«

»

Imprimer ceci Article

L’interchangeabilité des pièces au 18e siècle, une révolution !

Reebok Pump ?Un autre scandale – au moins aussi grave que celui de la pollution aux perturbateurs endocriniens – est en chemin au 21e, il se nomme : obsolescence programmée… En clair ? Si une pièce ne peut être remplacée sur un appareil, ménager – aspirateur, robots de cuisine, etc. vive le balais, mesdames, messieurs et l’huile de coude ? – technologique – portable, téléviseur, ordinateur – il n’y a plus qu’à jeter, pour en acheter un nouveau ! A crédit, tant pis ? C’est juste tant de gâchis, un fléau pour votre porte-feuilles et l’environnement, une folie de la surconsommation aussi révoltante que cette dictature de la mode à laquelle les femmes sont si sensibles en 2017 : « de quoi, pas possible, tu portes encore tes jupes longues et tes chemisiers des années 1990, tes robes d’été ou tes vestes des années 2000 ? Et t’as plus investi dans des baskets depuis 2007 ? moi, je change de garde-robes toutes les semaines ». Hic ? Redécouvrez l’interchangeabilité des pièces, une révolution qui ne date pas d’hier et qui visait à réduire les pertes…

Objectif ? Arrêter de gâcher du temps et de l’argent et réduire le nombre de déchets pas toujours facile à recycler, alors au choix, l’obsolescence programmée ou l’interchangeabilité des pièces ?

Démonstration et plus d’informations ? En ligne sur le site du musée de l’armée française

Table des constructions des principaux attirails de l'artillerieAutrefois, chaque objet conçu – un pistolet par exemple – était unique ! Une seule pièce cassait, et il fallait racheter une nouvelle arme… Au début du 18e siècle, Guillaume Deschamps, propose un fusil normalisé aux pièces interchangeables à l’armée française.

Mais le principe ne convainc pas encore : on le trouve trop difficile à mettre en œuvre. Trop coûteux aussi. En 1778, Honoré Blanc, armurier français relance l’idée, avec succès cette fois ! Informé par Thomas Jefferson, ambassadeur en France, Eli Whitney la développe aux Etats-Unis dés 1798 pour la conception d’armes militaires…

Adieu la production à l’unité ! Le 19e siècle marque le passage à l’ère industrielle moderne, performante, qui fait appelle à des ouvriers moins qualifiés et plus faciles à recruter que les artisans au savoir-faire et à l’expérience unique. Et ça, c’était écologique et bon pour l’emploi !

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Pourquoi les flageolets ne sont-ils pas très distingués ?
Les flageolets sont des grains extraits de haricots. Cuisinés avec un bon gigot d’agneau, ils sont très appréciés, mais plutôt le week-end… (extrait du livre POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES CROTTES ?)
La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/linterchangeabilite-des-pieces-au-18e-siecle-une-revolution/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>