«

»

Imprimer ceci Article

Le business des dents de la mer

Affiche de cinéma 2-headed Shark AttackSi la plongée est une industrie, pourquoi pas un business de requins avec une touche de cinéma ? Mercredi, avant de mordre les écrans sur NRJ12, « la créature pleine de têtes » défilait sur le mur Facebook des plongeurs, plus peut-être pour la plastique (Bertrand ?) de l’ondulante Carmen Electra ? Star de la partie car sans elle, le film aurait été X fois moins vendeur ! Retour à la réalité du grand bleu avec un article sorti du coffre à trésors, millésime 2004…

 

En Australie, se faire attaquer par un squale n’a pas que de mauvais côtés à condition que l’on s’en tire évidemment. Allan Oppert, qui a échappé à la frénésie d’un grand blanc, a par contre succombé aux dents longues des sirènes médiatiques. Business is business !

Seul dans l’eau, Allan Oppert, 46 ans, prend une profonde inspiration avant de retourner sur le récif corallien pour la troisième fois ce beau dimanche matin de fin janvier, près de Bunbury, à la pointe sud-ouest de l’Australie. Il cherche la langouste, mais a pris son fusil (un 75 avec double sandows offert l’avant-veille par son meilleur ami), au cas où…

L’ombre du géant

carcharinusA une trentaine de mètres à peine, Dave Morgan et Dan Armstrong, eux, préfèrent restés à bord du bateau pour lézarder au soleil et pêcher. Les prises se succèdent et frétillent au bout des lignes. Cette zone de faible profondeur, à 17 km de la côte, doit être poissonneuse car une autre embarcation de pêcheurs flotte dans les parages.

Allan entame donc tranquillement sa descente lorsqu’il aperçoit une ombre s’approcher rapidement par en dessous. C’est un requin avec une gueule énorme ! Il doit bien mesurer 3 mètres peut-être ? Pas le temps de réagir, ni de rebrousser chemin : la mâchoire du squale se referme sur les jambes du chasseur qui commence à perdre son sang.

Le plongeur tente de remettre son masque qui venait de glisser, et malgré la violence de l’attaque, parvient à saisir son couteau pour le planter dans l’œil du requin. Le coup est manqué… L’animal ne cède pas et le secoue comme une vulgaire poupée de chiffon. L’apnéiste use maintenant de son fusil de chasse qu’il réussit, tant bien que mal, à enfoncer dans la gorge de son assaillant !

Blessures sous la combinaison

Plongeurs noir et blancSous la brutalité du mouvement du requin, le fusil se casse en deux et Allan n’a plus que la crosse en main. Enfin, le requin lâche prise et le plongeur remonte comme une fusée en activant son gilet de sécurité. Une fois en surface, il hurle pour alerter ses amis qui arrivent en trombe et le hissent juste à temps dans le bateau. Le requin n’était déjà plus qu’à quelques mètres…

Les dents de la mer

Malgré sa combinaison intégrale, le chasseur est bien amoché : il présente 7 entailles profondes dans la jambe droite et 4 dans la gauche. Les secours sont rapidement avertis et l’ambulance attend déjà la victime devant le ponton de Binningup, au nord de Bunbury. Le blessé passera quatre heures aux urgences, les plaies nécessiteront 108 points de suture, et six semaines de repos !

L’histoire ne s’arrête pas là. L’accident est décortiqué par le département des pêches pour déterminer l’espèce mise en cause dans cette attaque : connu pour ses frasques dans la région, le requin sombre (Carcharhinus obscurus) est d’abord pointé du doigt. Finalement, les lésions laissent supposer aux experts de l’Institut de Recherche américain sur les Requins qu’il s’agit plutôt d’un requin blanc (Carcharodon carcharias) d’environ 4,5 mètres.

Un scoop qui valait son pesant d’or ?

2 headed shark attackLe miraculé, lui, sous la pression des médias, fait monter les enchères et donne l’exclusivité des détails sanglants de sa mésaventure à une chaîne télévisée privée pour une somme de plus de 6200 euros. Cet argent pourrait lui servir à rembourser ses frais hospitaliers, pense-t-il.

C’est le tollé dans les rédactions des journaux qui, ayant bien du mal à récupérer quelques renseignements, soulignent la dérive malsaine d’une information qui serait un produit à vendre… Un dernier rebondissement intervient deux semaines plus tard lorsque Laurie Dyer, un autre chasseur, plonge à une dizaine de kilomètres au nord du lieu de l’attaque.

Requin bouledogue à deux têtes © Journal of Fish Biology (C. M. Wagner et al)

Découverte 2013, le « requin poupée russe » : une mère + un fœtus = trois têtes !

Parti des Tropiques grâce à un pêcheur, propagé par des chercheurs du Michigan dans le Journal of Fish Biology, ce scoop a fait le tour du monde en mars 2013. Mais c’est en avril 2011, un an après la terrible marée noire dans le golfe du Mexique, non loin des Bahamas que le « chanceux » a fait sa folle découverte à l’intérieur d’un requin-bouledogue femelle.

Requin bouledogue à deux têtes © Journal of Fish Biology - C. M. Wagner et alL’espèce fait régulièrement la Une des médias pour ses attaques sur l’homme à la Réunion, entre autres. Cette fois-ci, il s’agissait de bien autre chose. La femelle, comme une poupée russe, cachait en son ventre un requin à deux têtes… Et deux cœurs, deux estomacs, association de jumeaux unis par la même queue en un seul corps ! Rarissime, ce genre de fœtus était jusqu’ici uniquement connu chez le peau bleue (Prionace glauca) et le requin-hâ (Galeorhinus galeus), l’un très présent dans nos eaux de Méditerranée, l’autre moins.

Et le même en version adulte comme dans ce monument du cinéma de 2012 : 2 headed shark attack, possible ? Les scientifiques affirment que le handicap de cette malformation est tel qu’il ne permet pas au « monstre à deux têtes » de survivre très longtemps en milieu naturel. Ni sans être repéré. Alors, si la science en trouve un, promis, elle vous le dit…

Requin bouledogue à deux têtes © Patrick Rice - Shark Defense (Florida Keys Community College)

Laurie aperçoit dans un trou de sable un objet qui pourrait ressembler à ‘l’arme du crime’ : c’est la partie antérieure d’un fusil de chasse. Ayant entendu parler de l’histoire, il la remonte et la rapporte à Allan qui constate effectivement que les deux parties s’emboîtent parfaitement ! Aujourd’hui, le chasseur a pansé ses blessures. Déjà prêt à replonger, il avoue que la frénésie des requins médiatiques lui a laissé de plus grosses cicatrices que l’attaque du requin blanc, elle-même…

La faute aux pécheurs du dimanche !

the last oneTraité d’irresponsable par les plongeurs et spécialistes des requins, Allan a mis toutes les chances de son côté pour s’attirer les foudres du grand blanc. Dérogeant à la sacro-sainte règle, il a plongé seul !

Et surtout, loin de la côte, il chassait dans une zone où d’autres pêchaient : les ondes de détresse et le sang dégagés par les poissons au bout des lignes ne pouvaient qu’exciter les requins aux alentours.

Son imprudence, malgré ses 30 ans d’expérience en plongée, a failli lui coûter la vie. Il y a fort à parier que s’il avait respecté les consignes de sécurité, en plongeant avec au moins une autre personne, dans un lieu plus accessible et exempt de la présence de pêcheurs du dimanche, le requin serait passé, serein, sans l’apercevoir…

D’autres « shark-eau-scoops » ?

Téléchargez gratuitement et légalement Plongeur.com Numéro 3 et lisez mon dossier Méditerranée

P.com 3Ils sont là ! P.com 3

Découvrez les squales qui squattent chez nous dans Plongeur.com et l’excellent article d’Anthony Leydet qui, lui, les couvre de sens… Au passage, visitez son blog zesea, bien chargé en voyages/plongée/images : si, toute la mer se cache aussi sur zesea ;-)

Les perles du film 2-headed shark attack

Belles plantes, naufrage, calmar géant échoué sur une île, cannibalisme et gros poisson : un requin 2 fois plus gourmand et 2 fois plus méchant que celui des Dents de la Mer de Spielberg !

Voilà déjà de quoi vous faire une idée de la taille du dîner du requin à trois têtes…

Autres articles intéressants...

Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?
Un homme peut-il se casser le pénis ? Peut-on mourir de rire ? Pourquoi y a-t-il toujours la queue aux toilettes des filles ? Un poussin peut-il sortir d'un oeuf acheté au supermarché ? " Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ? " répond avec ...
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/business-plongee-dents-de-la-mer/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>