«

»

Imprimer ceci Article

Les biocarburants : la panacée ?

Franchement ? Si seulement… Hélas, tout n’est pas encore si vert au royaume des carburants alternatifs. Le challenge est donc le suivant : faire en sorte que le remède ne soit pas pire que le mal. Ici, tout est question d’émissions de CO2 !

Sous la plume de deux biologistes anglais, Renton Righelato (de l’organisation World Land Trust) et Dominick Spracklen (de l’Université de Leeds), la revue Science vient de pointer du doigt cet épineux problème posé par l’usage des biocarburants. Lequel ? Leur production émet encore bien trop de CO2, gaz carbonique impliqué, comme chacun sait maintenant, dans le réchauffement climatique.

Déforestation

Conclusion des deux auteurs après l’examen minutieux de plusieurs études sur le sujet, il serait plus judicieux de se concentrer sur le reboisement de la planète que sur les cultures (canne à sucre, betteraves, maïs, etc.) destinées à la fabrication de biocarburants. Autrement dit de rouler différemment au pétrole et de planter bien plus d’arbres, plutôt que de rouler « vert » ! Un comble, non ? Et pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes…

Certes, par exemple, la culture de blé pour produire de l’éthanol fait « économiser » de 0,2 et 0,6 tonne de CO2 par hectare chaque année par rapport à une consommation classique de carburants pétroliers. Mais, autre exemple, celui de la conversion de cultures en forêt de pins aux Etats-Unis qui démontre que l’économie réalisée est cette fois de 3,2 tonnes de CO2 par hectare et par an ! Il faut bien comprendre que le développement des biocarburants incite les pays à défricher leurs terres.

Quel dilemme !

Au final, les biocarburants participent donc aussi à la perte des surfaces de forêts. Et en particulier dans les régions tropicales humides où elles sont très précieuses, non seulement parce qu’elles sont les plus « douées » de toutes les forêts de la planète en matière de séquestration de CO2, mais aussi en terme de biodiversité pour toutes les espèces qu’elles abritent ! Bref, l’essor des biocarburants a un gros défaut : il nécessite de nombreuses terres cultivables.

Et c’est loin d’être une bonne nouvelle puisque les arbres, eux, sont des puits de carbone qui nous rendent bien service dans la lutte contre le changement climatique. Pire, les chercheurs ont même calculé que sur 30 ans, la reforestation, associée dans le même temps à la persistance de l’usage de produits pétroliers pour les transports, permettrait d’émettre 2 à 9 fois moins de CO2 qu’en produisant et consommant des biocarburants ! Aucun doute, le problème est complexe et les défis, très nombreux, même lorsque l’homme se décide enfin à agir pour la bonne cause…

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/les-biocarburants-la-panacee/