«

»

Imprimer ceci Article

MESSIEURS, DAMES : L’ENFER DES REGLES !

Avant leurs règles, deux jours plus tôt, les femmes commencent déjà à avoir mal au crâne… Difficile de parler de migraine quand les hommes paniquent déjà : « et voilà, ceinture… de chasteté ! ». Le plus souvent – sauf exceptions ou désir incontrôlable dans l’état amoureux des débuts – pas de rapport sexuel parce que madame saigne comme si elle avait été poignardée et que le bas ventre crie qu’il ne peut plus, ou ne veut plus, accueillir la petite graine…

Peut-être que le corps envoie un signal fort, douloureux et visible, pour dire combien il ne tient pas à être perçu comme celui d’une « poule pondeuse », d’oeufs fécondés donc de poussins : combien de femmes sont mortes bêtement dans les années 60 après avoir supporté parfois pas loin d’une dizaine de grossesses et d’avoir élevé ensuite pendant quelques années seulement 5, 6, 7, 8 orphelins sans avoir profité de leur vie ? Et puis, il y a eu la loi sur l’avortement, la contraception, la pilule, le stérilet, le préservatif pour arrêter l’insupportable massacre ?

Ce qui n’empêche pas le corps des femmes de continuer à souffrir aujourd’hui, peut-être pour manifester dans son coin et en couleur en ces temps de libération de la parole et de scandales sur les violences faites aux femmes comme aux hommes. Weinstein, Daval, ils n’ont pas de règles pour exprimer à quel point le corps de l’être humain refuse d’être considérer comme une poupée sans âme à laquelle on ne demande pas son consentement au moment de la pénétration…

Les hommes, les vrais, les purs, les sensibles, se demandent probablement ce que ça fait de saigner autant pendant quelques jours. Ils en ont des haut-le-coeur, des vertiges, devant les protège-slips aux allures de couches gorgées d’hémoglobine au plus fort de l’hémorragie mensuelle. Comme si une bande d’êtres invisibles s’étaient succédés peut-être durant son sommeil ou rien qu’en frottements dans le métro, actes sexuels virtuels simulés, juste pour qu’on n’en finisse avec cette histoire de maternité ce mois-ci ! A-t-on violé la dame ? Il en pleure, le bonhomme, tout seul dans son coin, ne supportant pas cette souffrance inutile, mais garde pour lui son chagrin, ses doutes et ses interrogations. Il est pudique, réservé, comme tant d’hommes dans ce pays.

Et elle ? Elle coule en silence, l’entre-jambes en chou-fleur… Bizarre, la vulve et le vagin ne sont pas supposés être impactés par cette désagrégation d’une partie superficielle de l’utérus… L’utérus, l’organe de l’intérieur, sur le plan anatomique, relié aux deux ovaires de la femme, mère potentielle, et formant un triangle qui n’a rien d’amoureux dans lequel pourrait se loger puis y grandir un embryon.

La vulve, le vagin, le plaisir entre deux partenaires prêts à s’aimer plus que dans les sentiments, dans l’accouplement physique, par la pénétration du pénis de l’homme. Alors même si elle a mal, la jeune femme, célibataire ou amoureuse, elle continue de marcher, tête haute, de courir s’il le faut, essayant de cacher de son visage la fatigue et la douleur de cet écoeurant fluide visqueux qui s’échappe comme un cri de son corps quelques jours par mois. Et puis, elle continue de travailler, elle veut assurer au boulot sans qu’on lui reproche d’être une « foutue satanée de bonne femme qui fait la gueule » à cause des règles…

Lire aussi : la serviette hygiénique lavable (source L’Express)

On voudrait les voir, les hommes dans le même état qui en font tout un foin pour un simple rhume ! Cela dit, il paraît qu’ils y sont plus sensibles que les femmes. Alors, qu’ils se couvrent quand il fait froid : bonnet, écharpe, gants, et veste chaude et moderne, s’il vous plaît ! Madame a beau éviter de se plier en deux quand elle marche, elle n’en oublie pas de penser à la mode. Et peut-être même au cadeau qu’elle voudrait offrir à sa moitié pour l’admirer en sublime héros bien fringué de temps en temps ?

Alors, ne soyez pas grincheux, messieurs et souriez : si elle vous regarde, la passante souffrante de son hémoglobine qui se recycle mais qui trouve agréable de vous admirer malgré tout de la tête aux pieds, c’est qu’elle vous trouve du style, de la classe… Et ça, ça lui réchauffe le cœur et lui donne aussi des idées pour faire plaisir à son amoureux. Le veinard ! Un de ces soirs où elle n’aura plus mal au ventre, il rentrera du travail et ils s’éclateront au lit, heureux comme juste avant le dîner vite fait aux chandelles… Et si Dieu existe, ou pour ceux qui croient plus à la science, l’adaptation des organismes à l’environnement comme la décrivait Charles Darwin, on ne devrait bientôt plus entendre parler de ces empêcheuses de tourner en rond que sont les règles… de l’évolution !

Autres articles intéressants...

Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/messieurs-dames-lenfer-des-regles/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>