«

»

Imprimer ceci Article

Le chevalier des sables

HérEauHéros de ces dames, c’est vendredi et sa fête ! Pour la 1ère sultan des mers – qu’il serait déplacé d’insulter ou une insulte de le déplacer ? – pour la 2nde son amant à l’eau, dieu de l’amour en queue de poisson – hélas vite séché lorsque tombé entre de mauvaises mains – pour la 3e un père hors pair : portrait d’un Valentin 5 étoiles, pas comme les autres…

De son physique à sa sexualité, long d’une douzaine de centimètres, petit cheval de mer et se tenant à la verticale, ce poisson est loin d’être un mouton de Panurge. C’est simple : le mâle ne fait rien comme tout le monde. Ainsi, il est plus qu’exemplaire assureraient certaines femmes du genre humain. Monogame, fidèle, mais si !

OLYMPUS DIGITAL CAMERADe fait, au quotidien, en dehors des périodes de reproduction, les amoureux sont ravis de se retrouver et se le montrent sans détour, queux enlacées. Certes, la lutte est féroce entre mâles pour conquérir une femelle mais une fois, le couple formé, c’est gagné ! Celle-ci confie tous ses œufs au même mâle et à aucun autre. De son côté, lui ne prend en charge que les siens.  Car, fait exceptionnel, Monsieur gère les « grossesses », de A à Z.

Attention, rien à voir ici avec le fameux syndrome de la couvade dont souffrent 20% des futurs pères – en gros, l’Homme, angoissé, souffre des mêmes symptômes que son épouse enceinte : fringales, somnolence, nausées, etc. Le mâle hippocampe, lui, va réellement mettre au monde les petits du couple ! Et ce n’est pas une mince affaire si l’on considère qu’il y en a plus d’une centaine à porter durant cinq semaines.

Qui veut la peau de l’hippocampe ? Le tourisme…

Le marchand de sable et sa dame aux bijoux

Terre Mer     Hippocampe séché

L’hippocampe en a plein le dos. Il y a de quoi être vert contre le marchand de sable… qui a bien compris que le cheval de mer faisait vendre ! Résultat, sous le soleil et sur les plages du monde entier, tous les commerces ne sont pas forcément beaux à regarder dans la réalité. Chaque année, plus de 20 millions d’hippocampes sont pêchés pour alimenter les aquariums, et surtout, pour finir séchés et vendus comme de vulgaires souvenirs attrapes poussières ou utilisés en médecine traditionnelle en Asie ! Les voyages forment la jeunesse… et les hippocampes ?

FishHook« Chabada-bada, chabada-bada… », à la saison des amours donc, il conte fleurette à sa douce dans les vertes prairies de posidonies en Méditerranée ou dans celles de zostères en Atlantique. Les deux amoureux se cherchent, se titillent, s’enlacent par la queue pendant des heures et des heures. Une danse nuptiale adorable ! Et puis, en tête à tête, ventre à ventre enfin, le mâle présentant grande ouverte sa poche abdominale (le marsupium), la femelle y dépose ses ovules.

On a longtemps cru que le sperme arrivait par voie anatomique interne directement dans la poche. Mais une récente étude menée sur l’hippocampe doré du Pacifique vient de démontrer que c’est impossible. Par conséquent, il est d’abord émis dans l’eau de mer puis, on ne sait très bien comment, illico presto envoyé dans la poche incubatrice avant sa fermeture, processus qui se joue en quelques secondes !

Il faut bien des spermatozoïdes pour fertiliser les ovules de la dame… En parlant de « zozos », on a découvert depuis peu que l’hippocampe en avait deux types : deux tiers aptes à la fécondation, le tiers restant inapte – incapacité à la reproduction, peut-être vestige de l’époque où les ovules étaient fertilisés à l’extérieur de la poche avant d’y être intégrés… bref, un mystère de plus à élucider sur la vie amoureuse des hippocampes.

Toujours est-il que, après un peu plus d’un mois de grossesse, à coups de violentes contractions au niveau de sa poche ventrale, le mâle se tortille et parvient à expulser par dizaines ses rejetons qui lui ressemblent beaucoup même s’ils mesurent moins d’un centimètre. Félicitations !

Et le voici déjà prêt pour d’autres pontes, avec les œufs de la même femelle tant que la saison de reproduction n’est pas terminée… Chez ses cousins, les syngnathes, poissons communs, et les beaucoup plus rares dragons de mer d’Australie (dont le splendide feuillu), la gestation est également assurée par le mâle. Les veinards, hein messieurs ? L’hippocampe, héros chevaleresque du livre L’Amour Bestial en belle position au chapitre des romantiques…

L'Amour Bestial

Joyeuse Saint-Valentin, les amoureux ;)

L’Amour selon Françoise Giroud,

interviewée sur… le journalisme ! (F. Jeanson 1974)

« Par le truchement de la parole, je ne crois pas que l’on communique. Il n’y a que les inconscients qui communiquent. On communique les faits, les informations. Peut-être même peut-on communiquer quelque chose de plus ? Mais la véritable communication, entre deux êtres humains, probablement ne peut se produire que dans l’amour. La preuve que la parole n’y est pas pour grand chose, cette communication se produit quelques fois entre des gens qui ne parlent pas la même langue ! L’Amour, c’est la seule forme de communication intense et absolu que je connaisse… »

Lov'Hippo'

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Explorations en Terre Animale
Quoi de neuf sur la Planète Bleue ? Comment se portent les crocodiles, lions, tigres et autres éléphants ? Que font les fourmis, et que deviennent les dauphins, baleines et requins ? Réponse dans l'ouvrage EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE.
La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/le-chevalier-des-sables/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>