«

»

Imprimer ceci Article

Les hommes ont-ils mis fin au règne des mammouths ?

Peintures de mammouths par des artistes de Cro-Magnon à Font-de-Gaume, par Charles R. Knight, 1920

Les mammouths exercent sur l’esprit la même fascination que les dinosaures ! Comme eux d’ailleurs, ils ont disparu dans des conditions qui demeurent obscures malgré les données accumulées par les chercheurs. Mais que leur est-il donc arrivé ?

MAmmouth-grotte-du-Pech-MerleTaille des mammouths en comparaison avec les hommesDame de Brassempouy, fait avec de l'ivoire de Mammouth laineux, au Musée d'archéologie nationale

3 mètres de haut, 5 tonnes : on imagine mal ce qui a pu mettre KO ce super Poids Lourds ! Bon vieux mammouth laineux dont les racines se situent en Afrique il y a 4 millions d’années (MA) sous les traits de Mammuthus subplanifrons puis de M. africanavus. Ces deux là, 2 MA plus tard, font route vers le Nord et sont à l’origine d’une nouvelle espèce en Europe, l’immense M. meridionalis, père des mammouths d’Amérique.

Il est en effet le premier à avoir franchi le détroit de Béring encore au sec (Béringie) il y a 1,5 MA et s’est différencié en mammouth de Colomb (M. columbi) et mammouth pygmée (M. exilis) disparus respectivement il y a 10000 et 12000 ans. En Europe, M. meridionalis est à l’origine du mammouth des steppes (M. trogontherii) né il y a 600 000 ans, colonisateur d’Est en Ouest éteint il y a 150 000 ans. Ce dernier est l’ancêtre direct de M. primigenius, le mammouth laineux apparu en Sibérie il y a 700 000 ans.

8 cm de gras, 2 de peau plus une ‘doudoune’ à 3 types de poils (duvet de 5 cm – la bourre -, crin de 15 cm, épais poils d’1 m – les jarres -) : le mammouth ne pouvait pas prendre froid ainsi emmitouflé !

Mauvaise météo

Grotte_ornée_de_RouffignacFrance_presence_mammouths_peintures

Laineux car à cette époque, il fallait sortir couvert tant le vent était froid et le climat sec ! S’installant dans toute l’Eurasie, le mammouth laineux a également profité il y a 50 000 ans d’une période de glaciation pour s’offrir une petite virée transatlantique, destination l’Amérique du Nord.

Remontons dans le temps vers -3 MA. La Terre -ce qui ne lui était plus arrivée depuis 300 MA- entre dans une longue ère glaciaire marquée de plusieurs changements climatiques. Chauds et froids entraînent une alternance de hausses et baisses du niveau des océans avec une amplitude supérieure à 100 mètres. Conséquence directe : des territoires entiers sont tantôt découverts, tantôt submergés ou réduits à l’état d’îles. Mais cela n’avait jamais mis en péril la survie du mammouth. Jusqu’à il y a 21 000 ans ! Période correspondant au dernier maximum glaciaire de cette ère froide, suivie d’un réchauffement ‘rapide’ achevé il y a 6000 ans.

Mammouth laineux (Royal BC Museum Victoria Canada)Petit état des lieux…  21 000 ans en arrière donc, la température moyenne de la Terre fait 6°C de moins qu’aujourd’hui. Le niveau des mers se trouve 120 mètres en dessous du niveau actuel. Grâce aux calottes polaires, le Nord de l’Europe est rattaché au Canada. Sibérie et Alaska forment la Béringie, empruntée à plusieurs reprises par les mammouths. L’Eurasie est encore couverte de la steppe à mammouths comme on l’appelle, principalement constituée de graminées. Les arbres s’y font rares. De toute façon, les gloutons géants préfèrent se rassasier d’herbe.

Les proboscidiens

Des mammifères à trompe apparue il y a 55 MA ! Le mammouth en est un, comme les éléphants qui ne sont pas ses descendants mais ses cousins… Leurs ancêtres étaient d’incroyables créatures parmi lesquelles le deinothère, le phiomia, l’amebelodon, le gompothère, ou le platybelodon. Aujourd’hui, de cette étonnante famille de proboscidiens qui comptent 170 espèces, il ne reste que les éléphants d’Asie et d’Afrique.

Quel appétit !

La vie au temps des mammouths - Pour la science avril juin 2004Manger ? Une activité à plein temps. 18 heures par jour, ils ingurgitent 80 litres d’eau et 180 kg de nourriture, mastiquant le tout d’avant en arrière. Au menu : beaucoup d’herbe, et quelques graines, feuilles et morceaux d’écorce. Leur dentition – 4 molaires – est adaptée à cette alimentation végétalienne : ces dents sont même remplacées 5 fois au cours de la vie du mammouth.

En parlant de dents… Ses défenses, longues de 4 mètres, correspondent aux incisives supérieures et ne cessent de s’allonger jusqu’à sa mort vers 60 ans. Bref, cette belle époque d’abondance va être bouleversée par le changement climatique soudain de la planète. Les glaciers et sols gelés se mettent à fondre. Les territoires émergés s’amenuisent. Le cycle de l’eau est complètement chamboulé. Jadis, il faisait très froid et pleuvait peu. Désormais, il fait doux et les précipitations fréquentes transforment la végétation.

La délicieuse steppe des mammouths devient au fil du temps une belle et dense… forêt de conifères ! Il n’y a plus qu’une chose à faire : aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Les mammouths remontent plus au nord mais n’y trouvent que neige, bruyère, mousses et lichens, la toundra.

Irréductibles mammouths ?

Hommes à la chasse aux MammouthsDécouverte incroyable en 1993 sur Wrangel au large de la Sibérie en mer arctique… Alléchés par la steppe persistante, des mammouths ont été piégés sur ce territoire transformé en île par la montée des mers voilà 12000 ans. Alors que partout sur la planète, de l’Amérique du Nord à l’Eurasie, les autres mammouths s’éteignaient définitivement il y a 10000 ans, eux prospéraient.

En réduisant leur taille d’environ 10%, ils s’adaptaient parfaitement à l’isolement… Mais cela n’a été qu’un sursis. Ils ont disparu à leur tour, il y a 3700 ans annonce la datation au carbone 14.

Sans doute en raison des pressions de la chasse imposées par les hommes venus du continent. Depuis, la Sibérie, véritable congélateur qui, grâce au permafrost, a gardé en parfait état de conservation de nombreux cadavres, reste avec l’Alaska l’un des hauts lieux de rendez-vous avec les mammouths alors qu’ailleurs, les experts doivent se contenter d’ossements.

Le début de la fin

Interpretation (W. Conybeare) par W. Buckland de la découverte de la caverne aux fossiles d'hyènes à Kirkdale en AngleterreRestes de rhinoceros laineux (Museum de Toulouse)

La steppe commence à manquer. Dur dur ! Lorsque l’on finit par ne plus rien avoir à se mettre sous la dent, la fin est proche. Suite aux modifications environnementales, d’autres contemporains des mammouths migrent au Nord comme le renne (qui à l’ère glaciaire se rencontrait jusqu’au nord de l’Espagne !), ou disparaissent carrément tels le rhinocéros laineux, la hyène des cavernes, le bison de steppe, le lion des cavernes, l’ours des cavernes ou le cerf géant. C’est le tour des mammouths il y a 10 000 ans…

Et l’homme ? Certains experts et modèles mathématiques  évoquent effectivement une part importante de responsabilité. Hommes de Néanderthal suivis d’Homo sapiens il y a 12000 ans… Il est vrai que leur existence était étroitement liée à celle des mammouths mais, comme en témoigne le peu de scènes de chasse dans l’art paléolithique (par opposition à celles de chasse de cerfs, chevaux, bisons ou rennes), au mieux, ils s’attaquaient aux petits et se contentaient d’opportunités sur des adultes blessés ou morts (charognage).

Quoiqu’il en fut, on n’en perdait pas une miette : viande pour se nourrir, graisse pour se chauffer, fourrure pour se couvrir, ivoire, dents et os idéals pour la sculpture ou même la construction de huttes comme en Ukraine ! Les hommes ne peuvent être désignés coupables de l’extinction de cet animal qu’ils respectaient. Sans doute ont-ils simplement précipité le phénomène.

Troupeau de mammouths dans la Somme (représentation Charles R. Knight au museum américain d'histoire naturelle)

Dima à 7 moisSquelette d'un mammouth de forme intermédiaire entre M. trogontherii et primigenius au museum national d'histoire naturelle de Stuttgart Jeune mammouth congelé Mascha

Aujourd’hui, leur seul souhait est de lui redonner vie. Hélas, il y a peu de chance que les techniques du clonage permettent d’accéder à ce rêve extrêmement risqué… Quand bien même, comment la descendance de mammouths laineux dangereusement trafiquée pourrait-elle survivre sur cette planète assurée de traverser, dans les années à venir, un changement climatique aux conséquences sur la faune et la flore déjà visibles ?


Bonne pêche ! Aujourd’hui en Mer du Nord – autrefois plaine à sec – les hommes, toujours aussi courageux, remontent régulièrement des eaux… des os de mammouths.

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Méditerranée, requins en danger !
En Méditerranée, les requins ont été décimés… (extrait de EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE paru aux éditions EDP Sciences)
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/les-hommes-ont-ils-mis-fin-au-regne-des-mammouths/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>