«

»

Imprimer ceci Article

L’appendice vermiculaire sert-il à quelque chose ?

P0P0316824Certainement que non puisqu’on peut vivre sans, êtes-vous en train de penser. Mais au fait, c’est quoi l’appendice vermiculaire (ou iléo-coecal) ? Un « zigouigoui » en forme de ver d’une dizaine de centimètres, situé au niveau du caecum entre intestin grêle et colon. C’est lui que vous suspectez en cas de maux de ventre au côté droit en espérant : « pourvu que ce ne soit pas l’appendicite… ».

Appendicite ? Inflammation de l’appendice conduisant à l’hôpital, direct sur le billard. De ce point de vue, il y a de quoi maudire ce bidule qui semble ne servir à rien, sinon à pourrir la vie. A rien, vraiment ? Par exemple, présent chez certains mammifères herbivores (opossums, wombats, lapins, makis), de taille plus importante, il participe à la digestion de la cellulose (des végétaux). Chez l’homme, il fabrique quelques immunoglobulines, petits soldats du système immunitaire. Mais il n’en produit pas suffisamment pour que les médecins voient en lui autre chose qu’un vestige du passé. Ça, c’était avant 2007.

Appareil digestif

Cette année là paraissait en effet les conclusions des recherches de William Parker et Randal Bollinger, biologistes à l’Université Duke aux Etats-Unis : l’appendice aurait en réalité une fonction régénérative pour le tube digestif ! En cas de diarrhées souvent générées par la présence de microorganismes indésirables, une partie de notre précieuse microflore intestinale passe à la trappe avec les intrus. Il faut donc que la remplacer au plus vite. C’est là qu’interviendrait le rôle d’abri anti-atomique de l’appendice (image un peu poussée ? bof, une diarrhée est souvent explosive, non ?).

Planquées à l’intérieur pendant le coup de kärcher, des réserves de vaillantes bactéries pourraient illico recoloniser le terrain dévasté. Chouette, n’est-ce pas ? Les chercheurs expliquent que de ce fait, dans les pays pauvres touchés par les problèmes d’alimentation et d’hygiène, le brave appendice est un allié inestimable. Ailleurs, où les conditions sanitaires sont bonnes, sa présence n’apparaît pas indispensable (pour preuve, l’absence de conséquences après appendicectomie).

Extrait du livre Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Explorations en Terre Animale
Quoi de neuf sur la Planète Bleue ? Comment se portent les crocodiles, lions, tigres et autres éléphants ? Que font les fourmis, et que deviennent les dauphins, baleines et requins ? Réponse dans l'ouvrage EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE.
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/lappendice-vermiculaire-sert-il-a-quelque-chose/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>