«

»

Imprimer ceci Article

Comment éviter qu’un astéroïde nous tombe sur la tête ?

Non, les astéroïdes ne sont pas seulement ces vilains « personnages » des films de fiction américains. Ils existent : l’espace en est rempli ! Et l’un d’eux pourrait bien venir percuter la Terre en 2036. Son nom ? Apophis.

La catastrophe de la Toungouska en Russie (1908)

Géocroiseurs, kesako ? Des astéroïdes et comètes pouvant s’approcher dangereusement de la Terre (d’où leur nom anglais NEO pour Near-Earth-Objects) dont les plus petits font plus de 40 mètres de diamètre. La violence d’un choc avec un objet de 40 m à 1 km aurait déjà de graves conséquences à une échelle régionale, mais pas si impressionnantes que les dégâts occasionnés sur la planète entière par un corps céleste de plus de 2 km… Or, selon les statistiques, une telle catastrophe a lieu une à deux fois par million d’années. Plutôt inquiétant, n’est-ce pas ? Sans compter qu’il y a plus grand : la théorie concernant la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années fait référence à la collision sur Terre d’un astéroïde de 5 à 15 km de diamètre !

Remorquer un astéroïde ?

S’estimer à l’abri sur notre planète bleue ? Pas question, ce serait pure folie d’oublier qu’elle a déjà été frappée par le passé. Raison de plus pour les astronomes d’identifier et surveiller de près les astéroïdes les plus menaçants. La Nasa suit déjà les moindres faits et gestes de 126 géocroiseurs. D’ailleurs, elle a répertorié 703 astéroïdes d’un diamètre supérieur à 1 km sur les quelques 1100 qui sont dans le voisinage de la Terre… Et à ce niveau, sa mission n’est pas terminée. Il lui a été demandé de réaliser le même travail d’ici 2020 sur les astéroïdes de plus de 140 mètres de large ! La Nasa compte bien y parvenir grâce à deux projets ambitieux de nouveaux télescopes : le LSST (Large Synoptic Survey Telescope) au Chili, et le Pan-Starrs (Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System) à Hawaï.

Mais ce n’est pas tout. Des experts de toutes nationalités et disciplines (sciences, droit, etc.) planchent aussi sur un projet de traité international qui sera présenté à l’ONU en 2009. Objectif ? Prendre les bonnes décisions avant l’arrivée d’une menace. A ce sujet, Edward Lu et Stanley Love, physiciens astronautes à la Nasa ont publié en 2005 dans Nature le principe d’une solution étonnante : un remorqueur à propulsion nucléaire ! La masse de cet engin serait suffisamment importante pour avoir un effet attracteur sur l’astéroïde. Résultat, la gravitation agirait comme une laisse pour ramener gentiment l’intrigant sur des chemins moins menaçants pour l’humanité. Avantage ? C’est moins risqué que d’envoyer une bombe nucléaire qui pourrait fragmenter la cible en objets plus petits et peut-être au final, multiplier les nombres d’impacts sur notre planète. Maintenant, est-ce réalisable ? Telle est la question…

Apophis le terrible

De son côté, l’Agence Spatiale Européenne travaille sur la mission Don Quichotte destinée aux agents Sancho et Hidalgo. Ce dernier – un impacteur – devra percuter un astéroïde de 500 m de diamètre afin de le dévier de sa trajectoire, sous l’œil attentif de Sancho l’orbiteur. Un seul des 2 astéroïdes candidats encore en lice, 2002 AT4 et 1989 ML (ne représentant aucun danger pour nous), participera à cet essai en 2011 ou 2012. Son nom sera connu en 2007. Réfléchir à tout ça à un niveau international et dés à présent est essentiel ! Pourquoi ? Le danger plane déjà au-dessus de nos têtes. En effet, le terrifiant Apophis a déjà prévu de nous rendre quelques visites de courtoisie. Cet astéroïde de 300 m de diamètre s’était fait connaître 6 mois seulement avant de prendre la poudre d’escampette pour mieux resurgir le 19 décembre 2004.

Surprise chez les astronomes, puis belle poussée d’adrénaline : à première vue, ils avaient calculé qu’il y avait une forte probabilité que 2004 MN4 (sa première appellation) vienne percuter la Terre le 13 avril 2029 ! Depuis, ce redoutable géocroiseur a changé de nom. Il a été rebaptisé 99942 Apophis du nom grec du dieu égyptien du chaos… Ouf de soulagement, de nouvelles observations au radiotélescope d’Arecibo à Porto Rico ont finalement montré que le cadeau spatial de Noël 2004 se contentera de nous frôler en 2029, à un peu plus de 30000 km (grosso modo, juste sous l’altitude des satellites géostationnaires). Oui, quand même… Du coup, il sera visible à l’œil nu en pleine nuit. Par contre, si le jour J, il traverse une zone particulière, sa trajectoire pourra être déviée. Ce qui concrètement se traduira par un risque accru d’une collision avec la Terre lors de son passage suivant, en 2036 !

Article publié en mars 2007

Agence Spatiale Européenne (ESA) : émission astéroïdes et débris spatiaux (2014)

Autres articles intéressants...

Le TGV file à 574,8 km/h
Ce mardi 3 avril 2007, en filant à 574,8 km/h, le TGV a battu le record du monde de vitesse sur rail sur la ligne Strasbourg-Paris ! Un succès, partagé par SNCF et Alstom, qui confirme la position de leader de la France sur le marchémondial du transport ferrov...
Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/comment-eviter-qu%e2%80%99un-asteroide-nous-tombe-sur-la-tete/