«

»

Imprimer ceci Article

Du parfum à l’urine ou à l’eau de rose ?

RoseAujourd’hui présente jusque dans certains plans d’eau en France, l’écrevisse signal a été introduite en Europe dés les années 1960. Invasive donc et qui ne se parfume pas à l’eau de rose…

Ecrevisse signal

La femelle a une technique bien à elle pour avertir de ses intentions coquines : un parfum non pas à l’eau de rose, mais plutôt à l’eau d’urine… Produite par ses néphropores (des glandes), celle-ci contient des composés sexuels qui déclenchent une envie folle de faire crac-crac chez le mâle qui aurait le malheur de tomber sur elle.

Quoi, du pipi qui pour sentir bon ? Etrange stimulus odorant, l’urine étant d’ordinaire un signal d’agressions mâles prêts à en découdre. C’est toujours celui qui pisse le plus loin, etc… « triste spectacle » que l’on ne doit plus voir chez les hommes mûrs mais qui a probablement fait fureur chez les bimbos en manque d’inspiration. Hélas ou pas…

Rose mouilléeChez l’écrevisse, quand la dame libère une telle odeur, cela signifie que le feu va passer au vert… Excités, les mâles peuvent tenter leur chance. Seulement, attention, séductrice, elle n’en est pas moins difficile. Et pour cause, une fois fertilisée, après la ponte, elle en aura pour 6 mois à se trimballer des œufs en développement sous sa queue. Oui, portés entre ses pléopodes (appendices abdominaux),  »une queue au féminin » sans rapport avec le membre auquel vous qui êtes mère, qui vous asperger de parfum hors de prix chaque matin sous le regard peut-être interrogateur de votre gamine, « ma bonne dame« …

Bien sûr moins évoluée que chez les humains, pas de cervelle de mammifères dans la tête de l’espèce invertébrée dont il est question ! Pour la gente féminine, assurer seules – non sans audace, oserais-je préciser « et sans amour, sans amis, ni encouragements » sans risquer d’être accusée de tomber dans l’anthropomorphisme ou pour changer d’être taxée de sexiste (quoi, une femme sexiste ? une nouvelle race de lesbiennes ? j’aurai des ennuis avec elles, ou pas…) - et si longtemps un rôle protecteur d’une progéniture à l’espérance de vie si courte est extrêmement coûteux en énergie, pour ne pas complètement dingue, il faut bien l’avouer. Quand ces messieurs n’ont pas de rôles de pères – on ne pratique pas l’art du chantage chez les écrevisses – éternels célibataires, ils se la coulent douce, à multiplier les histoires sans lendemain et sans se trop se fatiguer pour décrocher une nouvelle conquête… Dans ces conditions, pas moyen de s’offrir en un claquement de pinces au premier venu !

Elle préfère le plus dynamique et le plus vaillant des prétendants, celui qui en a dans le pantalon autrement appelé pléon, partie culottée de l’anatomie du crustacé… C’est en effet à ce prix, selon elle, que la progéniture aura des chances d’être suffisamment fortes pour avoir les meilleures chances de survivre à l’avenir. Pour tester la bravoure de celui qui ose, avant d’en faire l’élu de son coeur, elle le met à l’épreuve. A son approche, il est carrément agressé et engagé dans une lutte (stupide ?). Ce n’est pas de l’amour chez les invertébrés mais l’acte sexuel aura lieu lorsqu’il parviendra à la retourner sur le dos. Alors, il pourra se débrouiller avec ses stylets copulateurs pour tenter de déposer ses capsules à spermatozoïdes, destinés peut-être à féconder correctement les ovules de la vilaine écrevisse. Il n’a plus qu’à s’en aller car elle n’en a rien cirer de lui, elle est déjà au boulot…

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/du-parfum-a-lurine-ou-a-leau-de-rose/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>