 

Le climat est donc tendu entre les autorités du Queensland, représenté par Peter Beattie et le lobby des industries de la canne à sucre, installées sur une surface côtière de 500 000 hectares. En effet, le plan d’action gouvernemental mené en faveur de la protection de la Grande Barrière prévoit d’importantes modifications des pratiques agricoles.

« Le principal objectif du plan est de stopper le déclin de la qualité des eaux qui entrent dans le récif et au contraire, de l’améliorer dans les 10 ans à venir !” a déclaré Monsieur Beattie. C’est, semble-t-il, à ce prix que la Grande Barrière pourra conserver son statut de plus grande structure vivante de la planète pour le plaisir des plongeurs d’aujourd’hui et de demain.

Article rédigé en 2006

Autres articles intéressants...

Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/overdose-de-ti-punch-pour-la-grande-barriere-de-corail/

3 comments

  1. Frederic PORTE

    il ne faut plus boire de rhum ???????
    impossible!
    allez hop je me ressers un verre de rhum …. antillais !

  2. Caroline Lepage

    A la vôtre, Frédéric ;) !

  3. Sugel

    - Une bande côtière, base de l’industrie touristique, composée de plages, de baies, d’îles et bien sûr de la Grande Barrière de Corail . Cette région littorale abrite aussi de luxuriantes forêts tropicales, d’immenses plantations de canne à sucre et des parcs nationaux. Les villes les plus importantes de l’Etat se trouvent sur la côte. Le Sud-Est est la partie la plus peuplée du Queensland grâce à la présence de Brisbane, la Capitale, qui regroupe près d’un tiers de la population totale et à une agriculture variée (céréales, cultures maraîchères et fruitières, élevage laitier), favorisée par un climat subtropical humide,et grâce aussi à des ressources minières non négligeables (charbon et hydrocarbures). La côte Nord-Est est un ensemble de petites plaines qui ont été mises en valeur. Chaque plaine a son centre urbain. La canne à sucre est cultivée de façon intensive dans des exploitations de 30 à 40 hectares. La région produit les ¾ de la canne à sucre australienne . Elle est traitée dans des sucreries et expédiée ensuite vers le reste de l’Australie et l’étranger (Japon). La culture de la canne à sucre ne s’est pas développée à certains endroits de l’Etat. A la place, on y pratique l’élevage de gros bétails. Outre l’activité agricole, la région s’est développée au tourisme, favorisé par un climat chaud, de belles plages et la présence de la Grande Barrière de Corail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>