«

»

Imprimer ceci Article

Les amis vampires

De l'encre en couverture du nouvel observateur« Mes collaborateurs vendraient père et mère ! Travailler avec eux est devenu un enfer », « son sourire m’a fait fondre, jusqu’à ce que je découvre qu’elle avait un glaçon à la place du cœur », etc. Dans un dossier de Marie Vaton, le Nouvel Observateur dresse le portrait de ces vampires des temps modernes qui aspirent la vie des autres. Pour combler la leur ?

Enquête sur des monstresSous les traits de crayons de Diego Aranega, alignés en rang d’oignon comme les Moaï sur le Ahu Tongariki de l’île de Pâques, voici un échantillon de monstres complices : du PDG de PME en costume chic, à son chef de produit marketing BC-BG en passant par ses commerciales de charme jusqu’au toubib de la bande qui devrait se faire soigner dans son hôpital pour avoir franchi la barrière de l’interdit…

Bande toxique

Jalousie, trahison, mimétisme, vampirisme

FatalePortrait de famille très incomplet de personnalités toxiques qui nous empoisonnent la vie pour reprendre le titre de l’enquête. « Jaloux, obsessionnels, tyrans, paranos, harceleurs de tous poils, ces individus sévissent partout, et d’abord dans la sphère intime. Le poison coule alors sous des torrents de miel. Sur l’échelle du Mal, le nuancier va jusqu’à la folie » souligne le Nouvel Observateur, précisant que le milieu professionnel entré dans « l’ère du management toxique » n’est pas épargné.

Cartes de TransylvanieLes humains chauves-souris du clan Dracula n’ont aucune limite. Ils et elles pousseraient aujourd’hui comme du chiendent sur le terreau de la société de (sur)consommation ! Envahis d’un sentiment d’impunité inouï, ils piétinent la liberté individuelle et la démocratie qui va avec. « Nous sommes entrés dans une dictature du désir roi où le manque n’a plus sa place. On ne tolère plus que tout ne soit pas immédiatement accessible » écrit le psychanalyste J.-P. Lebrun dans La perversion ordinaire. Vivre ensemble sans autrui (éd. DeNoël).

Le syndrome du deuxième diable

Philip Burne Jones - VampireLe carburant de leur moteur ? L’énergie des autres. Ils et elles en pompent les idées, le potentiel, les ressources, la moelle, la substance. Ce pillage sans vergogne pour une valeur ajoutée à leur existence : plus d’attention, plus de sentiment, plus de jouissance, plus de succès, plus d’argent ? « De l’être qu’on identifiait à sa lignée et à ses vertus – force, bravoure, humilité -, on est passé à l’avoir où l’autre se réduit à une marque, une montre, un salaire ». Un être objet, un robot ?

Chauves-souris

Pire, en plus de la dépression qui leur pend au nez, un cercle vicieux baptisé le syndrome du deuxième diable guetterait les plus résilients ! Ou comment passer des griffes d’une première bête pour tomber dans celle d’une seconde, comme s’il existait un pacte des diables que personne n’a officiellement signé. Il faut dire que ces prédateurs sont des experts du déguisement et mentent comme ils respirent.

Psy… chiatrique

Sous les masques, des langues de vipère

Ernst Haeckel« L’intérêt général consiste bel et bien à démasquer les tartuffes » rappelle le Nouvel Observateur en montrant que les manipulateurs sont notre poison quotidien. Oui, c’est possible. Malgré le harcèlement, les victimes ne sont pas systématiquement obligées de fuir. Elles ont souvent été volontairement isolées, éloignée de leurs proches, lesquels en tenant un autre discours pourraient les extraire de l’aimantation dont elles sont l’otage.

Conte de fées à l'enversAlors que faire ? Dominique Barbier, psychothérapeute et auteur de La fabrique de l’homme pervers (éd. Odile Jacob) explique que notre époque est propice à l’épanouissement des gens toxiques, mais que l’on peut s’affranchir de l’emprise de ces relations nuisibles. « Il faut du temps pour s’en sortir. Et il faut accepter de se faire aider, avoir la simplicité de dire je suis mal, je me suis mis dans une relation inextricable, adopter temporairement une position de victime pour savoir s’en défaire ensuite. Il y a un besoin de se reconstruire pour ne pas rester dans la dépréciation de soi ». Accepter de chuter pour mieux rebondir, le conseil des experts…

Un dossier complet à retrouver en intégralité dans Le Nouvel Observateur

Isabelle Nazare-Aga - Ed. de L'Homme Michel LACROIX - Paroles toxiques ou bienfaisantes La perversion ordinaire - DENOEL

 

Autres articles intéressants...

Que ferions-nous sans abeilles ?
Beaucoup moins de choses, ça c’est sûr. Petites et fragiles, les abeilles sont si utiles ! Une étude vient pourtant de montrer qu’elles sont en déclin dans la nature et avec elles, les plantes à fleurs. Inquiétant…
Les chats ont-ils un nombril ?
Bonne question. C’est aussi le titre de la suite du célèbre livre « Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? » de Paul Heiney. Une fois de plus, l’Anglais a fait très fort !
La révolution des livres numériques
iPad, kindle, iPhone, ordinateurs et même consoles portables, il est désormais possible de s'adonner au plaisir de la lecture sur petits et grands écrans. Des romans ? Pas seulement, la culture scientifique a droit aussi à cette révolution technologique...
Les insectes, ça croustille !
Manger des insectes : quelle idée… Pourtant, cette pratique connue sous le nom d’entomophagie est très répandue. Elle pourrait même être une alternative efficace à la malnutrition tant certains insectes sont riches en protéines et vitamines. En avant pour un t...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/amis-vampires/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>