«

»

Imprimer ceci Article

Allo Houston ? Ici Aquarius !

Mi-juin 2003, quatre astronautes de la NASA “troquent” leur scaphandre encombrant contre une combi néoprène et un détendeur. Mission : passer 14 jours en isolement total à bord de la station sous-marine Aquarius au large de Key Largo en Floride.

La mission baptisée NEEMO (Mission d’Opérations de la NASA en Environnement Extrême) est la cinquième du genre, mais aussi la plus longue. Elle est le résultat de la coopération de plusieurs instituts dont le National Undersea Research Center, le NOAA (National Oceanographic et Atmospheric Administration) et l’Université de Wilmington en Caroline du Nord. NEEMO 5 donne aux astronautes l’occasion de s’exercer aux longues durées d’habitation dans l’espace, de pratiquer des activités d’assemblage autour de la station et de mener des études sur la physiologie humaine en de telles conditions (sommeil, nutrition, système immunitaire, etc) à l’intérieur du laboratoire Aquarius.

Bill Todd, manager du projet au Johnson Space Center, explique : “Nous avons placé le facteur d’isolement, la complexité et les objectifs scientifiques à un niveau très proche d’une mission spatiale !”. En effet, le quatuor -composé de Peggy Whitson, leader du groupe qui a bien connu la vie à bord de la Station Spatiale Internationale, les astronautes Clay Anderson et Garrett Reisman ainsi que la scientifique Emma Hwang- a pu vivre ce séjour en autonomie comme s’il avait eu lieu dans l’espace. D’abord, l’Aquarius, cylindre de 13,5 m de long pour 3,9 m de diamètre reposant par 18,6 m de fond est de la taille des quartiers habitables d’une station spatiale.

Ensuite, à bord, les “aquanautes” mangent de la même manière que lors d’une mission dans les étoiles. Ils occupent leur temps entre les études scientifiques sur le corps humain et celles menées à l’extérieur sur les récifs coralliens. Peggy Whitson avoue finalement qu’il y a beaucoup de similitudes à travailler, lors des sorties, en scaphandre et en tenue de plongée : dans les deux cas, il est difficile de manoeuvrer sans point d’appui. Et surtout, l’espace et l’océan sont deux milieux extrêmes et hostiles dans lesquels l’homme ne peut survivre ni respirer sans assistance ! Le 28 juin, il est temps pour l’équipe de regagner la surface. “Après les 14 jours passés ici, nous sommes saturés en azote. Cela signifie que nous avons autant d’azote dans notre sang que le corps le permet” écrit Clayton Anderson sur le journal de bord.

Le processus de décompression va être long : il faudra 16 à 17 heures aux “aquanautes” pour purger la totalité de ce gaz contenu dans leur organisme. D’ailleurs, l’opération est délicate. Elle nécessite l’intervention des deux plongeurs professionnels qui ont assisté l’équipe durant le projet : “L’Aquarius subira quelques transformations. James et Ryan, nos techniciens, agiront de concert à l’heure dite pour convertir l’habitat en chambre de décompression” explique Anderson. Car, à cette profondeur, la pression correspond à près de 2,5 fois celle qui se trouve au niveau de la mer. A coups d’oxygène pur pour commencer, puis de bonnes doses de patience, l’odyssée de l’océan s’achève pour les quatre membres de la mission NEEMO 5 la tête dans les étoiles, les pieds sur terre et le coeur sous la mer… Il fallait le faire !

Caroline Lepage (article publié en Octobre 2003 dans Plongée Magazine)


Focus 
La plongée, ça creuse !

Garrett Reisman a connu la plus interminable des expéditions sous-marines : 6 heures ! “Le temps le plus long que j’aie passé à respirer uniquement par la bouche. Je n’avais jamais plongé plus d’une heure auparavant !” confie-t-il. L’étude des coraux et du comportement du poisson trompette valait bien ce sacrifice, non ? L’aquanaute ne ménage pas sa curiosité, elle le tiendra en haleine pendant trois longues heures. Les trois heures suivantes seront martelées par une seule obsession : “quand est-ce qu’on mange ?” Et oui, la plongée, ça creuse ! C’est un animal cuisiné “à la spatiale” qui volera au secours de son estomac. Reisman avouera n’avoir jamais connu d’aussi bon poulet déshydraté reconstitué…

Autres articles intéressants...

Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ?
Question insolite posée par le titre d’un ouvrage qui vient tout juste de sortir. Il en contient une foule d’autres sur l’espace, les animaux, l’alimentation, le corps humain, les dinosaures, etc. Leurs réponses ? Instructives et surtout, amusantes. Un livre p...
Une luth pour la vie
Fragiles, les tortues luth sont en danger. Leur préservation n'est pas une option mais un impératif. Si nous échouons, alors de pareils spectacles feront bientôt partie du passé…
Quand nos peaux bleues finissent en court-bouillon...
Pas de scoop ici, les ailerons de requins sont très recherchés pour la préparation d'une soupe à la mode en Asie. Ainsi, afin de ne jamais manquer de l'ingrédient essentiel à cette recette, quelques dizaines de millions de squales sont enlevés chaque année à l...
Les tortues marines sont-elles comestibles ?
Question choquante peut-être, mais la réponse est intéressante (extrait Les baleines ont-elles le mal de mer ?). Les tortues franches du Pacifique, vertes, olivâtres, caouannes, de Kemp et à dos plat sont effectivement comestibles, pas les tortues imbriquées ...

Lien Permanent pour cet article : http://merseaplanete.com/allo-houston-ici-aquarius/