«

»

Imprimer ceci Article

Des horreurs qu’avalaient les dinosaures alors que nous sommes incapables de les digérer !

BénitierUne révélation sur l’alimentation aujourd’hui, « frango ut pacefiam ». Traduction de la devise de la société américaine de paléontologie ? Je brise pour révéler. Vous aimez les galettes, de pommes de terre, etc. ? Les dinos, eux, « bouffaient des galets » ! Rien que l’idée est une torture pour les humains, c’est vrai. Aussi, ne tremblez plus en allant vous coucher devant les housses d’oreillers aux motifs légers achetés par Madame ou en posant votre derrière sur le trône doté d’un abattant WC tout neuf et très zen décoré de pierres polies. Les dinosaures ont disparu…

Une preuve en Angleterre

MoulesUn échantillon de vomi fossilisé a été découvert dans une carrière près de Peterborough en Angleterre. Il contenait des coquilles partiellement digérées de jeunes bélemnites (sortes de seiches de l’époque aux tentacules pourvues de crochets). Bélemnites qui figuraient au menu des ichtyosaures, reptiles marins de l’époque des dinosaures… C’est en les inspectant au microscope électronique que les chercheurs ont repéré des marques évidentes d’attaques d’acides gastriques. Et pour cause, l’estomac de l’espèce étudiée n’était pas en mesure de digérer les coquilles : leur arrivée dans l’intestin aurait eu des conséquences si désastreuses sur ses parois qu’il fallait donc les absolument les régurgiter avant un tel passage !

En paléontologie, que de péripéties, d’acteurs citoyens et brillants observateurs des éléments naturels prêts à coopérer avec les chercheurs, de progrès technologiques, pour tenter de reconstituer le monde frappé par l’apocalypse des millions d’années avant notre arrivée ! Il ne faut donc négliger aucune des pistes indiquées par des habitants d’un lieu à première vue tranquille et paumé dans la campagne, en France comme ailleurs…

Chine - Au menu ? La fin de la soupe de dinosaures !

DinosaureEn province du Henan en Chine, persuadés d’avoir affaire à des os de dragons, des villageois consommaient, sous différentes formes, des fossiles de dinosaures. Une drôle de pratique qui durait depuis au moins 20 ans… Dans la mythologie chinoise et le cœur des Chinois, le dragon volant, gardien des cieux, des montagnes et de l’eau, tient une place essentielle. Symbole de puissance, les os de cet étrange animal imaginaire apporteraient, dit-on, santé et vigueur à celui qui en consomme. Alors, évidemment, dans un pays de croyances très ancrées, paradis de la médecine traditionnelle, et qui, en plus, regorge de fossiles de dinosaures, le squelette d’un grand dinosaure prend rapidement des allures de restes de dragon !
C’est ainsi que depuis des années – au moins deux décennies – des villageois de la province du Henan récupéraient des os enfouis. Plus d’une tonne de fossiles a dû ainsi être récupérée. La « confusion » a été révélée par le paléontologue Dong Zhiming, chercheur à l’Académie Chinoise des Sciences, averti par des rumeurs circulant sur la vente d’os de dragons dans la région au tarif d’environ 40 centimes d’euros le kilo…
Qu’en faisaient exactement les consommateurs ? Ils les faisaient bouillir dans des soupes ou les réduisaient en poudre pour en faire des applications thérapeutiques sur les fractures (hé oui, ces fossiles sont également riches en calcium !). Pour remercier le paléontologue de leur avoir ouvert les yeux sur la véritable provenance de ces ossements, les villageois en ont offert 200 kilos au paléontologue et à son équipe.

Ces informations et les publications scientifiques, même les plus anodines en apparence, sont toutes susceptibles de révéler des pièces importantes du puzzle géant de l’univers des dinosaures… Une telle collecte d’archives en tous genres – et sa compilation de façon parfaitement ordonnée – est indispensable car les paléontologues disposent rarement de squelettes entiers pour tout annoncer d’un seul coup sur l’espèce étudiée.

Il faut alors se contenter de quelques fragments de dents ou d’os « à ronger » pour parvenir à élucider l’énigme qui permettra de reconstituer les spécimens disparus. Sinon, il existe des pièces moins conventionnelles et qui peuvent, de façon exceptionnelle, avoir été sauvées de la disparition par le même processus de fossilisation ! Empreintes de pas, morceaux de coquille, œufs ou nids, gastrolithes, vomis et excréments traversent aussi les époques.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAEt donc, il y a ces – terrifiants pour vous tous – galets… Les gastrolithes sont des pierres qui faisaient en effet figures de pastilles naturelles et ne permettaient en rien aux dinos de garder un ventre plat ! Qu’en penserait une nutritionniste aujourd’hui ? Qu’un régime débile de ce genre ne pouvait pas assurer aux malheureux une perte de poids, bien sûr. Peut-être que le but était en fin de compte de faciliter la digestion après les repas ?

Sans être pro de la mastication, avaler quelques-unes d’entre elles, petites pierres lisses puis polies encore dans l’estomac, aurait au moins eu l’avantage de faciliter un peu le travail de transformation du bol alimentaire. Au 21e siècle, oiseaux et crocodiles – qui ne sont pas des mammifères contrairement aux êtres humains - ont toujours à leur menu quelques gastrolithes pour jouer le rôle de pilons et mieux écraser puis broyer les aliments. Des versions fossilisées de ces curieux objets ont été retrouvées dans la région thoracique de dinosaures prosauropodes (Massospondylus) ou de « reptiles-perroquets » (Psittacosaurus) ! Idem chez des reptiles marins tels que des crocodiles du Jurassique ou des plésiosaures ! Peut-être faisant office de plomb, histoire d’ajouter du lest pour faciliter leurs plongées ? Vous qui êtes en surface aujourd’hui, vous ne pourrez pas dire que l’on ne vous avait pas prévenu…

Dinosaure Herbivore

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/des-horreurs-quavalaient-les-dinosaures-alors-que-nous-sommes-incapables-de-les-digerer/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>