«

»

Imprimer ceci Article

L’ornithorynque a les glandes !

Ornithorynque 2Petit mammifère semi-aquatique à fourrure, l’ornithorynque fait partie de l’étrange famille des monotrèmes. On ne le rencontre que dans l’Est de l’Australie. Long de 50 cm, queue comprise, il s’active la nuit et plonge régulièrement bien qu’il ait un terrier au-dessus du niveau de l’eau. A première vue, de jour, rien de très excentrique chez cet animal, sauf que pour un mammifère, être venimeux comme un reptile et porter un bec de canard…

Ornithorynque 1Electrosensible (avec lequel il déniche dans la vase vers, larves et insectes dont il se nourrit), avoir les pattes palmées, et comme son cousin l’échidné être ovipare voilà qui est carrément unique ! L’achèvement du décodage du génome de l’ornithorynque en 2008 a d’ailleurs révélé qu’il avait bien dans ses 18500 gènes de troublants points communs avec les reptiles et les oiseaux, ce qui a des répercussions jusque dans sa reproduction donc. On y vient…

Le mâle plus grand que la femelle est le seul des deux à porter une glande à venin sur chaque éperon de ses pattes postérieures, venin très toxique utile contre les prédateurs et qui peut tuer un chien ! Mâle et femelle sont sexuellement mâtures vers deux ans. Chose étonnante, madame a deux ovaires mais un seul fait son job : le gauche.

Les « platypus » comme on les appelle en anglais ne se reproduisent qu’une fois l’an, entre juin et octobre. Le rôle du mâle se limite à l’accouplement dans l’eau. Tournoyant autour de sa promise, il l’attrape par la queue et hop, use de son pénis bifide (à l’extrémité en forme de V, original pour le coup) !

Après cela, la femelle, elle, a encore du pain sur la planche. La ponte de ses œufs n’aura lieu que 28 jours plus tard. En attendant, elle s’occupe : creuse un long terrier dans la berge qu’elle s’applique à rendre imperméable puis l’aménage avec des végétaux morts. Une fois le nid douillet prêt, elle peut y pondre ses œufs (de mammifère donc !) : généralement deux.

En une grosse semaine d’incubation grâce à la chaleur du corps maternel qui les entoure, les bébés quittent leur coquille. Le travail de cette mère dévouée ne s’arrête pas là. Le premier mois, allaitant sa progéniture (sans mamelles car elle n’en a pas ! les petits avalent le lait qui suinte de sa peau sur ses poils), elle ne s’autorise que quelques sorties pour aller se nourrir. Elle garde ses jeunes auprès d’elle, à l’intérieur du nid, durant 4 mois avant de pouvoir enfin souffler ?

Extrait du livre : Amour Bestial

Autres articles intéressants...

Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Pourquoi les flageolets ne sont-ils pas très distingués ?
Les flageolets sont des grains extraits de haricots. Cuisinés avec un bon gigot d’agneau, ils sont très appréciés, mais plutôt le week-end… (extrait du livre POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES CROTTES ?)
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/ornithorynque-a-les-glandes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>