«

»

Imprimer ceci Article

GROSSESSE : NEUF MOIS OU TOUT SE JOUE

Carnet rose. ‘Nous sommes heureux de vous annoncer l’arrivée de notre petite fille qui a parfaitement surmonté toutes les épreuves imposées par la biologie dans le ventre de sa maman’. Petite chronologie de la naissance d’une vie !

Dans cette chambre de maternité, un sourire radieux illumine le visage fatigué d’une nouvelle Maman… En une heure et quatre poussées, le bébé était là. 2,865 kilos, 47 cm, une petite fille plongée dans un profond sommeil qui laisse à peine entrevoir l’ampleur de son extraordinaire voyage achevé la nuit précédente…

La nidation

Que d’épreuves à traverser depuis ce jour d’octobre où Sandie quittait le laboratoire d’analyses médicales avec une excellente nouvelle, la confirmation qu’elle était bien enceinte ! Petit bond dans le passé, à J-15 dans l’ovaire. Un ovule vient d’être fécondé par un spermatozoïde. Microscopique union cellulaire à l’origine de l’œuf, autrement dit d’une nouvelle cellule dont le patrimoine génétique est composé de 46 chromosomes hérités pour moitié de la mère (23 dont un chromosome sexuel X), le reste du père (23 dont un X, ou un Y s’il s’agit d’un garçon).

Filant librement dans la trompe utérine, l’œuf vient se blottir au sixième jour dans la douillette muqueuse de l’utérus, organe qui n’est finalement rien d’autre qu’une poche de muscle dont l’intérieur est tapissé par l’endomètre. Cette couche musculaire -ou myomètre- dévoile ses performances le jour de l’accouchement. Quant à l’endomètre, lui, rappelle chaque mois son existence aux femmes, son rôle étant d’accueillir un œuf fécondé. Et si bébé ne vient pas cette fois là, la muqueuse disparaît en une petite semaine (règles) puis se reforme pour un nouveau cycle menstruel.

Les gènes du développement garantissent une organisation anatomique identique chez tous les êtres humains. On les étudie aussi sur des modèles animaux (mouches drosophiles, vers, souris, etc.).

Premiers échanges foeto-maternels

Justement, dans notre cas, bébé arrive au galop et subit de profondes métamorphoses. De petite cellule, il passe à deux, quatre, huit, et ainsi de suite, ressemblant là à une petite mûre, d’où son nom ‘morula’. Stade suivant ? Les choses sérieuses commencent. La morula se différencie en bouton embryonnaire -amas cellulaire destiné à devenir l’embryon- et trophoblaste, futur placenta progressivement enchevêtré au cœur de l’endomètre dans un phénomène appelé nidation. Désormais, l’embryon a un lien étroit avec l’organisme de sa mère, lien qui ne sera rompu que 9 mois plus tard…

La deuxième semaine marque la sécrétion par le futur placenta du premier indice fiable d’une grossesse : l’hormone chorionique gonadotrope (β-HCG). C’est elle que l’on dépiste dans les tests urinaires vendus sans ordonnance en pharmacie, ou par prise de sang. Son rôle ? Assurer le maintien de la production d’oestrogènes et progestérone par le corps jaune, autres hormones importantes de la grossesse.

Une larve à forme humaine

Revenons-en à notre embryon. Sa taille ne dépasse toujours pas le millimètre au dixième jour. Il se présente sous la forme d’un disque à 3 feuillets (ectoblaste, mésoblaste et entoblaste) superposés qui vont se développer dés la 4e semaine, parallèlement à la formation de la cavité amniotique dans laquelle baignera le foetus. L’ectoblaste donnera le système nerveux (neurulation) puis les organes des sens et la peau. Le mésoblaste se différenciera en muscles, os, sang, vaisseaux, reins et voies génitales et l’entoblaste en tube digestif, ses organes annexes (pancréas, foie) et les systèmes pulmonaire et urinaire.

4e semaine, il ressemble à un tube fermé en forme de C, c’est à cette période que pousse le cordon ombilical. Le foie a déjà commencé à se développer lui aussi et fabrique des pigments biliaires déversés directement dans l’ébauche du tube digestif. Il s’agit là du méconium, sels verdâtres éjectés par le nourrisson à la naissance. Le petit cœur apparaît avant les voies aériennes qui ne commenceront à pousser que la semaine suivante. A la fin du second mois de grossesse, l’embryon ressemble à une larve minuscule avec une tête proéminente. Il pèse un gramme et mesure 3 centimètres.

Magiciens, les gènes ?

La biologie continue son œuvre… presque miraculeuse ! N’est-ce pas fabuleux d’imaginer que ce bébé pourtant unique est « fabriqué » sur le même modèle que tous les « êtres humains » ? Si les bras, les jambes et la tête sont toujours situés au même endroit sur le corps, lui-même orienté selon un plan d’organisation antéro-postérieur et symétrique, c’est grâce à l’intervention élaborée des gènes du développement. Garants d’une organisation anatomique identique au sein de la même espèce, ils sont si précieux qu’on les retrouve partout dans le règne animal. Détail qui n’a pas échappé aux chercheurs !

Depuis longtemps déjà, ils étudient les mécanismes d’action de ces gènes aux noms étranges – Hox, Pax, Sonic Hedgehog, etc. – afin, entre autres, de percer les mystères des malformations congénitales. Leurs modèles préférés ? Les drosophiles plus connues sous l’appellation de mouches du vinaigre, vers microscopiques (Caenorhabditis elegans), souris, etc.

D’où vient le méconium, excréments verdâtres, rejeté à la naissance par le bébé ? Du foie qui, dés son développement, fabrique et déverse des pigments biliaires dans l’ébauche de l’intestin

Autre phénomène incroyable : l’apparition des doigts et orteils issue de la « sculpture » de bourgeons de peaux aux extrémités des membres. Les espaces naissent entre les doigts grâce à un suicide collectif de cellules, l’apoptose ! Un ordre génétique qu’elles portent en elles afin que l’embryon n’ait pas les mains ou les pieds palmés…

Les bienfaits de l’allaitement

L’importance du contact corporel ? Au-delà de cette intimité entre la mère et l’enfant, l’allaitement est vivement conseillé par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pendant les six premiers mois. En effet, le lait maternel – y compris celui, plus épais des premiers jours, le colostrum – est riche en substances nutritives et surtout en anticorps. Rien de mieux pour la croissance et la santé du bébé qui aura ainsi de meilleures défenses immunitaires…

Bébé arrive ?

Fille ou garçon, une information espérée dés la fin du 3e mois… Mais au départ, l’appareil génital est commun aux deux sexes, avant cette différenciation qui met dans l’angoisse les parents modernes dont ne se souciaient guère leurs parents à eux, et encore moins leurs grands-parents qui acceptaient de découvrir la surprise le jour de la naissance. De toute façon, les maternités n’étaient pas exactement la priorité quand il fallait reconstruire les bâtiments et réinvestir les terres il y a un demi-siècle… Bref, quand le sexe de « l’heureux événement » est découvert à l’interprétation des images lors de l’échographie, par la ou le radiologue poussé à révéler le scoop du pénis visible ou absent des clichés du bébé, sa chambre commence déjà à être imaginée avant le jour J de son arrivée à la maison.

Dans le ventre de la mère, à 5 mois, le fœtus encore chauve commence à avoir des cheveux. Quant aux poumons, ils attendent sagement le jour de l’accouchement pour déployer leurs alvéoles, non sans douleur on l’imagine (le passage de la respiration en milieu liquide à celle du milieu aérien est forcément « choquant »). Les autres organes commencent à fonctionner, à se développer, bébé a pris du poids, il est prêt pour venir au monde où il est attendu dans un mélange d’angoisse et d’euphorie par sa maman et son papa…

Extrait d’un dossier publié en 2005 dans le magazine Questions Réponses

Echographie, amniosynthèse, à quoi ça sert ?

Réalisée par ponction de liquide amniotique à la 17e semaine, l’amniosynthèse permet la détection de malformations des systèmes nerveux, digestif et rénal, ou d’anomalies chromosomiques ou métaboliques. L’échographie, elle, sert avant tout à vérifier la morphologie du foetus soit par sonde abdominale, soit endovaginale. Cette technique indolore, datant de 1952, est en réalité l’application du sonar au corps humain.
La sonde envoie des ultrasons réfléchis – à la rencontre d’un obstacle – sous forme d’échos. L’ordinateur convertit en distance par rapport à la sonde le temps mis par les ultrasons pour revenir. Résultats à l’image : des tons noirs lorsque les ultrasons ne renvoient pas d’échos (liquides), gris s’ils croisent des liquides à particules (comme le sang comportant des cellules), bien blancs s’ils se heurtent à des éléments solides, renvoyant beaucoup d’échos (os), ou un peu moins à la rencontre d’organes mous (placenta, utérus, ovaires). Ce qu’il reste de ces instants ? Beaucoup d’émotions pour les parents disent-ils…

 L’imagerie médicale et ses applications dans le domaine de la santé

Autres articles intéressants...

Vos billets, s’il vous plaît !
Des escargots ont été réprimandés pour avoir pris le train sans billet. Et leur propriétaire a même failli avoir une amende. Une histoire mal partie qui s'est pourtant bien finie…
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/grossesse-neuf-mois-ou-tout-se-joue/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>