«

»

Imprimer ceci Article

Le journal intime d’un arbre

Le journal intime d'un arbre (ed. Michel Lafon première couverture)« J’ai connu toute la gamme des émotions humaines. Je suis tombé au lever du jour. Une nouvelle vie commence pour moi – mais sous quelle forme ? Ma conscience et la mémoire habiteront-elles chacune de mes bûches, ou la statuette qu’une jeune fille a sculptée dans mon bois ?« . Extrait d’un livre vertueux de Didier Van Cauwelaert, auteur primé au Goncourt…

 

PommesL’arbre est un être vivant. Ses racines, ses fleurs, ses fruits, ses feuilles : toutes ses parties ont des histoires différentes, avec un socle commun. Ainsi, le pommier vit-il aussi au travers de ses pommes.

Qui en a cueillies ? Qui en a croquées ? Depuis un Mac de chez Apple – voilà qui serait comique en plus – l’arbre pourrait le dire dans un journal où il ferait reluire ses fruits dans de beaux récits…

 

Des racines à l’île Maurice

 

Arbre à painL’arbre à pain s’écrirait sous le soleil des Tropiques. Il raconterait que l’uru, son fruit vert, n’a ni le goût du pain, ni son gluten, comment on le cuisine et de quelle manière il a su s’imposer dans les îles de l’Atlantique au Pacifique, de la Martinique aux Marquises. Le mahogany, lui, se présenterait sous un aspect moins culinaire et choisirait la voie artistique. Car il pourrait se vanter d’être aussi bien un arbre d’Indonésie qu’une matière première prisée (et durable à l’instar du bois de coco) installée chez vous sous forme de sculptures et de meubles.

Arbre aux racines tentaculairesLa vie d’un arbre, c’est aussi le lien qu’il crée avec toutes les personnes qui le croisent et gravent en lui un peu de leur propre histoire. Le jour où je me suis approchée de cet arbre, intriguée par ces nombreuses racines aux allures de tentacules de pieuvre, il a sans doute gardé un morceau de moi. J’ai dû partir. Mais il en reste cette photo qui témoigne de l’étrange rencontre végétale qui vous attend à l’île Maurice, au Jardin de Pamplemousse qui abrite aussi une tortue géante…

 

L’Histoire reconstituée par un écrivain

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Sur fond de drames amoureux, celle du Journal Intime d’Un Arbre est divinement racontée par un arbre de sexe masculin (voisin d’un arbre de sexe féminin). C’est un écrivain très méticuleux qui parviendra, au fil du temps, à reconstituer tous les évènements heureux et malheureux qui l’ont transformé en un être végétal – et humain ? – à part.

Le secret de l’exploit de cet auteur ? « Il ne croit qu’en la matière, l’amour physique et la mémoire. Pour lui, le seul moyen de faire parler les morts, c’est l’Histoire. Les témoignages consignés, recoupés, vérifiables, et les déductions logiques qu’on en tire. »

 Trois extraits :

Une milliardaire sous une barrière de corail ?

Feuilles tropicales- L’éditrice m’a signé un contrat d’option pour le roman, mais elle veut surtout me brancher pour une urgence. Elle m’a dit, je cite « Vous tombez bien : vous avez un bon physique et un style passe-partout. »

- Et c’est quoi, l’urgence ? questionne Manon à la limite de l’agressivité.

Sans faire attention à elle, Yannis poursuit : l’éditrice lui a présenté une vieille milliardaire charmante, que ses enfants attaquent en justice parce qu’un maître-nageur lui fait dépenser toute sa fortune pour sauver la Barrière de corail.

- Je suis pressenti pour l’aider à écrire ses mémoires.

- Vous allez accepter ?

- 20 000 euros d’avance et tous frais payés dans son île de l’océan Indien, le temps nécessaire de l’écriture.

Ile vue à fleur deau

 

Greenwashing : écoblanchiment ou désinformation verte

OLYMPUS DIGITAL CAMERAElle a fait comme l’orchidée. Abusé les mâles afin que son pollen se diffuse.

Puisqu’il fallait en passer par les galeristes et les commissaires-priseurs pour être exposée, médiatisée, vendue, elle a fait croire aux uns qu’elle était la maîtresse des autres, et inversement, suscitant émulation et rivalité chez ces messieurs qui, à tour de rôle, dans le but de la ravir à celui qui était censé la posséder, ont fait monter sa cote sans qu’elle ait à payer de sa personne.

Et quand d’aventure elle passait dans le lit d’un amateur d’art, c’était pour que ses oeuvres transitent par une collection célèbre, de la manière dont on mélange les truffes chinoises avec celles du Périgord, afin qu’elles acquièrent une plus-value en s’imprégnant de leur parfum.

De l'hiver sur le vert ou une représentation de l'écoblanchimentMais son trait de génie fut de jeter son dévolu sur une multinationale de l’énergie nucléaire qui, soucieuse d’être associée à autre chose qu’à des accidents de centrales, se laissa convaincre de financer son exposition Des hommes et des arbres, où chaque espèce humaine était sculptée dans une essence différente. Vendue par Christie’s au bénéfice des victimes de la désertification, cette série atteignit, sous couvert d’humanitaire, des prix exorbitants qui établirent définitivement la notoriété de Tristane.

 

Séance photo et pépin

Elle se relève et crache un pépin à ses pieds. Elle consent à me prêter pour une séance photo – mais qu’il n’espère pas davantage. Lui tournant le dos, elle rentre chez elle d’une allure désinvolte. C’est cette désinvolture qui le blesse aujourd’hui. Elle ne répond pas à ses mails. Pourtant, elle les consulte : il reçoit le signal de lecture.

Le journal intime d'un arbre (seconde couverture)

Il referme le chapitre sur lord Hatcliff, retourne au début du livre où elle crache mon pépin comme pour marquer son territoire. C’est l’image qui s’est imposée en scène d’ouverture – mais qui l’a décidé, lui ou moi ? Je n’arrive toujours pas à démêler dans son écriture ce qui relève de mon inspiration ou de son libre arbitre.

Quoi qu’il en soit, il a eu raison de donner de l’importance à cet épisode anodin du pépin – j’ignore encore pourquoi, mais je perçois comme lui que c’est plus qu’un souvenir : c’est une clé. Nous saurons un jour ce qu’elle ouvre. Il me semble que c’est terriblement important, que c’est peut-être la raison de ma survie. Mais faut-il chercher la serrure dans le passé…  

Autres articles intéressants...

Explorations en Terre Animale
Quoi de neuf sur la Planète Bleue ? Comment se portent les crocodiles, lions, tigres et autres éléphants ? Que font les fourmis, et que deviennent les dauphins, baleines et requins ? Réponse dans l'ouvrage EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE.
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/journal-intime-arbre/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>