«

»

Imprimer ceci Article

LA CULTURE, PAS LE CULTE !

Je ne sais pas vous, mais vers 22h45, je commence sérieusement à piquer du nez. Ou c’est Morphée – dont on nous parle depuis des lustres sans jamais l’avoir vu, ni lui, ni ses bras qui nous fait tomber de sommeil. Et c’est toujours à cette heure là que les meilleurs documentaires ou les belles émissions sont diffusées !

Hors de question de regarder le grand écran au lit pourtant, surtout qu’il reste plus d’une heure pour y faire des « folies » avant de s’endormir à deux quand on est amoureux, des folies ou un câlin tout tendre (l’envie peut nous prendre aussi au milieu de la nuit). Mais bref, de 23 heures à minuit, les adultes sont normalement occupés à s’aimer sous les draps afin de passer une nuit agréable, reposante, et de se lever le lendemain matin de bonne heure, de bonne humeur. Oui, mais moi, je ne sais pas vous, après une longue journée de travail, le soir, je tiens à m’installer confortablement dans le canapé et à regarder le journal télévisé à 20 h pour avoir au moins un honnête aperçu des faits marquants du jour en France et dans le monde. Ensuite, peut-être un bon film, un documentaire ou une émission de culture : livres, cinéma, musique, art, voyages, environnement, science, santé, histoire, etc.

De la culture à 20h45 ? Oui, parce que je ne sais pas vous, mais moi, l’après-midi, impossible de rester collée devant le grand écran (sauf exception, en salle obscure). Je suis trop occupée à m’aérer l’esprit, les neurones réclamant leur dose de plaisirs simples du lever au coucher. Et là, c’est le drame… J’apprécie les émissions de culture qui, elles, semblent exister uniquement pour agir comme somnifères vendus sans ordonnance, redevance télé quand tu nous tiens ! Merci France Télévisions ou les Français finalement pas aussi râleurs qu’on le prétend ? Alors qu’ils en prennent plein la tête dés le samedi, premier jour d’un repos amplement mérité après une semaine de boulot. Moi, je ne sais pas vous, mais je ne saurais même pas dire si Laurent Ruquier est d’un ennui soporifique ou non, parce qu’à l’heure où ce monsieur commence à présenter « On n’est pas couché », 23h30, justement je roupille comme une marmotte…

Ah, l’émission est enregistrée puis accessible en Replay par Internet ? Soit. Et alors, ce n’est pas le problème des téléspectateurs qui préfèrent la voir en direct plutôt que d’accumuler les « on verra plus tard » et d’oublier très vite, ou lors de la diffusion d’On n’est pas couché à 23h30. Puisqu’on vous dit que justement si, nous sommes couchés, nous, romantiques surtout le samedi soir ! Ah, et vous ajouterez que c’est à peine mieux le lendemain, toujours sur France 2 ? Nous sommes également d’accord pour ne pas vouloir aller grossir les rangs de ceux et celles qui se plaignent d’un blues du dimanche soir : la digestion du repas, des pensées de plus en plus présentes autour de la réunion entre collègues du lundi dont le but est de mettre un point final au lancement d’un nouveau produit « révolutionnaire », ça fait peur mais quand même, qu’est-ce que c’est excitant !

Paf ! On voudrait donc se motiver en suivant « Un jour, un destin » pour découvrir comment des hommes et des femmes sont allés au bout de leurs rêves, parvenant à s’extraire, parfois lentement en une vie, ou avec fracas en un jour, du handicap des cases dans lesquelles ils étaient enfermés par le simple principe du statut social (naissance, mariage, profession) : François Mittérand, Simone Signoret, Grace Kelly, Neil Armstrong, Serge Gainsbourg, Dalida, Bernard Giraudeau, Mireille Darc, Johnny Hallyday, Anne Sinclair, Nicolas Sarkozy, etc. mais Laurent Delahousse propose l’incroyable rendez-vous à une heure indécente ! Heureusement, il reste l’Envoyé Spécial du jeudi, avec Elise Lucet à 20h45 sur la « sacro-sainte » chaine principale du service public, ou enfin la possibilité de prendre un abonnement payant à des chaines de télévision privées qui assurent le job « à la chaîne » aussi mais à toute heure…

Alors, vous savez quoi, cette semaine – mardi pour être précis – lorsque j’ai voulu regarder un documentaire consacré à la recherche médicale dans les camps de concentration diffusé sur France 2 à 23h05 – parce qu’il faut connaître l’histoire et que j’avais lu le livre du petit-fils de déporté et auteur qu’est Michel Cymes – Hippocrate aux enfers, et que j’ai vu l’heure, 22h30, je suis directement allée me coucher en râlant avec la ferme intention d’écrire noir sur blanc les raisons de cette colère.

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Vos billets, s’il vous plaît !
Des escargots ont été réprimandés pour avoir pris le train sans billet. Et leur propriétaire a même failli avoir une amende. Une histoire mal partie qui s'est pourtant bien finie…
Pourquoi les flageolets ne sont-ils pas très distingués ?
Les flageolets sont des grains extraits de haricots. Cuisinés avec un bon gigot d’agneau, ils sont très appréciés, mais plutôt le week-end… (extrait du livre POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES CROTTES ?)
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/la-culture-pas-le-culte/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>