«

»

Imprimer ceci Article

D’où vient le côté artiste de l’araignée ?

La toile au matinDe son abdomen ! Là, elle porte trois paires de filières alimentées par des glandes séricigènes. Celles-ci sécrètent une soie liquide rigidifiée en fibrilles, puis en fil élastique résistant. Qu’en fait l’araignée ? Des nappes, des toiles, irrégulières ou régulières (au choix selon l’espèce)… 

“ Quelques gouttes de rosée sur une toile d’araignée, et voilà une rivière de diamants ” J. Renard

Toile dans la caveLes architectes les moins regardantes sur les finitions travaillent sans filet, pardon, sans plan. Ainsi, certaines tissent en entremêlant les fils dans un fouillis sans nom comme la tégénaire des maisons. Vous savez ? Cette belle brune qui, le soir venu, a la fâcheuse manie d’aller aux toilettes en même temps que vous, ou qui surgit dans le salon pendant le film…

Evidemment, à côté de ce bazar, les toiles géométriques ont l’air d’œuvres d’art… Elles sont construites par les araignées dites orbitèles, en parfois à peine une heure. Exemple avec l’épeire diadème : accrochée au sommet d’une grande brindille, l’artiste jette un premier fil qui, porté par le vent, ira se coller à un second point fixe. Elle peut alors se déplacer dessus et le doubler pour le rendre plus résistant. En partant du milieu de ce fil, elle se laisse glisser le long d’un nouveau fil jusqu’à un troisième point fixe.

Sous le poids de l’araignée, l’édifice ressemble maintenant à un Y dont le centre sera celui de la toile. Elle conçoit le cadre, les rayons puis remplit l’intérieur : en allant du centre vers la périphérie, elle tisse une spirale de fils espacés. Sur le trajet inverse (centripète), elle utilise une soie gluante et redessine une spirale en fils serrés cette fois.

AraignéeSimultanément, l’épeire diadème mange la première spirale de consolidation devenue inutile pour la toile mais pas pour elle car les fils sont riches en sucres et acides aminés ! Sensible à la moindre vibration émise par ce piège, la coquine n’a plus qu’à attendre les victimes qui tomberont dedans…

Autres articles intéressants...

Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
La botte secrète des tortues
Ça, on le savait depuis longtemps, les tortues marines n’ont pas le compas dans l’œil mais la boussole dans la tête ! Elles parviennent ainsi à retrouver la plage sur laquelle elles sont nées pour y enfouir leurs propres oeufs.
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/d-ou-vient-le-cote-artiste-de-laraignee/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>