«

»

Imprimer ceci Article

Le bourdon qui copiait

Lorsqu’on est un bourdon et que l’on se retrouve face à une nouvelle fleur, inutile de prendre des risques inconsidérés. Il suffit de patienter un peu et de voir si son collègue, bourdon également de son état, ose butiner sans peur vers l’inconnu…

Quelle surprise ! On savait que les abeilles avaient un comportement social et qu’histoire de gagner du temps, elles s’indiquaient entre elles les meilleurs « spots » de nectar par des danses dont elles seules ont le secret. En revanche, on pensait que les bourdons, eux-mêmes d’importants insectes pollinisateurs, étaient des solitaires…

Comme les abeilles en quête perpétuelle de festin, ils passent chaque jour de longues heures à inspecter chaque fleur : un travail bien fatiguant à la longue, surtout si l’on agit en solo. Or, voici qu’une étude publiée récemment dans la revue Current Biology par deux biologistes britanniques nous affirme qu’ils ne seraient pas si indépendants qu’on le croit et qu’ils seraient même un peu copieurs sur les bords.

Elli Leadbeater et Lars Chittka de l’Université Queen Mary de Londres ont réalisé des tests en laboratoire sur différentes fleurs artificielles contenant toutes les mêmes solutions sucrées. Ils ont découvert que les bourdons, face à une fleur inconnue, préféraient laisser passer leurs petits camarades devant. C’est bien connu : mieux vaut prévenir que guérir, et donc goûter au nectar seulement après le passage d’un courageux (ou d’un inconscient !).

En revanche, dés que la plante est familière, chaque bourdon prend sa décision de butiner comme bon lui semble sans jeter le moindre coup d’œil à ses voisins… Une stratégie qui doit certainement leur faciliter la vie au quotidien et rendre plus efficace leur récolte dans la nature. Un bourdon qui copie n’est donc pas un cancre mais plutôt un sacré malin !

Article rédigé pour l’Agence Science Presse (Juillet 2005)

Autres articles intéressants...

Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/le-bourdon-qui-copiait/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>