«

»

Imprimer ceci Article

EN COUPLE, LE GRILLON DES SAUGES A MAL AU DOS

L’amour est clairement une affaire dans laquelle tous les sens peuvent être sollicités. Aussi, se mettre sur son trente-et-un afin d’arriver beau comme un camion ou belle comme une camionnette – version féminine de l’expression, adaptée spécialement pour ce livre -, c’est le minimum vital pour un rendez-vous galant…

Le petit plus qui fait toujours bel effet ? Un cadeau : bouquet de fleurs, boîte de chocolats, etc. Pour un mâle (et un homme), séduire le nez et les papilles de sa belle est souvent l’assurance de passer à la vitesse supérieure. Ça, le grillon des sauges en est persuadé.

Ainsi, au printemps, ce charmant petit habitant des montagnes de l’ouest des Etats-Unis stridule dans l’espoir de décrocher un rencard. Si une femelle succombe à son chant, il n’arrive jamais les pattes vides. Ou plutôt, le dos vide… Motivé, le gaillard est en effet prêt à sacrifier sa propre chair pour que la demoiselle accepte de passer à la casserole ! D’où peut-être l’expression faire bonne chère ? Ce qui est certain, c’est que pour le coup, le malheureux va lui aussi « prendre cher » comme disent les jeunes.

Ah, ça oui, dans un dernier cri-cri, sa douce lui accorde le crac-crac : comprenez une réception de spermatophore, sac rempli de spermatozoïdes. Seulement, en échange, elle « croc-croc »  l’extrémité charnues des ailes de Roméo ! Puis elle s’abreuve du jus coulant des blessures – l’hémolymphe – non sans y provoquer une sérieuse infection. Donnant-donnant donc. Tant pis s’il n’est pas content.

Et puis, bon, il n’en mourra pas, mais n’en ressortira pas non plus ravigoté. La preuve, il pourra même continuer à pousser la chansonnette. Dans quel état ? Mutilé, son organisme épuisé par le lancement d’une réaction du système immunitaire suite à cette dangereuse relation, il n’aura plus l’énergie de striduler aussi fort qu’il le faudrait pour attirer une autre pépée. Maladie d’amour pour le rendre fidèle contre son gré ? Plutôt vache, la Juliette…

Extrait du livre L’amour bestial (publié en 2013)

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/en-couple-le-grillon-des-sauges-a-mal-au-dos/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>