«

»

Imprimer ceci Article

Les piranhas, des mauviettes ?

Entendre leur nom suffirait à glacer le sang du plus téméraire d’entre nous. Ne raconte-t-on pas dans les films d’épouvante que ces poissons sont des monstres à tuer ? En réalité, la vérité est ailleurs…

Avec ses belles dents blanches, s’il ne nous inspirait pas une telle peur, le piranha pourrait presque faire de la publicité pour les dentifrices. Hélas pour lui, sa réputation le précède et ce, depuis que les Espagnols ont croisé sa route dans les fleuves d’Amérique du Sud (eaux de l’Amazone). On dit de lui qu’il mange les hommes. Par bancs entiers, les piranhas se jetteraient sur leur victime pour la dévorer en quelques secondes à peine ! Mais attention, gare à l’amalgame.

 

D’abord, il faut savoir que la plupart des espèces de cette famille de poissons – celle des Serrasalmidae – préfèrent, et de loin, savourer quelques graines, fruits ou morceaux de plantes aquatiques plutôt qu’un gros steak de viande saignante. Ainsi, il existe 3 genres de piranhas – Pygocentrus, Serrasalmus et Prystobricon – soit une trentaine d’espèces. Et finalement, seules les 3 espèces de Pygocentrus peuvent effectivement se montrer dangereuses pour l’être humain (parmi elles, le célèbre piranha rouge – Pygocentrus nattereri – qui fascine tant les passionnés d’aquariologie… et les réalisateurs de film d’horreur).

Première chose, elles préfèrent largement se nourrir de poissons, bien plus faciles à pêcher et à dénicher qu’un homme ! Mais plus sérieusement, une récente étude britannique menée par des chercheurs de l’Université de St Andrews donne aujourd’hui une toute autre version du terrifiant mythe. En réalité et contrairement à ce que l’on pensait jusqu’ici, les piranhas ne forment pas de grands groupes pour chasser, mais uniquement pour se défendre.

Seuls, ils ne font pas les fiers alors qu’en bandes, face à eux, un prédateur potentiel préfèrera prendre la fuite… s’il en a le temps. Sinon, le malheureux est fait ! Car oui, les piranhas ont des ennemis tels les caïmans par exemple. Autre chose à savoir, lorsque le niveau des cours d’eau est élevé, éviter l’ennemi est plus facile donc les piranhas se promènent en petits bancs. En revanche, lorsque le niveau de l’eau est au plus bas, le risque de finir dans l’estomac d’un autre est plus élevé, d’où l’envie de s’entourer d’une foule d’autres piranhas (plus de 50 individus). Toujours utile à savoir, n’est-ce pas ?

Autres articles intéressants...

Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/les-piranhas-des-mauviettes/