«

»

Imprimer ceci Article

Alors voilà

Alors voilàSur ce blog, les pépites se ramassent à la pelle. Une mine d’or qui lui a même valu un prix mérité… Dans son ouvrage ? C’est encore pire, ou meilleur, au choix. 1001 petites histoires qui en font une grande, à découvrir d’urgence !

Docteur HouseDocteur House, Meredith Grey et même La Joconde… Derrière tous ces personnages cités dans le livre pourraient se cacher des hommes et des femmes qui soigneraient les maux du corps, de l’âme, et pourraient aussi avoir besoin de se faire soigner ! Seulement, aux yeux des patients, les médecins, sages-femmes, infirmiers, etc. font figure de demi-dieux, peut-être jamais malades, eux ?

Stéthoscope autour du cou, « cape » d’invincibilité sur le dos – blanche, rose, bleue, verte selon les étages de l’hôpital et les pays – leurs super-pouvoirs les protègeraient des virus, du cancer et autres diableries qui empoisonnent l’existence des mortels ? Ces héros de tout temps devraient être inébranlables et avoir réponse à tout ?

Très beau cliché qui se ballade dans le monde entier et les dessert au passage puisqu’il leur est toujours demandé l’impossible, carrément ! Non, les médecins ne sont pas des robots mais des hommes et des femmes qui ont des familles, des histoires, des qualités, des défauts, des émotions et même une santé, pas toujours de fer… Pour rendre la médecine d’aujourd’hui plus humaine, du côté des soignés comme des soignants, il serait urgent de s’en souvenir.

Alors voilà, Baptiste Beaulieu, interne à l’hôpital et conteur né, s’est chargé de cette indispensable piqûre de rappel. Attention, la notice indique certains effets secondaires : un déferlement de sourires devant son franc-parler… écrit, les situations cocasses, des grimaces parce que les injustices, le sang, la douleur, la violence, la mort. Bref, que d’émotions qui remettent bien les idées en place sur l’importance de la vie !

 

Extraits

La lutte pour la Vie

Pyramide à la hauteur de La Joconde (Louvre Paris)Je me retourne et contemple l’hôpital où, derrière certaines fenêtres, des lumières s’éteignent et d’autres s’allument. La structure de l’édifice sort de l’ordinaire : il ressemble à un arbre immense… L’architecte avait tout prévu en dressant la verticale de son plan…

Finalisant cette ossature étonnante, on a :

- Dans les racines du sous-sol, la maternité et les Urgences. On y entretient une flamme à chaque instant, celle de la lutte pour la Vie.

- En haut, sur les plus hautes branches, au cinquième et dernier étage, la cancérologie et les soins palliatifs. La sève n’arrive plus et des feuilles sèches sont jetées vers le ciel obscur. La lutte est finie.

Selon moi, il y a un sens à cette verticalité. Il y a ce qui est souterrain, qui lutte et se débat. Il y a ce qui est élevé, qu’on apaise puis qui se tait là où les feux s’éteignent. Il y a le bruit et la fureur. Les poings serrés. Le combat. Et il y a le grand abandon et la paix. Les bras grands ouverts. Il y a moi. En bas. Il y a la patiente de la chambre 7…

 

Docteur Octopus

Mermaid & Octopus 2013 (David Delamare)Le semestre dernier, j’étais en stage pour partie à l’hôpital, pour partie dans le cabinet du Docteur Octopus Quichotte. Il est médecin à J., en périphérie de M., qui est la périphérie de D., qui est la périphérie de rien du tout. Bref, J. se rapproche vraiment de la définition du trou du cul du monde. Octopus Quichotte est un bon médecin, un vieux médecin aussi, usé et très… pointilleux. Ce n’est pas qu’il déteste les Roumains, les Arabes, les Noirs, les homosexuels, les enfants qui crient trop fort, les enfants qui ne crient pas assez, les fibromyalgiques, « les profiteurs et les assistés », le président, etc. Non, ce n’est pas cela, non mais « tu comprends, le monde part en sucette… ». Le soir, quand je rentrais de stage, je détestais le monde entier. Méfiez-vous des gens blasés : c’est contagieux. Ça vous prend comme la peste et ça vous met des bubons sur le cœur. Un jour, en sortant de la maison d’un malade, on croise une femme noire dans les rues…

 

Père Noël et Mère Noël

Ils promettent d’utiliser le détecteur à monoxyde de carbone du fiston chauffagiste. Vous êtes prévenus : cette année, personne ne cassera les c……s du père Noël. Personnellement, j’ai toujours eu des doutes : un vieux barbu habillé en rouge distribuant des cadeaux aux enfants après les avoir fait monter sur ses genoux… Des hommes vont en prison pour moins que ça.

Sandro Boticelli The Birth of Venus (Santaclassics.com)Pourtant, j’ai été habitué aux contes et aux mythes : enfant, ma mère m’en régalait. Elle s’installait près de mon lit – ou restait même parfois debout pour mieux mimer – et elle racontait les dieux, les déesses et les vieilles légendes. Le petit Chaperon rouge ? Je le suivais dans la forêt. La Belle au bois dormant ? Je l’éveillais. Je suis incollable sur Actéon et ses chiens, Lycaon et ses loups. Pour moi, chaque rencontre, chaque être humain croisant ma route pourrait être Zeus déguisé en mendiant ou Athéna grimée en vieille dame. Cela biaise un peu ma relation au monde et à l’autre… On a plus de respect pour le saoulard du jeudi soir quand on le suspecte d’être un dieu descendu de son Olympe afin de tester votre générosité et votre grandeur d’âme.

Ce matin, les dieux ont posé un doigt aussi dur qu’un coquillage sur M. Zénon, l’Homme-champignon. Il revient d’Allemagne…   

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/hopital-urgences/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>