«

»

Imprimer ceci Article

La dictature féminine, ça ruine

Billet de 50 eurosChaque euro compte ? Vous croyez aux clichés des femmes nulles en maths ou qui récoltent les dettes plus vite que les légumes ? Une dictature féminine, impossible ? Aussi connue que le loup blanc – ici la hyène tachetée ! – et bonjour les dégâts sur les finances d’un couple, d’une famille ou pire, d’une société toute entière ! Dés que l’idée du shopping surgit – bijoux, fringues, chaussures, restaurants, portables, etc.- elles ne comptent plus. Carte Bleue en main comme des stars à la caisse, elles se lâchent sur la note, que les maris économes veulent moins salées. D’autant plus que les « louves » dépensent surtout pour elles, l’argent du ménage qu’elles n’ont pas gagné…

La hyène tachetée est un carnivore, également charognard d’Afrique, qui a pour seul ennemi le lion et qui inspire souvent l’effroi chez les êtres humains. La bête pouvant dépasser le mètre cinquante n’hésite pas à se nourrir de cadavres mais est une redoutable prédatrice. Elle survit en meute matriarcale dans laquelle règne une hiérarchie très stricte – la terreur ? – et une femelle dominante.

Chez les hyènes, les « gonzesses » font la loi et le cunnilingus est un classique

Plus grosses, elles sont aussi plus teigneuses que les mâles. Elles prennent les devants à la chasse, et même là, soumis – s’agirait-il de chantage (affectif, physique, etc.) chez les humains ?- les mâles sont obligés de s’effacer devant elles. Détail exotique, entre hyènes, on se reconnaît et se salue toujours en levant la patte arrière pour se faire renifler et lécher les organes génitaux… Imaginez la scène sous le bureau d’une dame PDG qui recevrait ses employés hommes et femmes, tous aussi écoeurés que terrifiés ?

Bref, pour un observateur humain, la distinction entre les deux sexes est quasiment impossible. Pourquoi ? Parce que les mâles se baladent avec un pénis au gland épineux (sans os pénien, point commun avec l’être humain mais chose rare chez les mammifères). Rien d’anormal à cela, sauf que les femelles semblent en porter un également et sur le même modèle ! A l’intérieur, classique : elles ont deux ovaires et un utérus. A l’extérieur, elles portent en plus un faux scrotum – une paire de sacs de tissus fibreux à l’endroit où l’on s’attendrait à trouver un vrai scrotum chez les mâles et un sexe qui pend sur 20 cm…

Le secret de l’orgasme féminin ? Le clitoris

ClitorisVous savez, cette chose si mystérieuse surnommé « petit bouton magique » ? Découvert en 1559 par Renato Columbo, élève du célèbre anatomiste André Vesale, le clitoris, chez la femme est long de 8 cm. Son extrémité chargée de milliers de terminaisons nerveuses en fait un organe qui perturbe autant la science que la gent masculine. Relié à deux bulbes érectiles qui se gonflent pour former une zone érogène aux environs du vagin et de l’urètre, il est l’élément phare de l’orgasme féminin ! Avec le controversé point G aurait ajouté le sexologue allemand Ernest Gräfenberg ?

Des capricieuses

Hyène tachetée

Chez les hyènes, visible donc, le clitoris péniforme est si grand qu’on ne voit que lui ! Gigantisme dû à un douteux bain de testostérone à l’état embryonnaire à l’intérieur de l’utérus de sa mère – au passage, mollo sur la pollution aux hormones dans l’alimentation, sinon, un jour, il n’y aura plus d’hommes sur terre, ni dans les rues, ni dans les maisons, ni à la télévision… Et qui fabriquera les maisons ? Qui s’occupera de la tuyauterie, hein ? C’est préoccupant, très – sérieusement – car ce dopage aux hormones mâles est à l’origine de l’agressivité des bébés à la naissance. S’il s’en trouve deux dans une portée, il y a toujours un dominé, un dominant (et assez vite, un tué !).

De fait, madame est vachement culottée, n’a pas le cœur tendre et rien à foutre du couple ou de l’amour. Devant elle, les mâles ont toutes les peines du monde à exister, et bien des difficultés à montrer les dents (pas pour sourire en tous cas) ou seulement à l’heure des ébats pour faire peur aux concurrents tant ils sont plusieurs sur le coup ! Celui qui se montre le plus « appétissant » ne gagne pas immédiatement la partie. Encore faut-il qu’il aille, l’air extrêmement obéissant, demander les faveurs de la « dame ».

Discrimination par le sexe, harcèlement, désorganisation administrative et déclin économique

Billet de 100 euros

Comme à la cour du château de Versailles au temps des Marquises ? Probablement, mais la dame ne fait pas dans la noblesse en cet instant, et encore moins dans l’élégance. Si elle se montre disposée pour l’acte sexuel de son choix – pour résumé, le gars voire la femme, même sans être homo’ qui n’ose dire NON aux harcèlement de l’atroce gonzesse – le plus dur reste à accomplir. L’accouplement fait intervenir des muscles rétracteurs du clitoris assez élastique pour permettre une ouverture volontaire puis la pénétration du gland du pénis… Sans le consentement de la bête, aucun mâle ne rentre ! Après 5 minutes d’accouplement, le rapport est terminé.

Mais d’autres peuvent lui succéder. Quatre mois de gestation plus tard, la femelle peut mettre bas par le méat clitoridien, aïe, aïe, aïe si petit qu’il se déchire souvent à ce moment là et peut même entraîner le pire dans le terrier que la bête avait creusé ! Pourquoi peut-on parler de dictature féminine dans ce système ? Parce mâles et femelles n’ont pas le même destin, pas les mêmes chances, tout y est violent. En effet, mères et filles restent dans le même clan en se montrant dominatrices de mères en filles avec les mâles. Les fils, eux, sont bannis d’office !

Discriminer une catégorie d’individus juste pour son sexe, on n’a jamais vu ça chez les êtres humains ? Si et depuis longtemps : avec les Amazones qui se bagarraient comme des chiffonnières dans les forêts primaires, ou aujourd’hui, chez les femmes plus sensibles au physique des hommes et à l’épaisseur de leur porte-feuilles qu’aux sentiments… C’en est fini du beau modèle familial qui reposait sur l’amour ! Et au travail, pour la société, à terme, des risques sérieux d’effondrement économique : puisque à des postes de direction, dans les ressources humaines, au lieu de privilégier le fond sur la forme (motivations, diplômes, expériences) – embaucher les meilleur(e)s dans chaque service – elles emploient à « la tête des client(e)s et à leurs capacités à être soumis au régime de la flatterie » avant de leur faire connaître le favoritisme, le harcèlement, la peur ? Pourquoi ? Par jalousie, incompétence, superficialité ou parce qu’elles ne sont pas qualifiées pour gérer le stress de si hautes responsabilités, autant d’argent gagné par les employés ou investis par les actionnaires…

Autres articles intéressants...

La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/la-dictature-feminine-ca-ruine/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>