«

»

Imprimer ceci Article

La nuit de la dame de pique

Dame de pique

Question à l’approche de la Saint-Valentin, si l’amour était un jeu de cartes et cette femme, une bête ? Elle serait la reine noire (des sables mais pas que), fluorescente la nuit à l’instar du corail, et deviendrait ? Madame Scorpion : attirante d’abord, piquante ensuite pour finir en croqueuse d’Homme dans un dernier temps ! A la vie à la mort après un dernier tango, ou l’explication de l’expression « aimer à la folie » ?

Le petit scorpion noir à queue jaune, corps sombre et pattes claires comme son nom l’indique, n’est pas typiquement un habitant des déserts de sable. En fait, on le trouve chez nous, dans le sud de la France – comme son grand cousin, le scorpion languedocien. De quoi avoir peur ? Modérément : sa piqûre n’est pas mortelle pour l’Homme.

Carte de répartition géographique des scorpions

Carte de répartition géographique des scorpions

Et puis, comme tout scorpion, il mène plutôt une existence nocturne. Quittant son terrier pour aller chasser, un coup de queue et vlan, le dard à son extrémité injecte le venin à sa proie, si besoin seulement : il n’a plus qu’à la dévorer toute crue ! Quand reviennent les beaux jours, c’est aussi à la nuit tombée que l’on danse chez les scorpions. Le mâle en quête d’amour quitte son refuge et déambule dans le noir. À l’aide de ses peignes, récepteurs chimico-sensoriels, il traque les phéromones qui le mettront sur une piste. Enfin, une femelle dans le coin !

Androctonus australis (© HTO)

Androctonus australis (© HTO)

Il la touche, entamant avec elle un face-à-face torride, aux allures de match de catch d’abord. Gare au coup de dard… Elle veut se défendre, lui la calmer. Une bonne petite piqûre pour la tranquilliser, à condition d’y aller mollo sur la dose pour ne pas la tuer. Il vibre d’amour. Elle le sent. Percevant ses oscillations au niveau du sol, car elle aussi a les peignes sensibles, elle riposte puis bat en retraite. Mais il en pince trop pour elle et revient à la charge. Il essaie de lui attraper les pédipalpes. Gagné !

La « promenade à deux » comme l’appellent les entomologistes peut commencer. Cette fois, le tango n’a plus l’air d’une lutte acharnée entre deux adversaires. Pendant qu’ils dansent, le mâle cherche, à tâtons – et à coup de peignes qu’il promène –, le lieu idéal pour déposer son spermatophore, petit colis en forme de baguette contenant les spermatozoïdes. Détail important : pas de pénétration au programme de ces deux-là !

Fluorescence de Mme Scorpion

Fluorescence de Mme Scorpion

Au lieu de cela, abracadabra, le mâle sort sa « baguette magique » – non, non, pas sa braguette magique ! Il la dépose à terre. Le jeu consiste ensuite à conduire sa partenaire avec précision pile au-dessus de sa semence, laquelle passera ainsi directement dans son opercule génital. Dur mais finalement… but ! Seulement gare, après les parties de pinces en l’air, madame a souvent une petite faim. Volontiers mante religieuse à cet instant, elle ferait bien son quatre-heures de son amant… ou pas, s’il a beaucoup de chance !

Après un an de gestation, comblée, cette « veuve » noire à queue jaune est mère de quelques dizaines de bébés scorpions : les pullus. Blancs et mous, ils sortent d’œufs éclos aussitôt après la ponte. Toute la marmaille reste sur le dos de la dame. Les pattes équipées de ventouses, les pullus ne risquent pas la chute. La femelle les trimballe pendant des jours, le temps pour eux de muer et d’être capables de se débrouiller enfin comme des grands…

Extrait du livre L’Amour Bestial

Amour Bestial

Dîner, plongée, livre, voyage : comment passer une Saint-Valentin  2014 « scorpionisante » ?

Attention et c’est logique, elle n’est pas sans danger pour les amoureux ! Recette épicée dont voici les ingrédients à l’arrière goût de voyages plongée à la carte pour rester dans le t(h)on :

- La revue Repérages Voyages 7 – décembre 2012 : vous repérerez cet indispensable cadeau (suggestion de la rédaction de Noël certes, en même temps, c’est un peu Noël toute l’année au fil des numéros) à conseiller en cas de rupture, plutôt que pour conclure !

Scorpions - Repérages Voyages (Noël 2012)

Ce tube de scorpions facilement transportable évitera au moins à votre ami de mourir de faim en voyage. Avec un peu d’imagination, vous pourrez aussi les considérer comme des animaux de compagnie qui l’empêcheront de se sentir seul au bout du monde, qu’il ait à traverser les mers et les déserts, voire même à camper sur l’île de Robinson Crusoé.

Décembre 2012

Avant de le quitter pour de bon, glissez donc dans son sac de baroudeur la carte chiffon d’un pays symbolique de votre relation – ici l’Australie – chiffonnée à souhait, déchiffonnée à l’infini, annotée pour lui indiquer la prochaine destination à visiter impérativement avec les adresses où passer la nuit (sans vous, mais palaces cinq étoiles, luxe testé qui mérite une bonne publicité).

Ajoutez une boîte de comprimés pour qu’il supporte le vol plus le décalage (important si vous passez dans le pays six mois avant lui, un peu moins si vous y êtes juste quelques semaines plus tôt) et – non, ce n’est pas un sex toy de torture ! -, ce masseur à picots qui le picotera de temps en temps. Sous une main lourde, ça peut faire mal d’accord, mais si ça peut l’aider à marcher… Bref, avec tout cela, vous continuerez à l’accompagner partout et il ne vous oubliera jamais tout à fait, même s’il en rêve. Effet dame de pique garanti !

Avril cruel- Avril Cruel 2012, livre à compte d’auteur énigmatique signé sous pseudonyme « Chris Tobal » : une histoire d’amour finissant en queue de poisson qui mêle aquarium, plongeurs, récifs coralliens au fond d’une piscine ou en décor naturel, artiste peintre, femme et vilain scorpion voyageant comme la dame (de pique ?) entre Cuba et Paris ou vice versa. Voilà qui colle bien avec la mer, les poissons scorpions étant également une famille de bêtes venimeuses.

Oeil de poisson scorpionVert de rage en MéditerranéeEn aquariumMimétisme dans l'océan indien

Mai 2013- La revue Repérages Voyages 9 – mai 2013 (piscine avec vue sur le lagon en couverture) : pour en savoir un peu plus sur l’Ile perle des Caraïbes, ce numéro en confie volontiers quelques clés à découvrir entre les lignes. Au passage, toujours quelques suggestions de détours humides par la Mer Rouge, l’Océan Indien et le Pacifique. Parce qu’on plonge partout autour de la planète bleue, superbe boule de cristal des tours opérateurs (annonceurs bien sûr)…

Conclusion : au-dessus de la surface comme en dessous, le scorpion fait toujours partie du voyage. C’est mathématique et d’ailleurs… écrit sur les cartes !

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/nuit-dame-de-pique/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>