«

»

Imprimer ceci Article

D’où viennent les poux ?

Vous l’ignoriez sans doute, mais ces petites bestioles, responsables de vives démangeaisons dans les endroits ‘touffus’ du corps, sont un héritage de certains de nos cousins primates. Révélations coquines…

La première ? Sachez qu’en tant qu’être humain, vous faites figure de cas à part dans le monde des primates. En effet, vous pouvez être infesté par deux grands types de poux (contre un seul chez les singes). De plus, il ne leur viendrait jamais à l’idée d’aller voir ailleurs : spécifiques à l’homme, nos poux nous restent fidèles et ne peuvent survivre plus de quelques heures hors de contact. Seule règle, chacun a son petit chez-soi. Pour monsieur Pediculus humanus, rien ne vaut le sommet… Il préfère vaquer à ses occupations en toute liberté sur un crâne garni d’innombrables cheveux. Ah, le bonheur de pouvoir sauter librement d’une tête à l’autre !

 

Plus rondouillard que son confrère, Pthirus pubis, lui, est plutôt du genre discret, à vivre caché pour vivre heureux. Tout naturellement, il s’est donc installé dans cette zone bien douillette logée sous la ceinture (éventuellement au niveau des aisselles et vraiment en dernier recours, de la barbe ou des sourcils mais pas plus haut). C’est d’ailleurs de là qu’il tire son nom latin. Son nom de scène ? Peu flatteur, c’est lui qu’on surnomme « morpion ». Deuxième révélation, nos deux compagnons de corps ne sont pas arrivés au même moment dans notre histoire.

Des analyses génétiques ont effectivement révélé que notre bon vieux pou de la tête descend, avec le pou du chimpanzé, d’un ancêtre commun qui vivait il y a 6 millions d’années (6 millions d’années, un chiffre qui correspond aussi à la séparation des lignées des humains et des chimpanzés). Question : mais qui donc a pu nous faire cadeau du morpion ? Le gorille ! C’est ce que montre David Reed, biologiste au Musée d’Histoire Naturelle de Floride, dans son étude publiée en mars dans la revue BMC Biology. Il a ainsi comparé l’ADN de notre pou et celui du pou de gorille (Pthirus gorillae) d’Ouganda.

Résultat, les deux partagent un même ancêtre qui vivait il y a 3,3 millions d’années. Curieux, non, ce cadeau si tardif lorsqu’on sait que l’ancêtre commun des humains et des gorilles vivait, lui, il y a plus de 7 millions d’années ? C’est que ce pou là a pris tout son temps et choisi un moment opportun pour changer de toison. Ainsi, selon le chercheur, l’explication se trouve dans le mode de vie de nos ancêtres, eux qui, plus tard, chassaient les gorilles (et donc manipulaient leurs carcasses) ou fréquentaient leurs nids… Une occasion unique pour les poux des grands singes de changer de crèmerie et d’adopter l’endroit le plus poilu du corps humain : le pubis !

Autres articles intéressants...

Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Vos billets, s’il vous plaît !
Des escargots ont été réprimandés pour avoir pris le train sans billet. Et leur propriétaire a même failli avoir une amende. Une histoire mal partie qui s'est pourtant bien finie…
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/gorilles-poux/