«

»

Imprimer ceci Article

Colère en Pyrénées : les vautours espagnols sont arrivés affamés en France

Vautour moine d'EspagneInquiétant ? Autant que si l’on vous annonçait brutalement que l’INCINERATION à la mort des êtres humains, la plus écologique des modes de funérailles (elle limite les risques de propagation de maladies et fait de la place aux vivants dans les espaces verts) avait été… Interdite en France ! Explications.

Restes HumainsGrâce aux programmes de réintroduction, les vautours fauves, moines, percoptères et gypaètes barbus sont de retour dans les Pyrénées françaises. Mais depuis 2007, les relations se dégradent entre le plus répandu, le vautour fauve, et les éleveurs.

Cet éboueur de la nature réalise un recyclage gratuit des déchets en éliminant les cadavres. Mais on lui reproche de s’attaquer aux bêtes vivantes. Bizarre, pour un charognard ? Ne devrait-il plutôt pas être considéré comme un allié ? D’où viennent ces tensions ?

Il faut traverser la frontière pour le comprendre, côté sud des Pyrénées en Espagne. Avant, les rapaces trouvaient de quoi manger sur les muladares, décharges alimentées par le bétail mort. Mais de grandes exploitations porcines nouvellement installées dans la région ont fait exploser le nombre de rapaces, jusqu’à 20 000 couples en 1999 !

Le festin n’a pas duré. Suite à la crise de la vache folle, une réglementation européenne appliquée en 2003 a imposé un dépistage de l’ESB (encéphalopathie bovine spongiforme) sur tous les animaux morts. Courageux, les Espagnols ont préféré fermer la plupart des muladares et donner le travail d’équarrissage à une entreprise.

Problème, les vautours devaient soudain se contenter des restes d’abattoirs ! Et malgré l’assouplissement de la loi en 2005 (100% des bovins testés et 4% des ovins et caprins), des milliers sont morts de faim. D’autres sont passés sur le versant français. Plus nombreux chez nous, ils saisissent parfois – c’est vrai – l’opportunité d’un animal isolé blessé ou en détresse, pas d’une bête en bonne santé parmi celles de son troupeau…

Extrait du livre publié en 2008

Explorations en terre animale

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...
Pourquoi les poissons des abysses sont-ils aussi laids ?
Sympa. Quelle tête pourraient-ils avoir, les pauvres ? Les abysses sont si hostiles… Savez-vous que l’endroit le plus profond des océans - la fosse des Mariannes - plonge à 11 km sous la surface du Pacifique ? (extrait de POURQUOI LES MOUCHES AIMENT-ELLES LES ...
Mon beau sapin, roi des médecins...
« Que j’aime ton écorce… ». Pourquoi pas ? Le sapin est bien le roi des forêts. En plus de nous éblouir et d’apaiser nos esprits lors des longues soirées d’hiver quand arrive Noël, il se transforme aussi en médecin. Et cette fois, c’est son écorce qui regorger...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/colere-en-pyrenees-les-vautours-espagnols-sont-arrives-affames-en-france/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>