«

»

Imprimer ceci Article

Femme et scientifique ?

Statue de la liberté« L’image que les jeunes ont d’un scientifique est celle d’un homme excentrique aux cheveux blancs, perdu dans ses pensées et solitaire », en somme, un Albert Einstein dans sa tour d’ivoire, regrette Jacquelynne Eccles, psychologue à l’Université du Michigan aux Etats-Unis. Et cette caricature est loin de séduire la gente féminine qui boude encore les carrières scientifiques…

L'Espérance - Ali SalemLa spécialiste a profité de la conférence de la Society for Research in Child Development à Atlanta, en avril, pour évoquer les faiblesses de la science aux yeux des femmes. Verdict : persuadées que la science conduit à une vie professionnelle retranchée et bien trop éloignée des rapports sociaux chaleureux, les demoiselles évitent les filières scientifiques. La psychologue reconnaît, après avoir suivi 1200 sujets entre 1983 et 2002, que l’entourage – parents et professeurs – joue un rôle prépondérant chez les enfants.

Les parents surtout, peu encourageants, semblent douter des aptitudes de leurs filles à réussir en mathématiques. Ils restent convaincus qu’elles doivent travailler plus que les garçons, même si elles peuvent avoir une facilité dans cette discipline, et qu’elles ont finalement moins de problèmes dans l’étude des langues par exemple. Sceptiques sur leurs propres compétences, y compris à l’âge adulte, les femmes auront toujours plus de difficultés à accepter des postes qui impliquent de superviser une équipe, ou qui sont éloignés de leur famille.

Tous ces éléments sont à prendre en considération, souligne Jacquelynne Eccles : « en plus d’améliorer la confiance des filles, nous devons leur montrer que les scientifiques travaillent en équipe et qu’ils viennent à bout des problèmes ensemble ». Et ce travail de longue haleine doit être mené dès le plus jeune âge: « Nous devons changer cette image du chercheur et donner à nos enfants une vision plus riche et nuancée de ce que sont les scientifiques, de ce qu’ils font et de leur façon de travailler ». Bref, un véritable défi de séduction pour la science !

Article publié dans Hebdo Science en juin 2005

La Grande Motte - Bulles de scienceMéditerranée

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Explorations en Terre Animale
Quoi de neuf sur la Planète Bleue ? Comment se portent les crocodiles, lions, tigres et autres éléphants ? Que font les fourmis, et que deviennent les dauphins, baleines et requins ? Réponse dans l'ouvrage EXPLORATIONS EN TERRE ANIMALE.
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/femme-et-scientifique/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>