«

»

Imprimer ceci Article

Les plongeurs et le dinosaure

C’était il y a 160 millions d’années, à l’époque du Jurassique. Perché sur ses deux pattes arrières, un mégalosaure se ballade tranquillement. Pataud, le ‘dino’, carnivore, mesure 10 mètres de long et 3 m de haut. Et alors ? Quel lien avec la plongée ?

C’est qu’il est lourd le bonhomme. Il pèse au moins 1,5 tonne et forcément, laisse des traces dans le sol… 160 millions d’années plus tard, décembre 2004. John Hudson, géologue à l’œil averti, inspecte les environs de Scarborough, sur la côte Nord-Est de l’Angleterre. Voilà qu’il tombe sur quelque chose d’étrange : une énorme empreinte de patte fixée sur un rocher dans le grès ! Il informe les autorités compétentes de sa fabuleuse découverte.

 

Une fois le feu vert donné, il est décidé de récupérer le fossile. Oui, mais comment ? Car le trésor de 300 kg, tombé d’une falaise en amont lors d’une violente tempête, repose désormais parmi les rochers couverts d’algues et régulièrement balayés par la marée. Bref, on ne peut y accéder qu’à pieds armés de solides bottes antidérapantes, ou par la mer, mais la navigation par bateau se révèle impossible à moins de vouloir s’échouer définitivement sur ce bout de littoral en dents de scie à fleur d’eau. Le projet est un vrai casse-tête et les solutions proposées sont éliminées les unes après les autres.

Les responsables font alors appel à un joker inattendu : le Club de Plongée de Scarborough… Excellente idée qui emballe tous les plongeurs, ravis de participer pour la première fois à une aventure paléontologique ! D’ailleurs, l’un d’entre eux, Chris Robinson, travaille pour TransCore (société spécialisée en ingénierie du transport). Il suggère de concevoir une sorte de radeau amélioré. Bingo, son système de plate-forme reposant sur 4 bidons de 200 litres chacun et faisant office de flotteurs est adopté. Il n’y a plus qu’à attendre les conditions idéales : météo clémente, mer peu agitée et marée favorable. L’évènement a donc lieu le premier samedi de février 2006, et rassemble au total 25 volontaires.

Le bateau du Club tire le radeau, mais doit, par sécurité, s’arrêter à distance du site. Deux plongeurs, pagayeurs pour l’occasion, prennent le relais et l’emmènent à terre où une équipe les attend avec impatience. A plusieurs, les hommes vont soigneusement emballés le paquet préhistorique puis le placer à bord du radeau. Les plongeurs hissent le tout dans l’eau glaciale. Direction le bateau de plongée qui remorquera le radeau à bon port. Enfin ! Aujourd’hui, le fossile sèche à l’abri des regards. Mais dés 2007, l’empreinte de pas du ‘dino’ sera exposée au musée de Scarborough… Plongeurs et apprenti-paléontologues ? Bravo les gars !

Caroline Lepage (article publié en Juillet 2006 dans Plongée Magazine)

Autres articles intéressants...

Vos billets, s’il vous plaît !
Des escargots ont été réprimandés pour avoir pris le train sans billet. Et leur propriétaire a même failli avoir une amende. Une histoire mal partie qui s'est pourtant bien finie…
La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/les-plongeurs-et-le-dinosaure/